Actualités :: Marche du 3 juillet 2021 : Un citoyen écrit au Président Roch (...)

Votre Excellence estimerait peut-être inapproprié et inconvenant le canal choisi pour vous adresser cette missive ; et cela à juste raison, puisqu’une audience dans votre auguste palais aurait été idéale et pertinente. Au regard du caractère sacro-saint de votre fonction, des myriades d’écueils et haies sécuritaires qui barricadent vos portails majestueux, et tout le protocole austère et spartiate régnant autour de votre solennel bureau, le citoyen plus que lambda que je suis, a choisi le faso.net et la magie d’internet, pour s’adresser à vous, qui aviez la noble et belle mission de conduire la « Patrie des Hommes Intègres » vers une destinée de paix et de prospérité.

Monsieur le président, je viens attirer votre attention sur la marche du 03 Juillet 2021 initiée par l’opposition politique burkinabè. Cette marche, à l’évidence ne rencontre pas votre assentiment, puisque vous l’aviez fait tacitement et implicitement savoir lors de votre dernière « allocution officielle à la nation ». Pour votre bonne souvenance, l’opposition a appelé cette marche suite à l’horrible, ignoble et misérable massacre de Solhan, qui coûta officiellement la vie à 160 burkinabè.

De prime abord, je vous invite, Monsieur le Président, à bien vouloir considérer ces mots, non pas comme une attaque ni un jugement porté à votre honorable personne, ni une diatribe contre votre pouvoir démocratiquement élu, encore moins comme un crime de lèse-majesté. Je vous prie, Monsieur le Président du Faso, de considérer cette correspondance comme une expression franche et sincère des vérités venant du cœur d’un jeune citoyen burkinabè, qui veut se dépêtrer de l’univers des critiques et injures sur les réseaux sociaux, fuir les bravades et fanfaronnades dans les « Grin de thé », pour s’adresser directement à son Président.

Au sujet de la marche du 03 Juillet, j’en appelle à votre sens de l’objectivité, et vous affirme sans ambages et de façon crue, que non seulement cette marche est normale, légitime et légale, mais aussi et surtout, vous devriez l’approuver et l’entériner à des fins pédagogiques. En effet, de prime abord, cette marche est la preuve palpable et matérielle que des burkinabè sont soucieux du devenir de leur patrie, et témoigne de la vivacité, la vigilance et du dynamisme de notre jeune démocratie, au sein de laquelle se niche une vraie opposition qui joue à merveille son rôle de contre-pouvoir.

Auriez-vous souhaité, Monsieur le Président Roch Marc Christian KABORE, que l’opposition burkinabè et une partie de la société civile restent dans l’immobilisme, l’attentisme et la passivité, face à la tragédie qui frappe nos frères burkinabè du Sahel et des zones assiégées ? J’ose ne pas le croire Monsieur le Président. Ensuite, Votre Excellence est fort bien instruite et notre histoire le démontre si bien, que les burkinabè sont prompts à revendiquer, à battre le pavé et écraser le macadam quand leur quiétude, leur dignité et leur avenir sont en péril.

La preuve est que si aujourd’hui vous êtes président, et jouissant du prestige, des honneurs et de la magnificence intrinsèques à cette fonction, c’est parce que des burkinabè, au péril de leurs vies, ont marché contre une volonté malsaine d’égorger notre constitution, et on ensuite re-marché pour barrer la route et empêcher une certaine garde prétorienne de s’arroger le pouvoir par la force des armes.

Aussi, cette marche a pour but de vous interpeler sur la dichotomie comportementale, l’incohérence et la divergence notoires entre les paroles et les actes de certains de vos très proches collaborateurs, qui, sans pudeur ni décence, et surtout sans respect pour le peuple, se permettent de dilapider l’argent de l’Etat, et en même temps, appellent ce même peuple, ce pauvre peuple, à consentir à l’effort de guerre.

Monsieur le Président Roch Marc Christian KABORE, s’il vous plaît, trouvez-vous normal, que pendant 06 ans, on nous tue, nos vaillants soldats et nous (votre peuple), par les mêmes méthodes, les mêmes procédés et les mêmes techniques, aux yeux et à la barbe de nos grands stratèges militaires, dont certains sont sortis de Saint Cyr, West point, et autres grandes et prestigieuses écoles militaires de ce monde ?

Monsieur le Président Roch Marc Christian KABORE, s’il vous plaît, trouvez-vous normal, que pendant que vos policiers verbalisent durement le pauvre citoyen burkinabè qui circulent sur son vélo ou sa moto sans phares la nuit dans les rues de Ouagadougou ou Bobo-Dioulasso, et pendant ce temps, nous avons des avions de guerre, qui en pleine guerre contre le terrorisme, ont des problèmes de visibilités nocturnes ?

Monsieur le Président Roch Marc Christian KABORE, s’il vous plaît, trouvez-vous normal, qu’en pleine crise contre le terrorisme, des membres de notre élite militaire, nos stratèges et têtes pensantes militaires, ceux-là même qui sont chargés de concevoir et d’élaborer les schémas tactiques de notre défense, ceux-là même sur qui nous fondons tous nos espoirs, s’adonnent à des guéguerres de leadership, à des bisbilles d’égo et autres conflits et rivalités ridicules.

Monsieur le Président Roch Marc Christian KABORE, s’il vous plaît, trouvez-vous normal, que dans votre pays dont l’intégrité territoriale est menacée, où la logistique militaire est précaire, et où des citoyens sont lynchés à mort dans les rues pour avoir volé des sommes dérisoires ou des objets de peu de valeur ; certains de vos très proches collaborateurs s’adonnent à des surfacturations outrancières, des blanchiments d’argent grossiers, et des investissements colossaux dans des pays de la sous-région.

Pour toutes les raisons susmentionnées, votre Excellence Monsieur le Président du Faso, comprenez cette marche, soutenez là, mettez le peuple en confiance, ce peuple qui n’a qu’une seule volonté, celle d’avoir un Chef vraiment Chef au sommet de son Etat ; un Chef qui sait amadouer et sanctionner ; un chef qui sait gratifier et punir ; un Chef qui sait sonner la récréation et décréter sa fin.

Enfin, Monsieur le président du Faso, au nom du lien ancestral et du pacte d’amitié et de courtoisie quasi millénaire qui lient votre ethnie à celle du rédacteur de ces lignes, et selon l’assertion ci-après : « +9 le problème sur cette terre, ce n’est pas la méchanceté des hommes méchants, mais le silence des Hommes bien » ; sachez bien que cette lettre qui vous est adressée via le faso.net, n’a aucune intention de nuisance, ni aucune velléité de méchanceté.

En revanche, cette lettre ambitionne vous dire cette réalité que certains de vos collaborateurs, des courtisans, des louangeurs ou des laudateurs, pour leur poste, leurs frais de mission à l’étranger, leur gain, leur intérêt ou leur gagne-pain, ne vous diront jamais. Ces derniers seraient les premiers à changer de camp et à renverser leur veste quand le vent viendrait à changer de direction.

Monsieur le Président Roch Marc Christian KABORE, les écritures saintes affirment « que toute autorité vient d’EN HAUT », donc, tout chef est chef par la volonté du CREATEUR. Alors, QU’IL vous ECLAIRE et vous DONNE la Sagesse de conduire notre Burkina-Faso bien aimé, vers la Paix, la Prospérité, la Solidarité et la Cohésion sociale.
QUE DIEU BENISSE le Burkina Faso.

Sidiki Aboubacar Wendin ZERBO
Doctorant en Management
Spécialiste en Management de l’achat international et en ingénierie logistique
wendin.aboubacar.zerbo@gmail.com

Médias : Un abus flagrant de confiance
Kémi Séba : Doit-on réellement l’interdire de territoire (...)
Burkina/Insécurité : Une citoyenne interpelle sur la (...)
Humeur : « Pour la première fois de ma vie, j’ai peur (...)
Côte d’Ivoire : Mort de Amadou Soumahoro, président de (...)
Crise à Béguédo : De la responsabilité collective à la (...)
100 jours du président Damiba : Analyse périscopique
Absence d’alternative politique crédible au Burkina Faso (...)
Drame d’Inata : Le rapport révèle qu’il y avait des vivres (...)
Maison à usage de bureaux pour les enseignants-chercheurs
Point de vue : Qu’est-ce qu’un panafricaniste ?
Réconciliation nationale au Burkina Faso : Si j’étais un (...)
Incivisme : Chaque Nation fabrique ses citoyens, bons, (...)
Sport : Crise du football au Burkina ou conflits des (...)
Lutte contre l’extrémisme violent au Burkina Faso : (...)
Contre les miracles en politique : Pourquoi pas des (...)
Relations internationales : Relever les défis et bâtir (...)
Mauvais ou Monnaie ? : Le buzz de ces soi-disant (...)
Burkina Faso / Secteur du tabac : Trop d’usines pour un (...)
Tiémoko Meyliet Koné, Vice-président de la République de (...)
Ministère du Genre et de la famille : On ne réinvente pas (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 5061



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés