Accueil > ... > Forum 1517562

Mélégué Traoré, ancien président de l’Assemblée nationale : « Le fait qu’on ait dissous le RSP a été une erreur, même si on refuse de le reconnaître »

6 mars, 17:43, par LE REVEUR PATIENT

Mon cher Président, tout mon respect. c’est avec une patience et une fierté immense que j’ai lu vos propos et je les ai même lus deux fois pour bien m’assurer que j’ai bien compris. C’est fort de de cela que je viens ici donner mon appréciation sur deux points que vous avez abordés qui me semblent très important et vitaux :
1- La question de la dissolution du RSP. De mon point de vue, le RSP est à la base même de sa dissolution car ; même si politiquement le RSP semblait être une structure régalienne de par sa création, fort est de reconnaitre qu’elle n’en était pas une de par son comportement et sa mise hors du commandement du chef d’état major des armées de notre Pays. cela n’était un secret pour personne. Déjà le RSP constituait un vrai danger pour nos populations dès lors que son chef suprême a déserté le bateau qui tanguait. Cela a continué avec le refus de quitter KOSSYAM ; Une armée n’habite pas une présidence mais dans les camps militaires. Peur du RSP, non. Craindr eoui car tout avait été fait de telle sorte que toutes les armes étaient entre leur main et le reste confisqué à YIMDI. Ça aussi nous le savions pertinemment. Donc à ce sujet, mon point de vue diverge d’avec le vôtre et c’est aussi ça la beauté de notre Pays : le débat des idées
2-Concernant le Franc CFA (le Franc de Colonies Françaises d’Afrique). mon cher président, je suis parfaitement d’accord avec vous sur le plan du travail à renforcer pour renforcer NOTRE ÉCONOMIE NATIONALE ET AFRICAINE. Je suis d’accord avec vous que une économie forte passera par le travail et par notre capacité à lutter contre les tares que sont l’incivisme, la paresse et l’esprit geignard et pleurnichard. Je suis aussi d’accord avec vous qu’il faut absolument lutter et sévir contre la corruption notamment très forte au BURKINA FASO, ce qui plombe absolument notre économie. Tout cela constitue ce que j’appelle le PREMIER FRONT DE LUTTE ; Le deuxième front de lutte reste pour moi la lutte pour la suppression pure et simple du Franc des Colonies Françaises d’Afrique (Franc CFA) créé et maintenu par le sang par la France coloniale et néocoloniale. Monsieur le Président, dites moi comment un Pays, une région ou un continent peut avoir une économie solide et prospère si c’est un autre pays qui gère sa monnaie, décide de la valeur de la monnaie, garde la valeur qui soutient cette monnaie par devers lui, fabrique les billets qui lui conviennent etc.. Si cela n’est pas aussi important que cela pourquoi la France menace tous les Pays qui osent parler de la suppression de cette monnaie ? je suis sûr que vous en savez plus que moi. vous savez mieux que moi touts les présidents qui ont été assassinés par la France par le fait simple de la tendance à l’autonomisation de cette monnaie et à son internationalisation ; doivent continuer en vous citant les faits de la France en Afrique y compris dans votre propre Pays ? Je termine en disant, NOUS BATTRE POUR RENDRE NOTRE ÉCONOMIE PLUS FORTE PAR LE TRAVAIL ET LA RIGUEUR DANS LA GESTION, MAIS AUSSI LA LUTTE POUR LA SUPPRESSION PURE ET SIMPLE DU FRANC CFA SOUS SA FORME ACTUELLE DE DOMINATION FRANÇAISE. ET COMME VOUS L’AVEZ SI BIEN EXPLIQUE, POUR QUOI LA FRANCE ACCEPTERA DE SE SÉPARER DES PERSONNES QU’ELLE EXPLOITE POUR SA SURVIE, ? POURQUOI LA FRANCE DEVRA-T-ELLE NOUS AIMER. LE COMBAT DANS LES DEUX FRONTS SONT UTILES MONSIEUR LE PRESIDENT ;

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés