Accueil > ... > Forum 1480701

Procès du putsch : L’article 629 du Code de procédure pénal et la défense du général Bassolé

20 décembre 2018, 12:51, par Nabiiga

Face à cette polémique sur des questions procédurales de la défense de l’autre soi-disant général, et le fait de n’avoir pas eu une seule personne parmi les accusés pour admettre son rôle dans le coup d’état, que tout le monde rentre ; c’est fini. Il n’y a pas eu de coup d’état, rien ne s’est passé au Burkina surtout, il n’y a pas eu de morts encore moins des blessés. La destruction des biens, on n’en parle même pas. Rentrez chez vous.

Qui aurait cru que ceux qui nous terrorisaient, nous volaient en plein jour, nous traumatisaient et pour qui le Burkinabè fut un terrain conquis, étaient des peureux à commencer par Gilbert et ses milices appelés abusivement des commandos. Si autant que les écoutes téléphoniques avec Soro, (l’autre bandit et égoïste dont les ivoiriens sont aux prise avec) est sujet de débat sur leurs admissibilités, que dit-on des autres écoutes téléphoniques avec les autres tels les togolais et la hiérarchie militaire ivoirienne. S’il faut écarter les premières pour des raisons de procédure, autant écarter toutes les écoutes téléphoniques du dossier et conduire Gibril chez lui tout bonnement comme un roi. Qu’il y ait même des dénégations à ce procès, offensent déjà lambda burkinabè.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés