Accueil > ... > Forum 1251794

Au secours, Bobo-Dioulasso se meurt !

14 février 2018, 09:34, par Sidpawalemdé Sebgo

Trop de (faux) savants sur le net !!! Non, Ouagadougou n’est pas "saturée" ! Vouloir sauver Bobo n’implique pas de dire des contre vérités, comme cela n’implique pas de torpiller un projet d’usine prévu à Ouaga. Déshabiller Pierre pour habiller Paul en disant que Pierre a déjà un caleçon n’est pas une une approche intelligente.

Les "petits" deux millions d’habitants de la ville sont loin des populations des capitales voisines. Nous avons aussi moins d’industries que les capitales de la région et du monde, alors qu’elles en cherchent pourtant toujours. Sachez que Ouaga, dont la surface au sol dépasse Paris, n’a pas 10% de ses usines ! Au contraire, il faut plus d’unités pour fournir du travail à cette population. Et on sait aussi que le nombre de consommateurs potentiels ainsi que la disponibilité de main d’œuvre qualifiée attire les investisseurs.

Par contre, l’espace est mal organisé, les lotissements mal faits, les routes faites sans tenir compte de l’avenir. Que ce soit dans la zone industrielle de Gounghin ou celle de Kossodo plusieurs anciennes usines mortes restent vides, pendant que des parcelles d’habitation sont détournés pour des ateliers, fermes et usines créant des nuisances dans la ville. Les zones périphériques sont accaparées par des spéculateurs fonciers qui ont borné des hectares qu’ils n’exploitent pas. Quand aux logements et bureaux, l’entêtement à construire des R+0 gâche l’espace et complique l’urbanisation, ramenant les populations de plus en plus loin, ce qui complique les déplacements et rend les routes insuffisantes, renchérissant l’adduction d’eau, d’électricité et l’assainissement par la dispersion.

Les solutions radicales étant douloureuses, les politiques évitent de les évoquer. Car si on parle de déguerpir des vieux lotissements pour réorganiser la ville et les routes, ou de saisir les terrains non exploités comme on fait pour les parcelles attribuées, les gens vont crier au scandale, même avec des dédommagements. Quand à enterrer les branchements électriques et de téléphone ou faire des égouts ou parkings souterrains, cela coute cher en plus des désagréments prévisibles. C’est pourtant comme ça que toutes les grandes villes ont résolu leurs problèmes.

Pour le moment, leur seule solution est d’aller de plus en plus loin du centre ville. Cela explique entre autres la bagarre pour les élections et la direction de certains arrondissements afin de disposer d’espace exploitable. Mais au moins cela crée des emplois, en attendant des solutions plus responsables et durables...

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés