Accueil > ... > Forum 1279150

Fonds commun : Des vertiges et des chiffres comme moyens d’influence des politiques publiques

6 avril 2018, 09:57, par PITROIPA

De la RECONCILIATION, on entend : Raccommodement, Rapprochement et Paix.

Nous Burkinabès, devons comprendre RECONCILIATION comme telle.
Nous somme devant une situation aux lendemains de l’insurrection populaire ; nous devons faire avec. Nous sommes obligés de nous Rapprocher toutes tendances confondues pour parler ; ce qui nous oblige à cultiver la Paix en Nous et ENTRE nous.
Si nous refusons le "raccommodement", cela veut dire que nous somme inconscients et cela n’est pas vraie.
Si nous ne voulons pas de "Rapprochement", nous ne pourrons jamais parler l’un à l’autre. Nous serons en train de crier l’un sur l’autre à cause des distances entre nous.
Enfin si nous ne cultivons pas la paix en nous et entre nous, les querelles ne finiront jamais car l’agressivité que nous porterons en nous par manque de paix sera contagieuse.
Le pays est sur une pente très glissante et il nous appartient de nous entendre pour rester en équilibre.
Vouloir des salaires exorbitants (par rapport aux autres) ou des fonds communs dans la situation actuelle du Burkina est impensable et relève même de la bêtise humaine. Comment voulez-vous faire le mendiant et en même temps augmenter des salaires à des gens qui vivent déjà au-dessus de la moyenne ? C’est ça qui fait que les bailleurs nous donnent en se moquant de nous par ce que nous serons obligés de leur donner toutes nos richesses ’’minières et terre cultivables’’
Sachons raison garder ; c’est une situation qui demande à chacun de serrer la ceinture. Le Burkina doit d’abord régler les problèmes des enseignants, de santé et de l’alimentation. Parallèlement, demandé des comptes aux voleurs des années passées, voir les contrats passés mal ficelés, utiliser le peu qu’ le pays a eu en mendiant pour refaire les infrastructures et créer des emplois.
Si tout cela est fait, NOUS POURRONS PARLER DE SALAIRES ET AUTRES.
L’Opposition et le Pouvoir en place doivent jouer balle à terre, se concerter et nous sortir quelque chose de constructif. Cette chose constructive devra servir comme bible ’’lecture" à tous ceux qui veulent manifester pour quoi que ce soit.
Tout Burkinabè devrait savoir que c’est dans ces genres de confusions que les pays même si ils ne tombent pas dans la guerre civile, sombre dans l’endettement sauvage et totale. Voyez, il y a des pays qui ont des industries, des mines mais où les populations n’ont rien ; elles se contentent des télénovelas et sont prêtes aux trafics de tous genres pour survivre (des pays d’Amérique latine). Si nous ne faisons pas attention, nous risquons ça !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés