Accueil > ... > Forum 1888903

Burkina Faso : La réconciliation, pourquoi ? et Comment ?

2 octobre 2020, 01:26, par Mechtilde Guirma

Au « Jeune Patriote »,

C’est vous qui êtes impertinents et borné par dessus le marché. D’abord pensez vous réellement que le parti qui arrivera au pouvoir pourra organiser cette fameuse réconciliation de façon transparente ?
« Il n’y a rien de caché qui ne doive être découvert, ni de secret qui ne doive être connu. C’est pourquoi tout ce que vous aurez dit dans les ténèbres sera entendu dans la lumière, et ce que vous aurez dit à l’oreille dans les chambres sera prêché sur les toits » (Lc 12,3 et Mt 10,27). »
C’est le principe même de la réconciliation sur le thème : « Vérité, Justice et réconciliation », que préconise Zéphirin Diabré ! Mais lui est-il prêt à cela avec les casseroles, à ce qu’on dit, qu’il traîne ? Qu’en est-il de la promesse du MMP une fois arrivé au pouvoir ? Et le Ministre Adama Fofana, qu’est-ce qu’il était sur le point de nous révéler, à propos du tandem Salif Diallo-Zéphirin Dabré lorsqu’il mourut subitement sans que la presse nous informe de la nature de sa maladie ni de quoi il est mort ? À supposer aujourd’hui que Salif fusse encore vivant, à quoi on allait s’attendre pour aller vers la réconciliation ? Plaise à Dieu donc que Mr. Zéphirin accède au pouvoir. Vous croyez que le président du CFOP, lui, fera mieux s’il traîne des casseroles (même dans la criminalité tant de sang qu’économique), et dont il est conscient qu’il y a des témoins quelque part qu’il ne pourra jamais débusquer ? Je vais vous raconter une anecdote dans le cadre de la citation évangélique plus haut que pendant longtemps je n’ai pas voulu en arriver là. Mais vu les circonstances de la situation de notre pays, me taire serais, comme l’a dit le Cardinal Kutwa de Côte d’Ivoire : « Dans certaines circonstances, le silence peut être synonyme de lâcheté et de complicité avec l’iniquité » (si je fais mention de cette citation c’est simplement une réponse d’une laïque, à un leadeur de conscience ou à un homme d’Église, dans son devoir d’informer ses autorités voire les interpeler. Voilà donc : J’ai, ici au Canada, été assaillie par une nièce de Rock (sa mère est la fille de la grande sœur de la maman de Rock). C’était au nom d’amitié des grands-parents maternels (la grande sœur de sa mère) de Rock, avec mes parents depuis 1920 à Kaya. Par ailleurs ses parents maternels furent des grands amis à mon frère lorsqu’il était aumônier des Voltaïques en côte d’Ivoire. Sa mère que nous aimions beaucoup, voire vénérions fut de la génération des première filles intellectuelles institutrices que Rufisque a produit à l’Afrique de l’Ouest. Elle se nomme Antonine et avec son amie Antoinette (je crois si j’ai bonne mémoire), c’était les plus filles de Ouaga. Moi je les croyais même jumelles. Nous qui rentrions dans notre adolescence et dans le secondaire, elles étaient des modèles parfaites pour nous et nos mamans ne cessaient de les citer en exemple. Du père de rock, je n’en connais pas grand-chose je l’avoue, sauf qu’après le régime de Maurice où il a été membre du gouvernement, il fut CONSEILLER SPÉCIAL de tous les autres régimes jusqu’à nos jours avec son fils. Voilà donc qu’au nom de cette amitié de nos parents qui frisait la vraie parenté et surtout avec les extensions de cette famille de Rapadéma dans tous les lieux où mes parents ont vécu (à Kaya, à Ouagadougou, à Koudou et à Abidjan), je reçus donc la nièce que j’aimais beaucoup. C’était à l’approche des élections de 2015. C’est alors (car je n’y songeais pas), que malheureusement, elle me posa la question de candidature de Rock aux présidentielles. Je lui ai craché toute ma vérité sur Rock. Un incapable notoire qui allait nous foutre dans un bourbier (car je connaissais beaucoup de choses sur lui). Elle a tenté de m’expliquer qu’il n’y avait que trois choix possibles pour les élections. À savoir Rock, Zéphirin et le troisième dont je tais le nom. Pour ce dernier, elle ne m’a pas donné les raisons qui faisaient qu’il fallait coûte que coûte qu’on l’empêcha d’être président. Quant à Zéphérin alors, pour elle ce serait catastrophique parce qu’il est un bissa, et tout le monde sais combien les bissas sont mauvais. Je tombais des nues et je lui ai dit que moi je n’étais pas de cette culture. En effet c’est là que j’ai compris comment après la révolution de Sankara, le pays a basculé dans la haine, la stigmatisation, la pauvreté de la population et les attitudes hautaines de ceux qui avaient l’argent. En effet la haine ethnique semblait être née des intellectuels des minorités ethniques contre la majorité ethnique introduite par Sankara. Il fallait coûte que coûte éliminer cette majorité de toutes les instances du pouvoir (même avec des crimes de sang) afin de frayer le chemin à la minorité. Cependant la majorité était-elle décidée à se laisser trucider ? Rien n’était moins sûr et c’était de bonne guerre.

Pour ma part, je ne connais pas Zéphérin Diabré et je ne veux pas porter des jugements de valeur sur lui. Mais il s’est laisser drôlement piéger par le côté minorité ethnique en jouant leur jeu par Salif Diallo qui était en fait double. Son acte notoire c’est d’avoir avec haine procédé à l’exclusion du 3ème candidat l’empêchant d’être autonome en dehors du CFOP, malgré les textes constitutionnels alors qu’au sein de la minorité même il n’est pas le bien venu lui-même. Il semble avoir été donc instrumentalisé pour le sale bouleau de l’exclusion.
En plus de cela, l’autre casserole qui trouble l’esprit, fut son rôle au Congo dans l’ Areva. Les Congolais dans leur majorité (sinon la totalité ceux que j’ai connus) lui reprochent les déguerpissements et le génocide dans leur pays. Ce qui peut laisser nous burkinabé à réfléchir encore longuement sur les déguerpissements et les génocides (déguisés en terrorisme) les crimes économiques et politiques en cours dans notre pays. Alors Zéphérin Diabré est-il prêt à se présenter devant un tribunal indépendant (qu’aucun homme politique ne devrait désigner) pour éclaircir d’abord ces zones d’ombres avant les élections quitte à se blanchir ?

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés