Accueil > ... > Forum 1523826

Burkina : « Pour un Mémorial de la Nation »

13 mars, 13:56, par Ka

Merci Sayouba pour ton analyse pertinente. J’ai toujours partagé quelques-unes de tes analyses avec plaisir. Ici je contribue pour conforter tes remarques avec l’internaute MOLOTOV que je confirme, même si tu ne vois pas qui est Ka. Pourtant dans la presse écrite tu n’ignores pas qui est Ka, car les internautes malhonnêtes ont obligé les internautes de bonne foi d’utiliser des pseudos. Ici je veux dire que ceux qui crient Thomas Sankara, Thomas Sankara sans être des vrais Sankaristes que leurs fonds de commerce, on les connait.

On connait aussi ceux qui ne se cachent pas leur haine pour Sankara en ayant perdu de la famille à cause de son ministre de justice qui se vengeait des amis plus intelligents que lui sur le dos de Thomas Sankara qui encaissait en tant que père de sa révolution et un homme qui assume. Oui Sayouba, ce n’est pas que les changements radicaux de la révolution qui touchaient toutes les familles, surtout les nôtres, nous qui avions confiance à cette révolution, qu’on déviait notre idéal, loin de là. Certainement tu as perdu de la famille, comme mon propre oncle qui a été dégagé en tant qu’un bon enseignant a cause de la réforme agraire, je dis un bon enseignant car, quelques-uns de ses élèves sont ministres de nos jours. Je pouvais a l’époque allé contre cette réforme agraire en détestant soit le ministre du travail ou le père de la révolution, mais je l’ai accepté pour les défis que notre révolution a fixé.

Oui je connais le jeune CDR Sayouba Traoré engagé parmi les engagés du CDR d’Europe section Paris du CNR, une section qui était le centre dont je vous ai donné l’idéologie de la révolution a travers notre camarade secrétaire général du CDR P. Ouédraogo. Je me souviens comme si c’était hier, les Tamini, Les florent, les Zida les Damoué, tous de Paris, comme les Dièssongo d’Italie, les A. Ouédraogo d’ Allemagne, Les Sanou, Kaboré, de la Suisse, les E. sanogo, d’Autriche, les Barro de Bruxelles : Oui sayouba, le commandant S. Kaboré ou P. Ouédraogo peuvent dans leurs archives de nos jours, trouvé la carte n’1 du CDR paris de Sayouba Traoré. Votre action n’était pas de soutenir un individu qui était Thomas Sankara, mais les actions d’une révolution d’espoir pour un pays et son continent. On connait ceux qui viennent avec des analyses haineuses contre Sankara en disant comme une certaine personne réfugié dans un pays frileux que la violence dans notre pays vient de Thomas Sankara. Ces personnes-là sont des malhonnêtes, car le bourreaux de la révolution inachevée de l’idéologue Thomas Sankara était le ministre de la justice nommé Blaise Compaoré après avoir assassiné son frère d’arme pour le pouvoir : Les propres amis de cette personne qui dit que la violence du Burkina vienne de Sankara sans dire Blaise Compaoré, ses protégés comme un certain yaméogo ou Koné, caressaient le dos du bourreau de la révolution devenu un introverti président. Piétinez et salir l’œuvre de Thomas avec les crimes commis par un introverti, c’est salir toutes ou tous ceux qui ont mis leurs espoirs sur une révolution démocratique et populaire qui voulait relever plus haut un pays et son continent. Si un certain Paulin Bamouni était encore de ce monde, il sera fière de tes analyses pertinentes. Merci S. Traoré.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés