Accueil > ... > Forum 1529098

MINEFID : « Réformer ou mourir de mort lente »

22 mars, 10:51, par roland

Burkina Faso quand le gouvernement continue dans sa politique de diabolisation des agents des finances.
Après l’économiste du Faso, qui soit entré dans cette danse visant la diabolisation des agents des finances, bien que ce même journal avait auparavant dénoncé la non diabolisation du fonds commun, des pseudos intellectuels continuent à tailler dans la bêtise, souvent avec des casquettes d’universitaires.
Voyez vous chèrs frère et soeur burkinabè aujourd’hui , les réseaux sociaux nous ont permis de voir jusqu’à quel point nous pouvons être tous manipulés. Nous avons tous voulu accepter l’idée selon laquelle le fond commun est un deal, un braquage étatique. Que nous sommes si maipulable !!!
Le fond commun, est le privilège le plus meritant qu’un état puisse accorder à ses agents des finances. Si vous en doutez encore, regarder ce dont les agents des impôts on apporter à l’état nigérien à travers le redressement d’une société opérant dans la télécommunication.
A voir la réaction des uns et des autres, on se croirait dans un état ou le civisme fiscal est la chose la mieux partagé, pourtant on sait tous de quoi cette réalité revoit.
Pour l’état burkinabé et surtout le gouvernement , c’est se discréditer et affaiblit l’autorité de l’État à travers cette campagne de diabolisation des agents des finances. Car en effet, Le respect qu’on doit à un État dépend en grand partie de l’autorité que ces agents possèdent.
Continuons dans le mensonge, on sera tous comptable de cette diabolisation.
Vous êtes en plus marrant, les connaisseurs de la fiscalité sans jamais été à l’école des finances en voulant porter vos jugements sur le boulot des gens qui après 4 année d’étude en droit ou en économie, appuyé de deux ans de formation ont tjrs servis l’état par leur abnégation, des gens qui ont fait financièrement aujourd’hui, ces personnes qui nous gouvernent grâce à leurs intelligences.
Et d’ailleurs , sachez que chacun utilise son arme pour se faire entendre. Les médecins desservent les hôpitaux en sacrifiant des vies pour se faire entendre, les enseignants boycottent l’éducation des enfants du pays pour se faire écouter, les policiers nous laisse dans la peur de l’insécurité pour exprimer leur mécontentement, La RTB refuse la couverture des événements du gouvernement pour obtenir satisfaction de sa plateforme et quand il s’agit des financiers on trouve qu’ils ne sont pas patriotes. Est on sérieux ? La bêtise burkinabè.
Pendant que nous y sommes, rappelons dame Rosine Coulibaly pour qu’elle nous dise l’avenir des fonds commun existant au ministère du commerce, à la présidence, Au niveau des mines... Et souvent dont elle même n’a pas la maîtrise du montant.
Les agents des finances méritent leur fond commun pour travail rendu à la nation. On n’a juste qu’à les imposer encore d’efforts pour satisfaire les autres revendications sectorielles. Car de la même manière, ils travaillent avec dextérité pour proposer des lois de finances à nos députés qui ne connaissent rien des finances pour la majeur parti, ils peuvent en faire de même pour satisfaire les autres revendications entendus çi et là. Gouvernement un populiste orienté vers les agents de finance ne paye pas et ne payera jamais. Si vous en doutez continuer. Le grand rendez vous n’est pas loin. 8.000 agents équivaut à 8000 leaders d’opinion et ce depuis les villages les plus reculés. Si vous en doutez encore, imprègner vous du sens sémantique du concept de leader d’opinion

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés