Accueil > ... > Forum 1522435

Procès du putsch du CND : « Laissons le passé au passé », exhorte l’ancien Président Jean-Baptiste Ouédraogo

11 mars, 14:10, par caca

J’ai lu la déposition de Mr JB avec une attention particulière, mais je ne trouve pas cela comme un témoignage à charge voulu par le parquet. J’avoue que je ne comprends rien dans cette déposition qui devait montrer et confirmer la culpabilité du Gal Diendéré et les éléments du RSP poursuivis. Je ne suis pas du métier, mais la déposition de Mr JB est plutôt une plaidoirie avant l’heure et une médiation pour la libération du Gal Diendéré et ces co-accusés. Je ne sais pas que vaut ce témoignage, mais il contredit tous les autres témoignages qui étaient d’ailleurs pas très clairs. La hiérarchie militaire me semble cacher les vraies raisons du putsch manqué. Si l’ancien demande «  Laissons encore cachées toutes les révélations qui participent à la déstructuration de l’Armée... Évitons de démoraliser nos valeureux soldats, seuls gage de notre sécurité. Laissons le passé au passé et tournons-nous vers l’avenir en ne pensant pas à nous mêmes, mais en pensant à nos enfants, à nos petits enfants », a déclaré Jean Baptiste Ouédraogo avant de demander une nouvelle fois au peuple burkinabè de proscrire « l’apologie de la violence et la rhétorique de la division ». Et d’autre part, il révèle l’existence d’un faux document "d’un accord complémentaire à la charte de la Transition, classé confidentiel, et qui lui a été lu par le Colonel Auguste Denise Barry. Ce document n’a pas été annexé à la charte, qui n’avait pourtant pas prévu la présence de militaires dans le gouvernement. Dans ce document complémentaire, il est mentionné que le gouvernement doit être dirigé par un Premier ministre, nommé par le Président du Faso sur proposition des Forces de défense et de sécurité . Cette révélation me semble ambiguë et remet en cause la suite du procès. Nous sommes au pénal, et les témoins ont été choisi par le parquet à venir chargé le Gal Diendéré et les éléments accusés, mais parler des choses comme de nouvelles révélation met en mal la partie de l’accusation. Pour l’instant l’article du faso.net n’est pas rassurant. Il y a bien un doute concernant l’implication du Gal Diendéré et déjà le colonel Pierre Sanou et le prélat l’on dit dans leur déposition d’une autre manière. Personnellement, l’implication de l’armée burkinabé est évidence dès le départ, mais la résistance organisée par la société civile et la communauté internationale on bien modifiée le comportement de la hiérarchie militaire. Un témoin qui vient demander une réconciliation en plein procès est quand même bizarre. Et ce doute doit nous profiter pour la libération de nos généraux.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés