Actualités :: Réconciliation nationale : De la théorie à la pratique pour Zéphirin (...)

C’est Zéphirin Diabré qui a la lourde tâche de conduire les Burkinabè vers la réconciliation. C’est l’homme qui a dirigé l’opposition, qui a renversé le président Blaise Compaoré en octobre 2014. C’est encore lui qui est chargé de le ramener. Lui qui critiquait les actions du gouvernement a l’occasion de mettre en pratique une partie de son programme. Si la réconciliation est noble, l’on se pose des questions sur les capacités de l’homme à mener à bien sa nouvelle mission.

On n’aura pas de tunnel avec Zéphirin Diabré, mais peut-être le bout du tunnel de la réconciliation. Cette mission est lourde. C’est pourquoi légitiment, on se pose des questions sur les compétences réelles du titulaire du poste pour conduire le bateau. Zéphirin Diabré, on ne doute pas de ces bonnes intentions. Seulement, son parcours politique n’est pas à son avantage.

Il faut rappeler que cet homme a eu les milles problèmes du monde pour éviter la dislocation de son parti, l’Union pour le Progrès et le Changement (UPC). Il a perdu ses principaux cadres avant les élections présidentielle et législatives de novembre 2020. La suite on la connait. C’est une défaite cuisante à la présidentielle. Au niveau des élus nationaux, il a également dégringolé.

Zéphirin Diabré, une gestion du CFOP décriée par certains opposants

L’autre fait majeur se trouve dans sa gestion du chef de file de l’opposition politique. Il était censé être le porte-parole des opposants. Mais, à un moment, des partis membres ont contesté sa légitimité et sa capacité à fédérer les différents partis. Comme conséquence, ceux qui ne se reconnaissaient pas dans l’institution qu’il dirigeait sont allés crées l’Organisations des Non Affiliés (ONA). Ces faits montrent à souhait que l’homme a peut-être un problème de management. C’est une tare qu’il doit forcément travailler à corriger.


Lire aussi Réconciliation nationale : La vision de Zéphirin Diabré


La réconciliation ne doit pas avoir un impact négatif sur la vitalité politique burkinabè

Le sécond bémol de la réconciliation, c’est qu’elle peut avoir un impact négatif sur la vitalité politique burkinabè. L’on sait bien que le premier chantre de la réconciliation, c’est le Congrès pour la démocratie et le progrès. C’est le parti de Blaise Compaoré. Or, il se trouve que dans le même temps, c’est le CDP qui est devenu chef de file de l’opposition politique. En voulant le retour de leurs mentors, le CDP risque de faire profil bas à certains moments. Cet état de fait est mauvais pour la démocratie. L’opposition à priori doit jouer un rôle républicain. Il ne doit y avoir aucune compromission qui nuise à la démocratie.

C’est au pied du mur qu’on reconnait le vrai maçon

Bref, bien que ces inquiétudes soient fondées, l’on espère que le « lion » de l’UPC trouvera les moyens et les ressources nécessaires pour faire oublier ces présents échecs. Du reste, il a répété à plusieurs reprises qu’il était le mieux placé pour réconcilier les Burkinabè.

Il a donc l’occasion de mettre en œuvre ses idées. S’il éprouve des difficultés, on le comprendra. On donnera une fois de plus raison à Black So Man quand il chantait : « la théorie est facile mais la pratique est difficile ». Néanmoins, on attend le maçon au pied du mur pour bien le juger. On espère qu’il réussira là où certains ont échoué quand ils étaient aux affaires.

Dimitri OUEDRAOGO
Lefaso.net

Partis politiques : Le PAREN change d’optique
Arrivée de Laurent Gbagbo à Bobo Dioulasso pour (...)
Visite de Laurent Gbagbo au Burkina : La rencontre de (...)
Vie des institutions : Blondet rend visite au Conseil (...)
Enquête parlementaire sur Rood Woko : le gouvernement a (...)
Dr Pierre Bidima : "laissez le mouvement de la paix (...)
Emmaüs international : Blaise Compaoré reçoit les (...)
Communication gouvernementale : le show d’Adama (...)
Point de presse du gouvernement : la nouvelle carte (...)
Route de Boromo-Bobo : Razel mise en demeure
4e anniversaire du PNR-JV : les convictions de (...)
Diplomatie : Hymne à l’amitié avec cinq pays
Coopération : Le Vice-ministre chinois des Affaires, (...)
Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 19 (...)
Enquête parlementaire : une occasion ratée
Processus électoraux : la CENI reprend ses enseignements
CDP : première session du Bureau politique national
Xe Assemblée mondiale d’Emmaüs International : le défi (...)
Razel sur le tronçon Boromo-Bobo : mise au point
Cour des comptes du Burkina : l’ambassadeur de France (...)
Romano Prodi au Burkina Faso:la crise ivoirienne au (...)

Pages : 0 | ... | 10731 | 10752 | 10773 | 10794 | 10815 | 10836 | 10857 | 10878 | 10899 | 10920


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés