Actualités :: Incarcération de maires : « Le parti ne défendra pas quelqu’un qui a trempé (...)

Réunis en session du Bureau politique national du parti, ce samedi 13 février 2021 à Ouagadougou, les responsables du MPP (Mouvement du peuple pour le progrès) sont, à titre d’information, revenus sur l’arrestation, suivie de leur incarcération, de deux de leurs camarades, maires de l’arrondissement N°7 de Bobo-Dioulasso et de Pama (dans la région de l’Est). Occasion pour le président du parti de donner la position du parti face à ces questions de bonne gouvernance.

La semaine en achèvement a donc été marquée au plan politique par l’arrestation de ces deux maires (arrondissement N°7 de Bobo-Dioulasso et Pama), tous militants et élus sous la bannière du parti, le MPP.

En session du Bureau politique national, le président du parti, Simon Compaoré a partagé avec ses camarades ces ’’’informations pas reluisantes’’ . Profitant d’une question des journalistes sur le sujet, Simon Compaoré s’est appesanti sur la position du parti sur ces aspects de gouvernance et ennuis judiciaires qui découlent des actes délictueux. « Nous avons dit à nos élus, conseillers, maires..., qu’il y a un code de déontologie et qu’ils savent ce qu’on attend d’eux et ce qui est proscrit dans leur fonction de conseiller municipal, de maire ou de conseiller régional", a rappelé le premier responsable du parti au pouvoir.

"Si quelqu’un faute, il sera responsable de ses propres turpitudes. Le parti ne défendra pas quelqu’un qui a trempé les moustaches, qui a posé des actes délictueux", s’est positionnée la direction politique nationale du parti.

Sur ces sujets, Simon Compaoré explique la démarche... : "Nous, nous avons voulu simplement savoir pourquoi ils ont été arrêtés, les motifs et dès que cela sera suffisamment clair, des dispositions seront automatiquement prises à notre niveau. Vous savez, on a des camarades qui, quelque fois, sont des victimes collatérales. Si on est dans ce cas-là, nous sommes tenus de prendre un avocat pour suivre. Mais si quelqu’un a, sciemment, posé un acte, qu’il sait interdit, prohibé, là, nous n’y entrons pas ; il sera seul devant la justice. (…). Et la justice doit aller jusqu’au bout ».

Instruction à été donnée de procéder, dès le début de la semaine prochaine, à la mise en place des intérims pour ceux qui occupaient des responsabilités politiques au sein du parti.

O.L.O
Lefaso.net

"Le lieutenant Minoungou présentait le même tableau (...)
On murmure
"Le juge militaire m’a surpris positivement"
CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL : de Juliette Bonkoungou à (...)
Conseil économique et social : nouvelle présidence, (...)
Tentative présumée de putsch : le lieutenant Minoungou (...)
VIE DES PARTIS : l’UDPI après Dongo Longo
Tentative de coup d’Etat : Le MBDHP a rendu visite au (...)
Cérémonie d’investiture du président du CES du Burkina
Rencontre des anciens et nouveaux parlementaires : pour (...)
De la Haute-Volta au Burkina : les parlementaires (...)
Tentative présumée de putsch : Le MBDHP satisafit des (...)
Pot-pourri
L’ambassadeur de France au Conseil d’Etat
Arrestation de Norbert Tiendrébéogo : "La couleuvre est (...)
Tentative présumée de putsch : "Ce que j’ai vu et entendu (...)
Bonne gouvernance : échange d’expériences démocratiques en (...)
Déclaration : la situation nationale toujours préoccupante
Tentative de coup d’Etat : les organisations des droits (...)
Drame de la retraite au flambeau : le Chef d’Etat-major (...)
Bado Laurent, député : "Je suis allé en politique pour que (...)

Pages : 0 | ... | 11067 | 11088 | 11109 | 11130 | 11151 | 11172 | 11193 | 11214 | 11235 | 11256



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés