Accueil > ... > Forum 1532042

Lutte contre la fraude au Burkina : Maixent Somé appelle à protéger les industries locales

27 mars, 14:59, par Bernard Luther King ou le Prophete Impie

- Consommons Burkinabè, OUI. Industrialisation Nationale : OUI. Cependant, il faut savoir negocier les modalités, et pour le cas des commercants de pneus, savoir aller "PIANO, MEZZO-FORTE, et FORTE". M. Somé, je demande à apporter quelques elements de reflexion avec vous.
- Le Probleme de SAP, vous dites que SAP fait de la qualité. Certes et la presse en a temoigné plusisuers fois. Les commercants eux reprochent la mauvaise qualité. Qui a raison ? Savez-vous que vous pouvez avoir raison et vous avez raison et que les commercnants aussi peuvent avoir raison ?
- Ma tentative d’explication : C’est depuis quand SAP s’est positionné ? Il me semble que cela est très recent et alors les commercants ont raison de brandir l’ancien etat de lieu. Mais où etait-il SAP de 2003 - 2018 ? A mon avis, SAP est probablement victime d’un concours de circonstance : Une mauvaise situation financière ou une non-competitivité à quoi s’est ajouté depuis 2003 l’envahissement de nos marché par les nouvelle motos plastiques que nous connaissons tous : plus de P50, plus de Yamaha ancien etc. En plus de cela, il faut tenir certes compte des effets demographiques depuis 2003 : le nombre de motos a exponentiellement augmenté et le besoin en pneu avec. Question : SAP etait-il en position depuis 2003 de satisfaire cette forte demande ? Sa politique qualité existait-elle depuis 2003 ? Que SAP m’excuse si faux.
- De plus, le 17dec 2018, une rencontre entre SAP et les commercants a eu lieu : qu’a-t-on fait des griefs, propositions faites par les commercants ?
-  Ensuite SAP Olympic est sur la bonne voie avec les differentes conventions signés avec certaines grandes societés comme CFAO, les Universités UO1 et UO2. Il faut se battre et recuperer le marché perdu avec l’accompagnement de l’Etat. Mais une question : comment se fait-il qu’on accumule plus 1milliards de pneus non-vendus selon le LEPAYS ? On fabrique et on fabrique et on fabrique, ou quoi ? Bref.
- M. SOME, parlant d’industrie nationale, est-ce qu’on en a ? Les Investisseurs Directs Etrangers n’iont-ils pas tout recuperer avec les consequences et rsiques qu’on connait : Se referer à l’Economiste du Faso sur la question des IDE.
- Les solutions, c’est beaucoup de combinaisons : la formation, adequation de nos programmes scolaires. Je me souviens de la privatrisation d’une sonciété de la place ou on demandait en son temps un Partenaire National : on a cherché en vain !
- Nous devons nous developper. Ne sommes-nous pas tous des fraudeurs ou complices de ces fraudes ? Le Gouvernement doit compter sur un resultat d’echelle dans le temps et dans l’espace plutot que de vouloir rattraper 20 ans de retard en quelques années.
- Proposition au gouvernenemt : 1ere etape  : arracher une victoire sur le plan des mentalités, donc baisser les 200 millions exigés à une valeur consensuelle. 2eme etape  : offensive pour une victoire economique. Merci M. SOME Maxient.
"Dieu Reste Burkinabè"

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés