Actualités :: Incarcération de maires : « Le parti ne défendra pas quelqu’un qui a trempé (...)

Réunis en session du Bureau politique national du parti, ce samedi 13 février 2021 à Ouagadougou, les responsables du MPP (Mouvement du peuple pour le progrès) sont, à titre d’information, revenus sur l’arrestation, suivie de leur incarcération, de deux de leurs camarades, maires de l’arrondissement N°7 de Bobo-Dioulasso et de Pama (dans la région de l’Est). Occasion pour le président du parti de donner la position du parti face à ces questions de bonne gouvernance.

La semaine en achèvement a donc été marquée au plan politique par l’arrestation de ces deux maires (arrondissement N°7 de Bobo-Dioulasso et Pama), tous militants et élus sous la bannière du parti, le MPP.

En session du Bureau politique national, le président du parti, Simon Compaoré a partagé avec ses camarades ces ’’’informations pas reluisantes’’ . Profitant d’une question des journalistes sur le sujet, Simon Compaoré s’est appesanti sur la position du parti sur ces aspects de gouvernance et ennuis judiciaires qui découlent des actes délictueux. « Nous avons dit à nos élus, conseillers, maires..., qu’il y a un code de déontologie et qu’ils savent ce qu’on attend d’eux et ce qui est proscrit dans leur fonction de conseiller municipal, de maire ou de conseiller régional", a rappelé le premier responsable du parti au pouvoir.

"Si quelqu’un faute, il sera responsable de ses propres turpitudes. Le parti ne défendra pas quelqu’un qui a trempé les moustaches, qui a posé des actes délictueux", s’est positionnée la direction politique nationale du parti.

Sur ces sujets, Simon Compaoré explique la démarche... : "Nous, nous avons voulu simplement savoir pourquoi ils ont été arrêtés, les motifs et dès que cela sera suffisamment clair, des dispositions seront automatiquement prises à notre niveau. Vous savez, on a des camarades qui, quelque fois, sont des victimes collatérales. Si on est dans ce cas-là, nous sommes tenus de prendre un avocat pour suivre. Mais si quelqu’un a, sciemment, posé un acte, qu’il sait interdit, prohibé, là, nous n’y entrons pas ; il sera seul devant la justice. (…). Et la justice doit aller jusqu’au bout ».

Instruction à été donnée de procéder, dès le début de la semaine prochaine, à la mise en place des intérims pour ceux qui occupaient des responsabilités politiques au sein du parti.

O.L.O
Lefaso.net

Vote du budget 2004 : Le CDP crée la polémique
Inculpation de Me Frama : L’UDPI crie à l’arbitraire
Barreau du Burkina : La profession d’avocat en (...)
Femme et décentralisation : pour une meilleure (...)
Objectif du millénaire pour le développement : La (...)
Audiences présidentielles : Le président Blaise Compaoré (...)
Regard sur la justice burkinabè : La plainte en (...)
Budget 2004 : L’Assemblée nationale donne feu vert au (...)
Point de presse du gouvernement : La santé, les fraudes, (...)
Inculpation de Me Farama : Le Mouvement de la paix (...)
Ecole militaire technique de Ouagadougou : "Les 19e et (...)
Bitumage de la route Bobo - Dédougou : Une réalité dans (...)
Tentative de putsch : inculpation de l’avocat d’un civil (...)
IIIe congrès ordinaire de l’UIDH : Un nouveau bail (...)
Enquête parlementaire : Une occasion ratée
Partenariat Assemblée nationale-PNUD
Compte-rendu du conseil des ministres du mercredi 17 (...)
Commémoration de la fête nationale : Satisfecit des (...)
Burkina-Etats-Unis : Youssouf Ouédraogo reçu par le (...)
Quand le PCR "V" avance masqué
Rencontre inter-tchadienne de Ouagadougou : La paix (...)

Pages : 0 | ... | 11088 | 11109 | 11130 | 11151 | 11172 | 11193 | 11214 | 11235 | 11256 | ... | 11298



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés