Actualités :: Réforme du « Code du travail » : Commençons par le commencement (...)

« S’il m’était donné d’être associé à quelque titre que ce soit — celui de citoyen burkinabè étant celui qui sied le mieux— au « projet » de réforme du Code du travail en cours en ce moment, la première proposition de réforme que j’aurais formulée, porterait d’abord et avant tout sur la dénomination dudit Code ». Hamid-Maghide Kaboré, auteur de la présente tribune.

Car, sa dénomination actuelle — fruit d’un « héritage » plus qu’autre chose — fait écho, qu’on le veuille ou non, au fait que nous nous inféodons continuellement aux réalités d’autres. Cette idée qui est, du reste, d’ordre factuel pour qui observe bien notre société, m’est insupportable. Et d’ailleurs, si nous étions en matière de dénomination commerciale — ce qui n’est pas le cas —, cette appellation, ainsi que bien d’autres que nous avons adoptées par facilité ou paresse intellectuelle (?), ne nous aurait été disponible que moyennant paiement d’une redevance d’usage.

Dans une optique de recouvrement et d’exercice de la souveraineté qui est nôtre — ici, il s’agit de celle juridico-rédactionnelle —, il me paraît fort utile, voire ardemment souhaitable, si tant est que nous pouvons nous montrer « jaloux » de cette souveraineté, d’« entamer » ce projet de réforme, en nous intéressant d’abord à la dénomination dudit Code.

Cette ambition rigoureuse de la réforme s’expliquerait non moins parce que la présente appellation est nécessairement problématique, mais proposer que ledit code s’appelle « désormais » : Code des relations de travail, ou Code du salariat. Si le but ultime de toute réforme est progrès.

N’étant pas à l’abri d’objections mal- ou bienveillantes, très souvent adressées à juste titre, aux « porteurs » de pensées différentes, je ne manquerai pas de me faire le plaisir d’émettre quelques propositions de dénomination.
Je lancerai entre autres : Code des relations de travail, Code de la salarisation, Code du salariat…

Ces appellations recèlent à mon sens — sans verser dans l’auto-congratulation inutile et injustifiée — au moins le mérite de la nouveauté et, pas que...

Aussi est-il regrettable que jusqu’ici (la réforme est quasiment à son terme, car les chances d’amendement (s) du texte par l’Assemblée nationale me semblent faible, pour les raisons que vous n’ignorez sans doute pas), des chercheurs du domaine n’aient pas été associés ou consultés, même si l’on peut se féliciter de l’approche quasi-inclusive adoptée.

Cette dénomination — pas nécessairement précitée —, peut être le symbole d’une nouvelle ère (…), celle de l’exercice de notre souveraineté juridico-rédaction. S’y refuser au nom d’un universalisme, dont nous n’avons que trop conscience serait faire montre encore une fois d’un suivisme dont on aurait pu s’en passer au grand dam des souverainistes.

L’éternel recommencement : le traquenard favori de Vincent Bolloré dans les palais présidentiels africains.

Hamid-Maghide KABORÉ
Citoyen africain

Burkina/Insécurité : Une citoyenne interpelle sur la (...)
Humeur : « Pour la première fois de ma vie, j’ai peur (...)
Côte d’Ivoire : Mort de Amadou Soumahoro, président de (...)
Crise à Béguédo : De la responsabilité collective à la (...)
100 jours du président Damiba : Analyse périscopique
Absence d’alternative politique crédible au Burkina Faso (...)
Drame d’Inata : Le rapport révèle qu’il y avait des vivres (...)
Maison à usage de bureaux pour les enseignants-chercheurs
Point de vue : Qu’est-ce qu’un panafricaniste ?
Réconciliation nationale au Burkina Faso : Si j’étais un (...)
Incivisme : Chaque Nation fabrique ses citoyens, bons, (...)
Sport : Crise du football au Burkina ou conflits des (...)
Lutte contre l’extrémisme violent au Burkina Faso : (...)
Contre les miracles en politique : Pourquoi pas des (...)
Relations internationales : Relever les défis et bâtir (...)
Mauvais ou Monnaie ? : Le buzz de ces soi-disant (...)
Burkina Faso / Secteur du tabac : Trop d’usines pour un (...)
Tiémoko Meyliet Koné, Vice-président de la République de (...)
Ministère du Genre et de la famille : On ne réinvente pas (...)
Journées de prières pour le retour de la paix au Burkina (...)
Afrique : Pourquoi la croyance à la sorcellerie reste (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 5061



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés