Accueil > ... > Forum 1899017

Assassinat de Thomas Sankara : « Le 15 octobre 1987 est un véritable gâchis », regrette Bassirou Sanogo, ancien ambassadeur du Burkina en Algérie

15 octobre, 15:39, par Nabiiga

TOUT CE QUE L’HOMME FAIT, VIT APRÈS LUI

Tout ce que l’homme fait, vit après lui. Prenez-le très au sérieux. En relisant l’interview de monsieur Sanogo, j’ai déniché quelque chose qu’il me fait plaisir de partager. L’arroseur, arrosé.

Vous vous souvenez du calvaire de la petite famille de Sankara après son assassinat ? Vous vous souvenez que cette dernière fut chassée carrément du Burkina si bien que Mariam fut cherchée comme un Général Rebel sur qui il fallait, coûte que coûte, mettre la main sinon elle fesait un coup d’état du gouvernement de la rectification. Vous vous souvenez également qu’elle fut persona non grata au Burkina ? Devinez qui fut chassé à son tour par l’insurrection. Qu’est-ce qui est préférable ? Chassé par une organisation de malfaiteurs ou chassé par le peuple entier dans une insurrection populaire, je dis bien

Vous vous souvenez également il fut un temps, il y a longtemps, un certain Général Djirbil Bassolet. Ce Général, s’est cru tout permis, s’est cru le plus futé du Burkina, le plus malin, le plus intouchable, le Général qui détestait le plus d’être interrogé, voilà, c’est bien de lui dont je parle. Ça fait longtemps qu’on n’a plus eu de ses nouvelles et on risque de n’en plus avoir à en croire l’évolution des choses. Ce fameux Général un temps, fut l’interrogateur en chef de ceux qui ne voulaient rien savoir de la rectification. N’est-ce pas là encore l’arroseur arrosé ? Tout ce que l’homme fait, vit après-lui. Blaise a assassiné Sankara et a chassé sa famille du Burkina. Blaise fut chassé à son tour. Aujourd’hui, il rase les murs à Abidjan. Djibril Bassolet fut l’interrogateur-en-chef des refusiks de la rectification, il fut intérrogé et écroué à son tour. Gilbert Diendéré fut le planificateur-en-cher du coup d’état qui s’est soldé en l’assassinat de Sankara, lui-même s’est vu arrêté non pas dans une affaire de vol, ou d’un malfait que ce soit, mais bien dans un coup d’état, interrogé et écroué à son tour. Il rase les murs, lui aussi, à la MACA à Ouagadougou. Tout ce que l’homme fait, vit après lui

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés