Actualités :: Sayouba Traoré : « Quand on fait des enfants, c’est qu’on peut s’en occuper, (...)

Le 26 mars 2021 en Côte d’Ivoire, 19 mineures burkinabè victimes de traite transfrontalière ont été rapatriées au Burkina. Lors d’une conférence de presse le 29 mars pour les présenter et les remettre à leurs parents, la ministre en charge de l’Action sociale, Laurence Ilboudo Marchal, était sortie de ses gonds pour marteler qu’il fallait « que les parents comprennent que l’Etat ne peut pas tout faire » et qu’il va falloir qu’ils « prennent leurs responsabilités face à leurs progénitures ».

Elle ajoutait que lesdits parents devaient comprendre « que ces mêmes enfants sont souvent sources d’enrôlement pour les hommes armés et forces du mal ». Une sortie mal accueillie par une partie de l’opinion. Mais pour le journaliste Sayouba Traoré, la ministre n’a fait que dire la vérité.

"Quand on fait des enfants, c’est qu’on peut s’en occuper". Madame la ministre de l’Action humanitaire. Excuses : je cite de mémoire.

Je ne connais pas cette dame. Je ne l’ai jamais rencontrée. Ce que je sais d’elle, c’est ce que je lis dans les publications. Reconnaissez que ce n’est pas suffisant pour se faire une opinion valable.

Mais je dis et je soutiens que là, madame la ministre dit vrai. Ça peut ne pas nous plaire, ça peut même nous irriter, mais c’est la vérité. Voyons ça de plus près !

Dans toutes les familles, on a aujourd’hui des gros gaillards oisifs, qui vivent sur le dos du papa gérant chichement une petite retraite, et sur la maman harassée par mille tâches quotidiennes. Eh bien, ces parasites sociaux se permettent d’aller faire des enfants.

Faire des enfants alors qu’on ne parvient pas à se prendre soi-même en charge, vous appelez ça comment ? N’ayons pas peur des mots. C’EST DE L’IRRESPONSABILITÉ.

Irresponsables, et ils ont la bouche pour parler. Il y en a un qui m’a dit un jour que "Les oiseaux ne cultivent pas, mais ils mangent". Je lui ai demandé s’il savait combien de kilomètres un oiseau fait par jour pour se nourrir et nourrir ses petits ?

Quand vous, qui êtes déjà fatigué de ponctionner votre budget familial pour venir en aide à ces irresponsables, vous osez une objection, on vous répond que c’est Dieu qui donne les enfants.

C’est Dieu qui a ouvert ta braguette ?
C’est Dieu qui a plongé ta quéquette là où il ne faut pas ?
Si c’est Dieu qui est cause de cette situation, pourquoi emmerder la famille ? Pourquoi téléphoner aux parents expatriés pour demander des Western union ? Pourquoi alors aller emmerder les agents de l’Etat ? Donc l’Etat va aller contrôler les braguettes des gens alors !

Vas voir ton Imam !
Vas voir ton Prêtre !
Vas voir ton Pasteur !

Du temps de notre jeunesse, personne ne te parlait de sexualité. Les adultes eux-mêmes ne connaissaient pas grand-chose sur la reproduction, encore moins la contraception. Un jeune ou une jeune fille devait faire sa propre initiation, à coups d’erreurs souvent monstrueuses. La seule solution pour éviter des situations délicates, les mamans tenaient les jeunes filles serrées dans un périmètre étroit. Je suis certain que des sœurs peuvent témoigner.

Aujourd’hui, les jeunes sont plus informés sur ces choses. Parfois, mieux que leurs propres géniteurs. Ils ont toutes les connaissances à disposition. Ils disposent de moyens contraceptifs. Et pour les conseiller et les guider, des structures existent. ILS N’ONT DONC AUCUNE EXCUSE.

Une dernière chose. Quand je séjourne au pays, je vois des pères qui ne vont à l’école de leurs enfants que sur convocation. Le soir, ils rentrent de grandes vadrouilles à l’heure où les enfants dorment déjà. Ça veut dire qu’ils jettent de temps à autre un regard distrait sur les cahiers des enfants. UN HAUT DEGRÉ D’IRRESPONSABILITE.

Pourquoi refusons-nous les vérités qui nous dérangent ? Comment voulons nous opérer un changement qualitatif de la société, si nous-mêmes nous ne sommes pas disposés à changer ? Ces questions, chaque parent doit les avoir constamment en tête. Il n’y a pas d’autre issue. Parce qu’en matière d’éducation des enfants, on ne peut pas tricher. Si on triche aujourd’hui, les enfants vont le payer demain. Alors qu’il sera trop tard pour corriger.

Je n’écris pas ces mots pour faire plaisir à quelqu’un. Je ne dis pas ces choses pour heurter quelqu’un. Je le dis parce que je le crois fermement. TRÈS FERMEMENT.

Sayouba Traoré
Journaliste-Ecrivain

Burkina Faso : L’écrivain Adama Siguiré invite les jeunes (...)
Communiqué de presse du nouveau président de l’université (...)
Afrique/Insécurité : « Quand on se noie, on s’accroche à (...)
Du procès de l’université qui doit être réinventée : Le (...)
Newton Ahmed Barry rappelle au Premier ministre malien, (...)
Burkina : Le vivre-ensemble, est-il menacé dans le (...)
Le Burkina Faso peut-il être une nation ? : Lettre (...)
Burkina Faso : Les raisons du limogeage de Barthélémy (...)
Sahel : Pour une réponse politique à la « crise des (...)
Burkina Faso : Un citoyen lance une pétition en faveur (...)
Mendicité groupée dans les villes du Burkina Faso : « (...)
Je suis Kamao : Damiba n’est pas Dieu
Gouvernance du MPSR : Harouna Dicko invite le président (...)
Le Burkina Faso trahi et rejeté par les Burkinabè (...)
Afrique : « La mauvaise gouvernance n’est-elle pas plus (...)
Incendie du véhicule de l’activiste Serge Bayala : « (...)
Le monde Fulɓe : Un géant en sommeil léger
Opinion publique et vie politique au Burkina Faso : (...)
Burkina : « Guérir de la haine de soi … »
Lettre ouverte d’un prêtre aux intellectuels engagés, (...)
Cohésion sociale : « Attention au risque d’une vraie (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 5124



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés