Accueil > ... > Forum 1394349

An1 de la disparition de Salif Diallo : « Il n’était ni un saint, ni un diable » Jacob Ouédraogo, ambassadeur du Burkina Faso au Sénégal

22 août 2018, 16:42, par Bantchandi

Ce que je reproche toujours à mes frères du Yatenga Natal, c’est leur "chauvinisme ethnique" ou du moins leur amour à la solidarité à toujours se défendre mutuellement, même lorsque les postions sont difficilement tenables.
Au lendemain de mort quand on veut dire certaines choses sur l’homme, certains étaient outré et ne manquaient pas de dire "on parle pas mal des mort dans nos traditions..."
Hummmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmm !!!
Sinon il y a des morts à qui on n’a donné la chance qu’on parle mal d’eux de leur vivant.
Salif Daillo "Ouédraogo" alias "Gorba", alias "Staline", alias "je ne sais quoi encore" est ce monsieur qui n’a pas hésité au sortie d’un Conseil de Ministres à serrer le cou d’une dame ministre en son temps de l’Éducation, parce qu’il n’arrivait pas à la contrôler et au dire de la dame, sa famille et elle on été victime d’empoisonnement, il aurait corrompu leur cuisinier de les empoisonner à petite dose pour ne pas éveiller les soupçons.
C’est éphémère, il n’est pas du charisme de STIN.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés