Actualités :: Politique : Le groupe parlementaire UPC dresse le bilan de la première (...)

Le groupe parlementaire Union pour le progrès et le changement (UPC) était face à la presse ce lundi 31 mai 2021 au siège du parti, sis au quartier Gounghin de Ouagadougou. Objectif, faire le point de la première session parlementaire de l’année en cours et présenter le nouveau bureau.

Le porte-parole du groupe parlementaire Union pour le progrès et le changement (UPC), Olé Alain Kam, a d’abord rappelé qu’au cours de la première session parlementaire, trente projets de loi ont été soumis à leur approbation, dont 21 étaient des ratifications d’ordonnances de prêt et de don. « Tous ces projets de loi ont reçu le quitus du groupe parlementaire UPC, dans le souci de satisfaire les besoins de nos populations », a-t-il laissé entendre.

Il s’agit entre autres des projets de loi portant protection dans le traitement des données à caractère personnel ; la loi portant modification de la loi n°001-2016/AN du 24 mars 2016 portant création d’une Commission nationale des droits humains ; la loi portant régime de sécurité sociale applicable aux agents de l’Etat du Burkina Faso ; la loi portant régime de sécurité sociale applicable aux travailleurs salariés et assimilés au Burkina Faso ; la loi portant régime de sécurité sociale applicable aux agents de l’Etat au Burkina Faso ; la loi de finances rectificative de la loi de finances initiale pour l’exécution du budget de l’Etat exercice 2021 ; la loi portant régime juridique applicable aux drones civils au Burkina Faso ; la loi portant régime général des armes, de leurs pièces, éléments, munitions et autres matériels au Burkina Faso.

Les journalistes présents à la conférence de presse.

Pour l’exécution de ces projets et programmes, le gouvernement a fait appel à des partenaires techniques et financiers. Les députés ont aussi rappelé que cette session a connu l’élection, le 25 mars 2021, de 24 juges parlementaires à la Haute cour de justice (HCJ) parmi lesquels deux députés du groupe parlementaire UPC à savoir le député Bob Marcellin Somé en qualité de juge titulaire à la Première chambre, et Olé Alain Kam, juge suppléant à la Chambre d’appel.

Après la lecture de la déclaration liminaire, les membres du présidium ont prêté une oreille attentive aux questions des journalistes. « Que pense le groupe parlementaire UPC de l’écroulement des infrastructures scolaires au Burkina Faso ? » Le vice-président du groupe, Olé Alain Kam, répond : « En tant que parlementaires, notre rôle est d’interpeller le gouvernement, le ministère des Infrastructures. Il faut savoir qu’on ne peut rien reprocher à nos textes car ils sont très clairs ».

Pour lui, les textes ne sont pas suffisamment appliqués. Dès lors qu’un chantier est fini, il y a tout un processus de contrôle à respecter : la pré-réception, la réception technique, la réception provisoire et enfin la réception définitive suivie d’une garantie décennale. Le député a donc insisté sur le renforcement du contrôle : « Il faut renforcer le contrôle, rien que le contrôle ».

Concernant les discours du Premier ministre sur la situation nationale, le président du groupe parlementaire UPC, Diemdoda Amadou Dicko, pense qu’ils sont en cohérence avec le programme du président de Faso. « C’est un discours qui n’est pas en dehors de ce que les Burkinabè vivent. Certes, il y a eu des points où on aurait voulu qu’il approfondisse, notamment la question de l’éducation nationale. Dans l’ensemble, nous nous sommes retrouvés dans les deux discours », a insisté le député Dicko.

{Diemdoda Amadou Dicko, président du groupe parlementaire UPC (droite) ; Olé Alain Kam, vice-président (milieu) ; et Salif Nikiema.}

« Nous ne regrettons pas d’être dans la majorité présidentielle »

Revenant sur l’affiliation de l’UPC à la majorité présidentielle, les conférenciers ont fait remarquer que la tâche confiée à leur patron, Zéphirin Diabré, est lourde. « Attendons le bilan du gouvernement pour enfin dire si on est satisfait ou pas. Mais aujourd’hui, nous ne regrettons pas d’être dans la majorité présidentielle, parce que nous savons que nous assistons un malade, le Burkina Faso », a déclaré Diemdoda Amadou Dicko. A l’en croire, le Burkina Faso a atteint un seuil de non-retour de la pauvreté, dans la mesure où la population cherche à satisfaire un certain nombre de besoins vitaux avant d’aspirer à la sécurité économique et autres.

Concernant la crise scolaire, le groupe parlementaire UPC pense qu’il y a eu un problème de communication entre les différents acteurs de l’éducation. Selon le député Olé Alain Kam, « s’il y avait eu une discussion entre spécialistes de l’éducation, le ministère, les élèves, les parents d’élèves, on pourrait ne pas en arriver là ».

Le bureau du groupe parlementaire UPC compte cinq membres, élus pour un mandat d’un an. Il s’agit du président Diemdoda Amadou Dicko de l’Oudalan ; du vice-président chargé de l’administration et de l’organisation, Olé Alain Kam de la Bougouriba ; du trésorier Salifou Blaise Tindano de la Gnagna ; du trésorier adjoint Issouf Nikiema du Kadiogo ; et du secrétaire chargé de l’information et de la communication, Mohammed Koné des Hauts-Bassins.

Dofinitta Augustin Khan
Lefaso.net

Burkina/CDP : L’ancien Premier ministre Luc Adolphe Tiao (...)
Assemblée nationale du Burkina Faso : Une nouvelle (...)
Politique au Burkina : Bluff de l’opposition ou (...)
Burkina/vie politique : Les militants de PS-Burkina (...)
Burkina Faso : « En plus des cadavres qui continuent de (...)
Burkina : « Le spectre de la famine » plane « en plus (...)
Burkina Faso : Une formation au profit des nouveaux (...)
Burkina/Politique : Requiem pour l’UPR qui n’a pas non (...)
Journées parlementaires UPC : La cohésion sociale au cœur (...)
Burkina/Rentrée gouvernementale : Dans une température de (...)
Burkina/Rentrée gouvernementale : « Trouver des solutions (...)
Partis politiques : Le PS-Burkina se saborde et liquide (...)
Burkina / Politique : L’AJIR, un rêve éphémère, un espoir (...)
« L’AUTRE Burkina/PSR » : Le Burkina un pays en crise, un (...)
Burkina/Politique : Les Forces progressistes en (...)
Burkina : « Le président du Faso n’est pas à la hauteur », (...)
PS-Burkina : Un congrès extraordinaire pour imprimer une (...)
Renforcement de la « Grande Gauche » : la Convergence (...)
Réconciliation nationale au Burkina : Zéphirin Diabré a (...)
Fondation Jean Paul II pour le Sahel : Le Conseil (...)
Lutte contre le terrorisme : Blaise Compaoré préconise (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 11214


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés