Accueil > ... > Forum 1495683

Burkina Faso : La composition du premier gouvernement de Christophe Dabiré dévoilée

24 janvier 2019, 20:00, par Le Progressiste

Le terrorisme et l’incivisme ont bouleversé la paix sociale qui était une grande faveur divine pour le Burkina Faso. Cette situation perturbe les activités économiques, sociales et culturelles et de ce fait, empêche le développement du pays. Les attaques terroristes ont mis à nu l’inefficacité organisationnelle et opérationnelle des forces de défense et de sécurité. L’explosion de l’incivisme révèle la nature sauvage et irresponsable d’une jeunesse qu’un système éducatif défaillant a produite. Nous devons reconnaître que cet incivisme n’est pas imputable au Gouvernement actuel. Sa source se trouve dans les frustrations qui ont provoqué le soulèvement populaire des 30 et 31 octobre 2014 mais le Gouvernement a péché par le manque de rigueur et d’autorité pour débarrasser la jeunesse de ce comportement néfaste.
Dans un pays civilisé, tout regroupement devrait être suspecté et contrôlé. Les jeunes se regroupent à longueur de journée et leur occupation principale consiste à faire des commentaires. Ils conspirent, s’attaquent à des individus et violent même des domiciles. En réalité, personne ne peut s’épanouir normalement aujourd’hui.
Le terrorisme s’est renforcé au Burkina Faso avec l’aide des « collabos » dont regorge le pays. Des gens à la recherche du gain facile trahissent leur pays et mettent en péril la vie de leurs frères et sœurs.
Je voudrais apporter ma modeste contribution à la recherche de solutions pour la sauvegarde de la paix dans notre pays et je propose les actions suivantes :
1. La réflexion pour une meilleure organisation et l’équipement approprié des forces de défense et de sécurité
2. La révision des programmes de formation des forces de défense et de sécurité. Elles doivent être suffisamment formées aux techniques opérationnelles et de combat ;
3. Le transfert du siège de l’Etat-major et l’installation d’une force spéciale au même lieu ;
4. L’organisation d’une campagne de dissuasion de la population pour stopper toute collaboration avec les terroristes ;
5. La création d’un numéro vert pour faciliter la dénonciation de tout suspect (collabo ou terroriste). Les numéros verts de la gendarmerie et de la police n’ont peut-être pas assez d’effet psychologique ;
6. La création d’une police civique chargée d’enquêter sur les groupes suspects et de réprimer les groupes agressifs ;
7. La création d’un service spécial des renseignements (SSR) dont les agents devront se confondre avec la population dans toutes les régions du Burkina Faso ;
8. L’organisation d’une conférence nationale sur la justice pour identifier les obstacles qui entravent son efficacité et rechercher des solutions pour l’application de la loi dans toute sa rigueur. Aucun pays n’a un avenir rassurant sans le respect strict de la loi. L’autorité de l’Etat ne peut être respectée que par la loi. Les demi-mesures sont à éviter.
9. Le contrôle de l’immigration par l’exigence du passeport et du permis de séjour au Burkina Faso.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés