Actualités :: 4 août 1984 : Il y a 37 ans, la Haute-Volta est devenue Burkina (...)

En 1919, le colon français a créé la colonie de Haute-Volta. En 1932, il procède à sa suppression car très pauvre. Elle est charcutée et partagée aux pays voisins. Il s’agit de la Côte d’Ivoire, du Mali et du Niger. En 1947, la Haute-Volta est reconstituée sous la pression de ses fils et filles. En 1958, la république est proclamée. Le 5 août 1960, la Haute-Volta accède à l’indépendance avec Maurice Yaméogo comme président.

Les Voltaïques ont ainsi décidé de prendre leur destin en main. Ils ne veulent plus être assujettis à quiconque. Cela sera plus matérialisé en 1983. Le 4 août 1983, des officiers de l’armée, des capitaines surtout, décident de prendre le pouvoir. Le pays était dirigé par le médecin-commandant Jean-Baptiste Ouédraogo, tombeur du colonel Saye Zerbo. Une nouvelle ère s’ouvre pour ce pays situé au cœur de l’Afrique de l’Ouest. Dans la foulée, la révolution est proclamée. A sa tête, le capitaine Thomas Sankara. Il est épaulé par les capitaines Blaise Compaoré et Henri Zongo, et le commandant Jean-Baptiste Lingani. C’est une action concertée avec des militaires et des civils.

Une indépendance réelle et assumée

Ces jeunes révolutionnaires sont animés d’une chose, l’émancipation totale du peuple. Le capitaine Thomas Sankara voulait rompre avec la vieille garde. Il tient l’impérialisme au carreau. Il entame avec ses camarades un changement de mentalité. Le peuple est amené à s’assumer. Pour rompre le cordon avec le maître français, il décide de changer le nom et les armoiries du pays. Ce sont des choses qui n’avaient pas de sens à ses yeux. Ainsi, le 2 août 1984, l’ordonnance N°84 est prise. Le sergent-chef Georges Namoano à la télévision voltaïque annonce des changements.

La Haute-Volta s’appelle désormais…

La Haute-Volta s’appelle désormais le Burkina Faso. Le pays devient un Etat démocratique et populaire. Le Faso est la forme républicaine de l’Etat. Ce qui veut dire qu’on dit Burkina Faso et non république du Burkina Faso. Ces habitants sont les Burkinabè avec une terminaison invariable. Ceci, peu importe le genre et le nombre. Le drapeau noir blanc et rouge devient rouge et vert frappé d’une étoile jaune dorée au milieu à cinq branches. Le "Ditanyè" remplace la "Fière volta" comme hymne national. "La patrie ou la mort, nous vaincrons" est la nouvelle devise. Ceci, en remplacement de "Unité-Travail -Justice". Au niveau des armoiries, on retrouve une arme et une daba.

Cette grande chevauchée sera arrêtée le 15 octobre 1987. Des divergences éclatent entre les révolutionnaires. Le capitaine Blaise Compaoré amène la "rectification". Elle n’ira pas loin puisqu’en juin 1991, une nouvelle Constitution est adoptée. Le pays s’ouvre à la démocratie constitutionnelle. Il change la devise du pays qui devient "Unité-Progrès- Justice".

Synthèse Dimitri OUÉDRAOGO
Lefaso.net

Situation politique au Burkina : L’UNIR/MPS invite au (...)
Burkina Faso : Aucune prise de pouvoir par l’armée, selon (...)
Burkina Faso : Des tirs nourris entendus au camp (...)
Burkina : Yéli Monique Kam lance le « rassemblement des (...)
Burkina/Situation nationale : Le message de Yéli Monique (...)
Burkina/Pouvoir Kaboré : « Une gouvernance calamiteuse et (...)
Burkina/Politique : Le PDP/PS demande la démission du (...)
Appel à la démission de Roch Kaboré : « Il doit les laisser (...)
Burkina / Nayala : Le Premier ministre Lassina Zerbo (...)
Coupure de Facebook au Burkina : Pour le CDP, « Le (...)
Promotion immobilière au Burkina : 105 projets sur 400 (...)
Burkina : « Si on n’organise pas les municipales, on va (...)
Grippe aviaire au Burkina : 42 foyers confirmés dans (...)
Vie politique burkinabè : Une majorité présidentielle qui (...)
Session budgétaire exercice 2022 : Le groupe parlementaire
Situation socio-politique au Mali : La COPA-BF invite (...)
Embargo de la CEDEAO : L’APP/Burkindi appelle tous les (...)
Burkina : Le Dialogue politique recommande le report (...)
Pour le retour à la paix au Burkina, la majorité (...)
Burkina : La majorité présidentielle surprise de l’appel (...)
Sanctions de l’UEMOA et de la CEDEAO contre le Mali : Le (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 11382



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés