Actualités :: Incarcération de maires : « Le parti ne défendra pas quelqu’un qui a trempé (...)

Réunis en session du Bureau politique national du parti, ce samedi 13 février 2021 à Ouagadougou, les responsables du MPP (Mouvement du peuple pour le progrès) sont, à titre d’information, revenus sur l’arrestation, suivie de leur incarcération, de deux de leurs camarades, maires de l’arrondissement N°7 de Bobo-Dioulasso et de Pama (dans la région de l’Est). Occasion pour le président du parti de donner la position du parti face à ces questions de bonne gouvernance.

La semaine en achèvement a donc été marquée au plan politique par l’arrestation de ces deux maires (arrondissement N°7 de Bobo-Dioulasso et Pama), tous militants et élus sous la bannière du parti, le MPP.

En session du Bureau politique national, le président du parti, Simon Compaoré a partagé avec ses camarades ces ’’’informations pas reluisantes’’ . Profitant d’une question des journalistes sur le sujet, Simon Compaoré s’est appesanti sur la position du parti sur ces aspects de gouvernance et ennuis judiciaires qui découlent des actes délictueux. « Nous avons dit à nos élus, conseillers, maires..., qu’il y a un code de déontologie et qu’ils savent ce qu’on attend d’eux et ce qui est proscrit dans leur fonction de conseiller municipal, de maire ou de conseiller régional", a rappelé le premier responsable du parti au pouvoir.

"Si quelqu’un faute, il sera responsable de ses propres turpitudes. Le parti ne défendra pas quelqu’un qui a trempé les moustaches, qui a posé des actes délictueux", s’est positionnée la direction politique nationale du parti.

Sur ces sujets, Simon Compaoré explique la démarche... : "Nous, nous avons voulu simplement savoir pourquoi ils ont été arrêtés, les motifs et dès que cela sera suffisamment clair, des dispositions seront automatiquement prises à notre niveau. Vous savez, on a des camarades qui, quelque fois, sont des victimes collatérales. Si on est dans ce cas-là, nous sommes tenus de prendre un avocat pour suivre. Mais si quelqu’un a, sciemment, posé un acte, qu’il sait interdit, prohibé, là, nous n’y entrons pas ; il sera seul devant la justice. (…). Et la justice doit aller jusqu’au bout ».

Instruction à été donnée de procéder, dès le début de la semaine prochaine, à la mise en place des intérims pour ceux qui occupaient des responsabilités politiques au sein du parti.

O.L.O
Lefaso.net

Présidence de la CENI : La solution qui vient de (...)
CENI : Le magistrat Élisée Ouédraogo élu président
CENI : La solution du président du Faso
CENI : Les quinze commissaires ont prêté serment
Crise à la CENI : Idrissa Nogo fustige l’opposition, (...)
Dialogue national inclusif au Tchad : Les Tchadiens du (...)
CENI : Les 15 commissaires prêteront serment ce 29 (...)
Burkina Faso : Les élections de 2020 ont coûté 21 (...)
Burkina Faso : Le Centre d’études, de formation et de (...)
Jean-Luc Mélenchon à l’Université Joseph Ki-Zerbo : Une (...)
ADF-RDA : Rasmané Ilboudo et ses camarades confirment (...)
Conseil constitutionnel : La prestation de serment des (...)
Burkina : Les syndicats reprennent langue avec le (...)
Burkina Faso : « Qui paye les auteurs des actes (...)
Burkina : « La politique doit servir à éviter les minutes (...)
CENI : Une crise caractéristique d’acteurs politiques qui (...)
Burkina Faso : Concertation sur la réconciliation (...)
Commission électorale nationale indépendante (CENI) du (...)
Jean Luc Mélenchon attendu ce 18 juillet à Ouagadougou
Burkina Faso : Les députés de la Commission défense et (...)
Burkina : L’Opposition non-Affiliée rejette la CENI et le (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 11235


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés