Actualités :: Burkina : Décès de Soumane Touré, secrétaire général du PITJ

La mauvaise nouvelle est tombée dans la soirée de ce jeudi 25 mars 2021 : Soumane Touré est décédé dans une clinique de la capitale.
Soumane Touré avait été évacué le 11 janvier 2021 en Tunisie, pour raison de santé, apprenait le journal Le Pays. Ancien syndicaliste, reconverti à la vie politique, Soumane Touré était, à la date de son décès, secrétaire général du Parti de l’indépendance, du travail et de la justice (PITJ).

Né le 14 mars 1948 à Diebougou, cadre d’assurance à la retraite, Soumane Touré a été élève au lycée Ouezzin Coulibaly (LOC) de Bobo-Dioulasso. Il fut responsable de plusieurs mouvements estudiantins et scolaires. A Dakar, Abidjan ou à Lomé où il est passé dans le cadre de ses études, Soumane Touré s’est illustré dans les organisations de lutte.

C’est avec le même punch qu’il s’est illustré dans la vie syndicale, notamment avec la Confédération syndicale voltaïque (CSV) dans les années 70. Il a également fait partie de la Ligue patriotique pour le développement (LIPAD), créée en 1973 et qui avait pour vocation de sensibiliser les jeunes aux idées communistes.

Arrivé dans la vie politique, Soumane Touré est toujours resté fidèle à un langage direct, qui frise parfois la virulence contre le pouvoir, quand bien même il fut parfois membre de la majorité. Le candidat à la présidentielle de novembre 2005 a aussi été un député qui s’est fait remarquer à l’Assemblée nationale par ses interventions.
Depuis l’insurrection populaire, l’homme était entré en « désobéissance civile » avec son parti, le PAITJ, pour, dit-il, refus de complicité à la « violation constitutionnelle » qui a suivi la chute de Blaise Compaoré ; il estimait que le pouvoir devait être dévolu conformément aux dispositions constitutionnelles en vigueur en permettant au Président de l’Assemblée nationale d’assurer la transition.

Pour lui, à partir du moment où ce départ « a été faussé » (succession de Blaise Compaoré), toute la suite fonctionne en violation de la Constitution. C’est pourquoi il s’était abstenu, avec son parti, de prendre part aux élections « dans ces conditions ».
C’est donc dans sa ‘’ferme’’ conviction, que le pays filait le mauvais coton que Soumane Touré est arraché de l’animation de la vie publique burkinabé.

Lefaso.net

Burkina/vie politique : « Celui qui veut partir au MPP (...)
Burkina : Lever de rideau sur le deuxième congrès (...)
Processus de réconciliation au Burkina : La coordinatrice-rés
MPP-UNIR/PS : « Ce n’est pas parce que nous sommes des (...)
Burkina/CDP : Une conférence de presse des jeunes dans (...)
Burkina : La réconciliation nationale "n’est pas (...)
IIe congrès extraordinaire du MPP : La succession à Roch (...)
Situations en Guinée et au Mali : Le groupe parlementaire
Burkina : « Celui qui prend le pouvoir en ce moment-là (...)
Simon Compaoré au sujet du président Roch Kaboré : « Pas (...)
Burkina/sécurité : Le parti au pouvoir exhorte à éviter (...)
Burkina/vie politique : Le MPP a enregistré 1 964 (...)
Crise au Mouvement Agir ensemble pour le Burkina : (...)
Commune de Kouka (Boucle du Mouhoun) : Les militants du (...)
Organisation des élections au Burkina : Les membres de (...)
Burkina/Rencontre Etat-ONG-AD et fondations : L’équation (...)
Burkina/politique : Des militants du "Mouvement agir (...)
Burkina/CDP : L’ancien Premier ministre Luc Adolphe Tiao (...)
Assemblée nationale du Burkina Faso : Une nouvelle (...)
Politique au Burkina : Bluff de l’opposition ou (...)
Burkina/vie politique : Les militants de PS-Burkina (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 11214


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés