Actualités :: Élections du 22 novembre 2020 au Burkina : " C’est une insulte à la démocratie (...)

Trois semaines après le double scrutin, les responsables de l’Union nationale pour la démocratie et le développement (UNDD) donnent leur position par rapport au processus électoral et reviennent sur, une fois de plus, "la question cruciale" de la réconciliation nationale. C’était par une conférence de presse animée ce mardi 15 décembre 2020 à Ouagadougou.

L’Union nationale pour la démocratie et le développement (UNDD) n’a pas pris part aux élections couplées du 22 novembre 2020, pour la raison qu’il fallait satisfaire à des préalables liés, entre autres, à la sécurité du processus lui-même et surtout des Burkinabè et leurs biens. "Quand on va à une election sans sécuriser le processus, on est assuré de la perte", observe le président de l’UNDD, Me Hermann Yaméogo.
Il partage la responsabilité des anomalies entre la majorité "qui a tout fait pour garder le pouvoir" et l’opposition "qui a été pour une manigance pour permettre que les choses se déroulent ainsi".

Au-delà des deux entités, Me Yaméogo ampute la responsabilité également à tous ces Burkinabè "qui ont poussé" ces leaders politiques aux élections, croyant parvenir au changement. "On n’a jamais eu une élection comme celle-là... C’est une insulte à la démocratie", mâte-t-il.

Selon Hermann Yaméogo, les Burkinabè ont raté un moment d’aller en un front uni pour une "bataille décisive". Maintenant, ils ne doivent pas rater la réconciliation nationale, invite le président de l’UNDD.

La réconciliation ne concerne pas quelques individus ni la période de l’insurrection, elle va de l’indépendance à ce jour, explique Hermann Yaméogo, relevant des actes qui ont eu un impact négatif sur la vie du pays.

Il appelle à prendre à temps, les dispositions pour ne pas que la réconciliation nationale connaisse le même sort que les élections. "Que chacun s’engage sincèrement et que, pour une fois, les premiers bénéficiaires de la réconciliation ne soient pas des politiques, mais les populations", plaide Hermann Yaméogo.
Connu pour son combat pour les grandes questions de la vie nationale à travers des concepts, telles que la démocratie consensuelle, la refondation nationale, la régionalisation démocratique, Hermann Yaméogo se prépare à publier une oeuvre sur la "justice transitionnelle" et la réconciliation nationale.

Lefaso.net

Commune de Loumbila : « Nous avons 31 villages et une (...)
Justice au Burkina : « Construire ensemble l’Etat de (...)
Rencontre statutaire avec le Conseil supérieur de la (...)
Commission de l’Informatique et des Libertés : La (...)
Cadre de concertation du CFOP : Eddie Komboïgo invite (...)
Nécrologie : Le MPP pleure la mort de Martin Gustave (...)
Burkina : Le président du Faso rencontre le Conseil (...)
Aziz Dabo, vice-président de la NAFA : « Il faut toujours (...)
Politique : L’UNIR/PS déclare son appartenance à la (...)
Réconciliation nationale : L’impunité ne sera pas (...)
Burkina : « Chacun est porteur d’une responsabilité pour (...)
Vie politique : Un ancien ‘’élément’’ de sécurité de Roch (...)
Burkina : La CENI offre 400 ordinateurs à l’Office (...)
Burkina : Le MPP appelle la classe politique et la (...)
Burkina : Zéphirin Diabré échange avec la commission (...)
Burkina : Le MPP "accompagne" certains de ses cadres à (...)
Incarcération de maires : « Le parti ne défendra pas (...)
Simon Compaoré rétorque au rapport du REN-LAC : « C’est (...)
Coût salarial des gouvernements de 2016-2020 : Seuls six (...)
Gouvernement Dabiré II : La Chambre des métiers loue la (...)
Coût salarial des gouvernements de 2016 à 2020 : Plus de (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 10836


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés