Actualités :: Le patriotisme

« Une société, une nation ne se développe pas à travers ses richesses naturelles mais plus tôt à travers la richesse de sa ressource humaine. La ressource humaine la plus importante d’un pays est représentée par sa jeunesse. Et c’est d’ailleurs en elle qu’un pays visionnaire investit tout son potentiel afin de l’éveiller, de l’éduquer, de le former sans oublier l’élément le plus essentiel qu’est le sens du patriotisme », Oumarou KOTE, auteur de cette tribune.

Les récentes actualités de violence perpétuées montrent clairement que la jeunesse non seulement en manque de repère contribue à nuire au développement de la nation à travers des actes inconscients et immatures.

Rien ne peut justifier des actes de vandalismes contre des biens publics. Quel que soit le degré de colère rien ne doit pousser une jeunesse à s’attaquer à des symboles si chèrement construits et entretenus par nos pères, nos ancêtres.
Le cas du Burkina Faso n’est pas si différent de la majorité des pays africains dans lesquels au moindre mécontentement ce sont les infrastructures publiques qui payent le lourd tribut.

Où se trouve notre sens du patriotisme dans tout ça ?
Aucune politique d’éducation ne réussit à développer une nation sans réelle inculcation du sens patriotique. Et cela dès la crèche.

C’est le secret de l’Amérique du nord, de géants comme la chine mais aussi d’Etat petit par la taille tel qu’Israël.

Ces Etats ont compris une chose très essentielle à tout développement mais cependant très basique. Quelle que soit les milliards de FCFA investies dans la formation et l’éducation tant que la notion du patriotisme n’est pas déroulée et développée dans l’esprit de l’apprenant, ce dernier ne peut être utile à sa communauté.
On a beau former de très bon médecins, architectes ou même des enseignants, sans patriotisme ces derniers seront non seulement inutiles mais nuisible à l’avancée de la patrie qui leur a cependant tout donné.

Que faire ???

Avant de former et d’éduquer des enfants, la première et la plus importantes des choses à faire serait de leur faire comprendre ce que la nation toute entière attend d’eux. Ils doivent dès leur très jeune âge comprendre pourquoi leur nation déploie tant d’efforts pour les nourrir, les protégés, les soigner et les éduquer. Ce n’est pas uniquement pour leurs beaux yeux mais c’est pour les préparer à assurer à leur tour un avenir radieux à la nation.

Ce devoir de redevabilité doit être semé dès le très jeune âge dans l’esprit de tout enfant avant même de lui apprendre quoi que ce soit.

Seul le patriotisme a permis à des individus d’être des espions à la solde de leur nation qui par ailleurs les a tout donnés.

Seul le sentiment d’appartenance à une communauté et le devoir de redevabilité envers cette dernière amène une jeunesse à se battre pour relever les défis de le porter très loin et mieux que ses devanciers.

Dans le cas burkinabè, il est évident que le patriotisme a été remplacé par l’individualisme. La jeunesse a été longtemps éduqué a toujours attendre de sa communauté plutôt que de se demander ce qu’elle pourrait faire pour elle.

Et qu’en est-il de l’hymne nationale ??

Même si dans certains centres de formation les apprenants chantent l’hymne nationale, très peu en connaissent le sens des mots et le symbole que ce chant revêt.
Notre hymne national ne devrait pas être chanté comme un simple chant d’ambiance mais plus tôt comme un hymne rappelant aux apprenants les sacrifices consentis par leurs ancêtres dans le passé pour que eux ils puissent aujourd’hui vivre un tant soit peu la liberté.

L’hymne doit inciter la jeunesse au travail afin de ne plus revivre l’esclavage, le colonialisme et l’humiliation du passée qu’ont connu nos ancêtres.

C’est d’ailleurs dans la même logique qu’il est obligatoire pour chaque élève chinois de chanter haut et fort l’hymne tous les matins pour ainsi se rappeler leur obligation afin de ne pas retourner à l’état de colonisé. Et cela a très bien marché…la preuve, les chinois ne cassent pas leurs biens publics et ont une jeunesse très dynamique vouées à la cause chinoise dans presque tous les pays du monde.

Le Burkina Faso est peuplé de jeunes très talentueux et pleins d’avenirs. Malheureusement ces talents ne pourront être profitables au pays que lorsque le patriotisme entrera en jeu dans leur éducation et leur formation.

Les conséquences du manque de patriotisme se fait sentir dans tous les domaines de notre vie. Que ce soit la santé, l’éducation, les finances vous aurez toujours des personnes qui par manque de patriotisme seront prêtes à nuire au développement de leur pays uniquement pour leurs intérêts personnels.

Et que dire du comportement du nombre impressionnant d’étudiants envoyés étudier à l’étranger au frais du contribuable. Une fois leur formation terminée, ces étudiant trouvent que leur pays ne paie pas assez et préfèrent du coup resté chez les autres afin que ces derniers profitent de leurs expertises en plus de leur contribution à la fiscalité de ces pays. Ces étudiants à la tête bien remplie manquent cependant d’un élément très important sans lequel quel que soit la formation que vous avez, vous êtes non seulement inutile aux vôtres mais surtout nuisibles car travaillant contre l’intérêt de ses derniers ; et cela de façon consciente ou pas.

C’est le patriotisme qui conduit certains étudiants malgré les conditions professionnelles et sociales difficiles de leur pays d’origine une fois leur formation terminée de rentrer faire profiter les siens qui ont contribué grandement à lui offrir cela. Les autres étudiants n’ont seulement pas compris qu’ils ont été envoyés dans le seul but de rapporter à leurs tour la technologie étrangère afin de permettre à leur pays de sortir de la situation dans laquelle il se trouve afin de la divulguer aux autres restés au pays. Mais hélas, ils ont été formatés à croire tout ce qu’on leur a dit sur l’Afrique comme étant le pire lieu où l’on ne peut émerger.

Ce qui est totalement faux !

Les entreprises étrangères y prospèrent. La preuve, les blancs envahissent nos aéroports malgré l’insécurité, la pandémie, les maladies, les crises…

Quelles leçons devons-nous retenir ?

Si chez les autres il fait si bon vivre c’est uniquement parce qu’à un moment donné de l’histoire des générations ont tout sacrifié pour le bien être de leur progéniture. Tout n’est pas tombé du ciel, il a fallu s’armer de courage et de patriotisme pour avoir le résultat qu’ils ont et que nous envions tant. Pour arriver aux résultats gigantesques et mieux faire qu’eux il faudra nécessairement que nous mettons les intérêts de nos nations dans toutes nos actions.

L’éducation sans patriotisme est nulle et inutile car pendant que notre jeunesse se demande comment l’Etat leur trouvera des emplois décents, la jeunesse occidentale et asiatique fait des nuits blanches pour trouver des solutions innovatrices qui mettront avant tout la valeur de leur pays.

Nous devrions ainsi sacrifier nos générations en travaillant avec fierté et patriotisme afin de redorer notre image qui a longtemps été salit par l’occident. Nous avons la lourde responsabilité d’arracher notre réelle liberté en construisant et non en détruisant.
En tant que jeune nous avons la lourde et noble tâche de construire notre patrie car c’est pour nous un devoir de PATRIOTISME !

Oumarou KOTE Entrepreneur, Conseiller en développement Scolaire, Académique et en Reconversion Professionnelle
Contact ; 75720416/52831964

Se passer du gaz russe : Un danger supplémentaire pour (...)
Yéro Boly, cohésion et réconciliation au Burkina (...)
L’intégrité territoriale et la lutte contre le terroriste (...)
Nomination de Bassolma Bazié dans le premier gouvernement du
8 mars 2022 : Le ROAJEG appelle les pouvoirs publics à (...)
8 mars 2022 au Burkina : Bamyam Jacob Tarpaga rend (...)
Burkina : Plaidoyer pour un système de santé performant (...)
Un citoyen au président Damiba : « Ne vous laissez pas (...)
Le nerf de la guerre : L’autre guerre de la transition...
Chartes de la transition au Burkina Faso : Lookmann (...)
Conflit Russie-Ukraine : « La force ne doit pas faire le (...)
Charte de la transition au Burkina : Les quatre valeurs (...)
Lutte contre le terrorisme au Burkina : Sibila Ouédraogo (...)
Quand l’Afrique n’aura plus peur de l’Occident : (...)
Le retour des coups d’Etat militaires dans l’espace (...)
Gouvernance politique au Burkina sous le soleil du MPSR (...)
Elaboration des projets et textes de la transition : « (...)
Premiers pas du MPSR : Que chacun dise un mot ou pose (...)
Tribune : Retour vers le futur
Burkina : De la politisation de l’administration, (...)
A propos de la transition au Burkina Faso : Eviter à (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 5103



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés