Accueil > ... > Forum 1539622

Economie : La BCEAO note une résilience de l’économie burkinabè

5 avril, 20:33, par Leigw

Chers Citoyens du Burkina Faso,
Je crois sincèrement que nous, Burkinabé, devons nous arrêter pour un instant et réfléchir à qui nous sommes. Je me souviens très bien d’avoir grandi dans la ville de Bobo Dsso, où coexistaient des gens de tous les horizons aux antécédents divers. À cette époque, tout le monde se respectait comme des Hommes et des Burkinabé. La religion n’était pas un problème ni ethnie. Pendant les fêtes religieuses, les familles respectaient les croyances religieuses de leurs voisins. Tous les enfants étaient impatients de passer leurs vacances, que ce soit à Noël ou à Ramanda. Mais aujourd’hui, quelque chose a terriblement mal tourné. La première chose que nous devons nous poser la question en tant que Burkinabé est la suivante : qu’ est-il arrivé ? La deuxième question est : A qui nous faisons plaisir ? La troisième question est : qu’est-ce que nous avons comme ressources et qui nous distrait ? Nous n’avons jamais eu ce genre de comportement au Burkina Faso dans le passé. Ce qui m’a surpris, c’est la présence de tant d’ONG au Burkina Faso. Je pense que nous devons avoir le compte complet de toutes les ONG du pays et ensuite faire une évaluation des travaux ou des services qu’elles fournissent. Chaque ONG doit déclarer ses taxes annuelles avec les exemptions fiscales nécessaires. Je voudrais être clair. Je ne préconise pas que les ONG paient des taxes, mais elles doivent les déclarer leur fonds pour montrer toutes leurs dépenses et leurs revenus (dons reçus de toute organisation interne ou externe). En outre, les ONG doivent déposer un rapport d’avancement de leurs activités afin que les autorités sachent quelle activité fonctionne bien et quelle ne fonctioou non. Je pense que chaque nouvelle ONG devrait avoir un délai de grâce de trois à cinq ans renouvelable en fonction de l’efficacité de ses travaux. Si après trois ou cinq ans, leurs travaux ne peuvent produire aucun résultat substantiel, cette ONG ne devrait pas être autorisée à fonctionner car cela créerait des distractions dans le pays. Une autre observation que j’ai faite est le nombre de colloques ou de réunions sans résultats concrets. Nous au Burkina Faso, nous aimons trop parler et à la fin, il n’y a pas de résultat dans ce dont nous avons parlé. Nous sommes trop distraits par l’art du langage au lieu de l’art des résultats réels et tangibles. Nous devrions penser à des vrais résultats et non à des faux résultats. Le véritable objectif de notre pays devrait être de développer nos secteurs agricole et agroalimentaire. Nous devrions sensibiliser nos populations de l’importance de consommer ce qui est cultivé au Burkina Faso. Les médias doivent être les meilleurs partenaires du gouvernement pour promouvoir le système alimentaire régional. Nous devrions comprendre que personne au monde ne viendra nous sauver car ils sont aussi lá pour leurs interêts.
Merci.
Ls

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés