Actualités :: UNDD-CDP : Déjà la guéguerre à Koudougou ?

Dans la semaine de 5 au 10 janvier, un écrit titré "silence, on mange et boit à la mairie de Koudougou", non signé, circulait dans la ville de Koudougou.

Dans ns cet écrit,
il était question du maire de Koudougou à qui on reprochait un certain nombre de choses. Des "militants UNDD" lui
reprochaient d’avoir mal exécuté son programme de
développement de la ville de Koudougou. Un programme que le
parti a présenté à la campagne des élections municipales. Ils
ont, par conséquent, demandé un audit sur la gestion de la
mairie...

Dès la parution de cet écrit, des questions se posaient
sur les auteurs, leur objectif, la veracité du contenu de l’écrit et
les vraies intentions de ces "militants UNDD".

C’est alors que la section communale de l’UNDD a, de son
côté, produit un écrit intitulé "halte à la diversion". L’UNDD de
Koudougou rejette toute responsabilité quant à la production du
premier écrit. Selon elle, "les auteurs de ce torchon sont loin de
l’UNDD". L’UNDD affirme même connaître les auteurs de ce
tract et conclut : "Bref, nous mettons en garde tous les
responsables du précédent "torchon" que nous n’avons pas mis
du temps à détecter ainsi que certains directeurs régionaux qui
permettent la multiplication de telles ordures dans les services
de l’Etat".

L’écrit de la section communale de l’UNDD n’a pas cité
de nom, mais c’est tout comme. En effet, il s’en est pris à
certains leaders du CDP, qui par leurs paroles et par leurs
actes, endossent la responsabilité de la dégradation de la ville
de Koudougou.

Selon donc le contenu de l’écrit de l’UNDD, c’est depuis "1987,
date de l’accession au pouvoir du Président Blaise Compaoré
que Koudougou vit dans un marasme économique aggravé par
la fermeture de l’usine Faso-Fani". Pourtant, selon l’UNDD, le
Président Blaise Compaoré avait, le 10 novembre 1998 à
Koudougou, promis que "Faso Fani ne fermera pas".

La
déclaration de la section communale de l’UNDD estime que
Emile Kaboré comme ministre de Sports et de Mme Juliette
Bonkoungou comme présidente du CES et de la structure de
gestion des souscriptions, lors de la CAN’98, "n’ont pas daigné
faire ériger même un stade d’entrainement à Koudougou". Cela
ressemblait à une réponse du berger à la bergère. Mais à quoi
riment tous ces écrits ?

Par Noraggo Paul HIRY
Le Pays

Soutien pour le renforcement de la démocratie au Burkina (...)
Accusation de déstabilisation de la transition : Le (...)
Affaire 2000 soldats étrangers au Burkina Faso : Le (...)
Burkina : Des organisations féminines choquées par les « (...)
Élections 2024 au Burkina : La CODEL propose six (...)
Burkina : L’Assemblée législative de transition est (...)
Burkina : Ce qu’il faut retenir de la Déclaration de (...)
Déclaration de politique générale : Les parlementaires (...)
Manifestations « anti-françaises » à Ouaga : « Nos valeurs (...)
Burkina : « Il ne sera pas question de nous laisser (...)
Tensions foncières et de logements au Burkina : Une (...)
🔴Burkina : Déclaration de politique générale du Premier (...)
Burkina - MPSR 2 : Bien communiquer fait partie de la (...)
Burkina/Transition : Le Premier ministre va livrer sa (...)
Burkina Faso : Le Chef de l’Etat Ibrahim Traoré décide de (...)
Burkina : « On ne peut pas mobiliser toutes les forces, (...)
Burkina Faso : Serge Poda, un cadre supérieur de la (...)
Burkina : « On est au 9e coup d’Etat, mais ça n’a rien (...)
Remaniement du gouvernement Kyelem : De quoi est-il le (...)
Lutte contre le terrorisme : le Chef de l’Etat présente (...)
Assemblée législative de transition : La composante (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 12054



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés