Actualités :: Justice au Burkina : « Construire ensemble l’Etat de droit et avoir une (...)

Le Conseil supérieur de la magistrature (CSM) et le président du Faso, Roch Kaboré, se sont entretenus ce jeudi 25 février 2021 au palais de Kosyam, sur la performance du système judiciaire du Burkina Faso et la question de l’indépendance de la justice.

Conformément à la Constitution, chaque année, le Conseil supérieur de la magistrature (CSM) et le président du Faso doivent se rencontrer pour parler du renforcement de l’indépendance du pouvoir judiciaire. Pour cette séance, il a été avant tout question de faire le point de la performance du système judiciaire du Burkina Faso et de voir les efforts déployés par la magistrature, a indiqué le président du Faso, Roch Kaboré.

« Au regard de ce que nous avons examiné ensemble, nous pouvons féliciter les magistrats pour le travail qui a été abattu nonobstant un contexte qui était assez difficile sur le plan sécuritaire et social en 2019 », a laissé entendre le chef de l’Etat. Selon le président Roch Kaboré, il y a des raisons légitimes de satisfaction, car le travail a été fait dans une certaine résilience. « C’est l’occasion de pouvoir saluer et féliciter tous ceux qui sont dans les zones à haut risque qui mènent courageusement leurs activités », a-t-il formulé.

Le président du Faso, Roch Kaboré (au micro).

Toutefois, le garant de l’indépendance de la justice n’a pas occulté les difficultés que rencontre ce domaine. Ainsi, toutes les difficultés liées au bon fonctionnement de l’appareil judiciaire ont été passées en revue au cours des échanges. Des réflexions seront poursuivies afin de trouver les solutions les plus appropriées, a-t-il promis.

2019, « une année tumultueuse »

La question de l’indépendance et la nécessité de travailler avec les deux autres pouvoirs (législatif et exécutif) ont également fait l’objet de discussions. Le président du Faso a tenu à rappeler que dans un Etat de droit, « la question de l’indépendance de la justice, c’est une quête permanente ». Ainsi, « chaque jour, nous devons avoir de l’amélioration ». « A travers quelques erreurs qui ont été citées çà et là, nous avons pris l’engagement de corriger les imperfections pour nous permettre de crédibiliser chacun et de pouvoir construire ensemble l’Etat de droit et d’avoir une justice qui est équitable et qui travaille dans l’intérêt de notre pays », a-t-il affirmé.
Le président du CSM, Mazobé Jean Kondé, a réitéré cet engagement : « Pour cette année, les acteurs judiciaires s’engagent à se consacrer à leur sacerdoce, c’est-à-dire rendre la justice au peuple burkinabè ».

Pour le président du CSM, Mazobé Jean Kondé, le pouvoir judiciaire doit être complété avec les autres pouvoirs.

A l’en croire, 2019 a été « une année tumultueuse ». « C’est une année au cours de laquelle il y a eu des difficultés entre les acteurs. Au lieu de concourir à l’œuvre de justice, il y a eu des moments où le travail de la justice a été interrompu pour des difficultés diverses », a justifié Mazobé Jean Kondé, tout en précisant qu’il y a eu des arrêts de travail.

Il faut rappeler que cette rencontre statuaire devrait se tenir en novembre 2020, mais elle a été différée à cause des élections couplées présidentielle et législatives.

Cryspin Masneang Laoundiki
Lefaso.net

Article 37 de la constitution : "Une démonstration (...)
PDP/PS : Est-ce enfin le départ "du vieux" ?
Situation nationale : Les préoccupations de l’UNDD
Compte rendu du Conseil des ministres du 11/02/2004
Opposition burkinabè : La culture de « l’anti-démocratisme (...)
Affaire PAI : L’épisode de trop
Marie Thérèse Drabo : "La corruption continuera (...)
Violation de l’espace aérien : Que disent les textes (...)
Sécurité aérienne : Un avion de touristes "détourné" sur (...)
Education : la Suède accorde plus de 2 milliards et demi (...)
Politique : Le regain de vitalité de la diplomatie (...)
Burkina-Centrafrique : Le président Bozizé lance un appel (...)
Burkina-Centrafrique : Blaise Compaoré bientôt à Bangui (...)
Le président de Centrafrique à Bobo-Dioulasso : "Je (...)
Bozizé et le « modèle » burkinabé
Respect du patrimoine national : Le médiateur du Faso (...)
Séjour du président Bozizé au Burkina : Des contacts au (...)
François Bozizé au Burkina : s’inspirer de l’expérience de (...)
Conseil des ministres du 4/02/2004
Présidentielle 2005 : De la légitimité des révisions de (...)
RECONSTRUCTION DU LIBERIA :Le Burkina sollicité pour un (...)

Pages : 0 | ... | 10983 | 11004 | 11025 | 11046 | 11067 | 11088 | 11109 | 11130 | 11151 | ... | 11298



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés