Actualités :: Élections du 22 novembre 2020 au Burkina : " C’est une insulte à la démocratie (...)

Trois semaines après le double scrutin, les responsables de l’Union nationale pour la démocratie et le développement (UNDD) donnent leur position par rapport au processus électoral et reviennent sur, une fois de plus, "la question cruciale" de la réconciliation nationale. C’était par une conférence de presse animée ce mardi 15 décembre 2020 à Ouagadougou.

L’Union nationale pour la démocratie et le développement (UNDD) n’a pas pris part aux élections couplées du 22 novembre 2020, pour la raison qu’il fallait satisfaire à des préalables liés, entre autres, à la sécurité du processus lui-même et surtout des Burkinabè et leurs biens. "Quand on va à une election sans sécuriser le processus, on est assuré de la perte", observe le président de l’UNDD, Me Hermann Yaméogo.
Il partage la responsabilité des anomalies entre la majorité "qui a tout fait pour garder le pouvoir" et l’opposition "qui a été pour une manigance pour permettre que les choses se déroulent ainsi".

Au-delà des deux entités, Me Yaméogo ampute la responsabilité également à tous ces Burkinabè "qui ont poussé" ces leaders politiques aux élections, croyant parvenir au changement. "On n’a jamais eu une élection comme celle-là... C’est une insulte à la démocratie", mâte-t-il.

Selon Hermann Yaméogo, les Burkinabè ont raté un moment d’aller en un front uni pour une "bataille décisive". Maintenant, ils ne doivent pas rater la réconciliation nationale, invite le président de l’UNDD.

La réconciliation ne concerne pas quelques individus ni la période de l’insurrection, elle va de l’indépendance à ce jour, explique Hermann Yaméogo, relevant des actes qui ont eu un impact négatif sur la vie du pays.

Il appelle à prendre à temps, les dispositions pour ne pas que la réconciliation nationale connaisse le même sort que les élections. "Que chacun s’engage sincèrement et que, pour une fois, les premiers bénéficiaires de la réconciliation ne soient pas des politiques, mais les populations", plaide Hermann Yaméogo.
Connu pour son combat pour les grandes questions de la vie nationale à travers des concepts, telles que la démocratie consensuelle, la refondation nationale, la régionalisation démocratique, Hermann Yaméogo se prépare à publier une oeuvre sur la "justice transitionnelle" et la réconciliation nationale.

Lefaso.net

Evacuations sanitaires : L’Etat a dépensé plus de 811 (...)
55e journée de la déclaration universelle : Les Droits (...)
Troisième forum national des droits humains : La (...)
Situation de la SOPROFA et du PNGT2 : L’exécutif (...)
IIIè Congrès ordinaire de l’UIDH : Dans l’attente d’une (...)
Commémoration du 11 décembre : Le président du Faso (...)
SAPOUY AN V : Les coutumiers et les religieux (...)
Compte rendu du Conseil des ministres du 10/12/2003
11 décembre, fête de l’indépendance : "Nous avons accepté (...)
Blaise Compaoré à Khartoum : "Un renforcement des liens (...)
Xe réunion régionale africaine de l’OIT "L’Afrique ne veut (...)
Blaise Compaoré à Addis Abeba : Un plaidoyer pour (...)
Audit du MBDHP : Comme un doigt sur une plaie (...)
Université de Ouagadougou : Le nouveau président, le Pr (...)
11-Décembre, fête nationale
Mission impossible
Parlement- société civile : Concilier légalité et (...)
Tronçon Boromo-Bobo Dioulasso de la nationale 1 : "Razel (...)
Gouvernement de la IVè République:Imminence d’un (...)
Collectif des organisation démocratiques de masse et de (...)
Regard sur la justice burkinabè : Le combat contre (...)

Pages : 0 | ... | 10857 | 10878 | 10899 | 10920 | 10941 | 10962 | 10983 | 11004 | 11025 | ... | 11046



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés