Accueil > ... > Forum 1502286

Procès du coup d’Etat : Des commandants d’unités de la gendarmerie traités de rebelles

7 février 2019, 16:24, par Djamana Tigui

Eclaircicement pour éclaircicement,
Je pose ici une et une seule question à tous les internautes dont la réponse pourrait guider bon nombre de personnes :
Dans un pays avec une armée NORMALE, serait-il possible pour un Lieutenant Colonel de prendre le pouvoir contre l’avis d’une HIERARCHIE MILITAIRE ? Pour moi la réponse est non, car dans une armée NORMALE, toute décision est nulle et non avenue sans l’avis favorable de la HAUTE HIERARCHIE MILITAIRE au vrai sens du terme. Pour revenir dans notre cas ici, la réponse est OUI, alors par une méthode démonstrative par l’absurde, nous pouvons déduire sans hésitation que le terme ARMEE NORMALE, n’était qu’une utopie, une vision fictive d’"armée normale". Pour finir je peux me permettre d’affirmer avec force que cette quetion de hierarchie militaire dans ce dossier n’a nullement sa place car, hierarchie militaire sous l’ère RSP n’a jamais existée dans la mesure où le RSP constinuait à lui seul l’alpha et l’oméga de l’armée burkinabè. Que ce soit le CEMGN ou le CEMGA ils ne detenaient en réalité aucun pouvoir pour contredire les décisions qui venaient du "père spirituel" du RSP. Arrêtons l’hypocrisie pour appeler "un chat" un chat.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés