Accueil > ... > Forum 1456755

Union internationale des télécommunications (UIT) : Le Burkina à la conquête du poste de vice-secrétaire général

31 octobre 2018, 00:58, par Africa

Si l’élection se jouait uniquement sur la base de la compétence professionnelle, de l’expérience en tous genres, de l’intelligence sociale et de la probilté morale, Mr Sanou Brahima serait plébicité par l’écrasante majorité des pays membres de lUIT. Mais pour une élection qui requiert le suffrage de 195 pays basé sur le principe "un pays, une voix", la force de notre réseau diplomatique et l’estime que les peuples du monde entier nous vouent, sont déterminants.. C’est pourquoi cette candidature engage tout le peuple Burkinabè, et chacun doit y mettre du sien pour que notre candidat soit élu une fois de plus avec panache. C’est une question de fierté nationale.

Pour la jeune génération, il est utile de noter que Mr Sanou est entré à l’UIT en 1997, non pas par des voies politiques, mais parce qu’il avait été repéré par l’UIT/BDT comme un esprit brillant, compétent et sérieux ; seule son expertise avait prévalu. Et il avait saisi l’occasion de le prouver lors d’une mission d’expert sur la reforme du secteur des télécoms. A cette époque, l’UIT n’avait pas de structure interne chargée de ces aspects, les télécoms étant des services publics sous monopole de l’Etat. Seuls le Royaume Uni et les USA avaient une expérience de la liberalisation des télécoms comme services marchands. Le rapport de Mr Sanou avait donc jeté les bases de la restructuration des administrations des P&T dans le contexte de la liberalisation, la création des agences de régulation dans les pays. Au niveau de l’UIT/BDT, une unité des reformes du secteur avait été mise en place à la lumière des conclusions du rapport pour accompagner les pays membres dans ces boulversements du paysage des télécoms.

Ceci pour dire que, tous ceux qui aspirent à servir un jour dans cette prestigieuse institution ( la plus ancienne du système des Nations Unies), peuvent y arriver en developpant une expertise professionnelle dans un domaine, en participant activement aux travaux lors des rencontres internationales, en produisant des rapports pertinents lorsqu’ils ont l’occasion d’être selectionnés pour une mission d’expert.
Malheureusement, certains ne parviennent même pas à fournir un rapport à la fin de leur mission d’expert. Ceux-là sont définitivement radiés du fichier d’experts (roster). D’autres font de la figuration dans les rencontres internationales en restant muets comme des carpes pendant les travaux. Comme si au niveau des pays, il y a un manque d’étude préalable des dossiers avant la composition de la délégation sur la base de l’expertise souhaitée pour la rencontre.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés