Accueil > ... > Forum 1250190

Au secours, Bobo-Dioulasso se meurt !

12 février 2018, 15:34, par Sidpawalemdé Sebgo

Ah ba... Avec des déclarations du genre "si l’investisseur ne veut pas se plier qu’il continue ailleurs", vous n’allez pas avoir beaucoup d’investisseurs étrangers au Faso hein... Déjà qu’avec notre électricité, notre eau et notre carburant trop chers ont a mal à les attirer...

Est-il besoin de dire que si depuis 58 ans on n’a pas d’autre usine textile que celle (éternelle ressuscitée) de koudougou, il y a des raisons ? Il faut investir des milliards (que nous n’avons pas), avoir un savoir-faire (que nous avons peu), avoir des filières d’écoulement (que nous n’avons pas assez) et surtout avoir un coût de revient compétitif. L’usine de Koudougou vivote parce que cela revient moins cher de commander ses pagnes ailleurs (Chine, Maroc, Tunisie, Maurice) que sur place. Si l’investisseur a calculé que malgré le transport de la matière première à Ouaga, c’est cette implantation qui lui garantit le meilleur coût de revient tout compris, ce ne sont pas des manifestations politico-régionalistes qui vont le faire changer d’avis. Mieux, on a du lui faire la cour pour le faire venir car les pays côtiers voisins sont plus compétitifs à tous les niveaux.

M. le député devrait le savoir, une pétition a pour but de déclencher le vote d’une loi à l’assemblée nationale, pas de diriger les choix stratégiques d’une entreprise mixte à financement extérieur ! Tout ce que vous allez gagner avec une pétition ou des marches, c’est de faire capoter le projet si l’investisseur estime qu’il y a un risque politique à investir ici, et faire perdre au pays 12.000 emplois potentiels ! Et là, on vous demandera des comptes... Comprenez que ces turcs ne viennent pas faire du développement, et particulièrement celui de Bobo en lieu et place des Burkinabè et des Bobolais, encore moins du social mais du business. Vouloir lui imposer des choix qui nuisent à la rentabilité de son projet revient à le chasser et à renoncer au projet. Entre 12.000 emplois basés à Ouaga ou zéro emplois basés à Bobo ou ailleurs, le choix est simple.

Quand à l’influence de l’état, il faut savoir qu’il ne gagne rien à faire fuir les investisseurs alors qu’il fait le tour du monde pour les attirer. Et quand on parle de parts de l’état dans la société, ce n’est généralement pas du liquide mais des apports du genre terrain, crédits d’impôts, etc... Dans tous les cas un actionnaire ne gagne pas à faire couler l’entreprise avant même son ouverture !

Rassurez vous, si la politique annoncée par le Président et son gouvernement est bien menée, d’autres entreprises et unités viendront, dont certaines comme l’usine de ciment vont préférer Bobo. Et en tant que députés, vos missions à l’étranger peuvent contribuer à faire venir des investisseurs à Bobo ou ailleurs. Activez vous donc dans la "diplomatie parlementaire de développement" au lieu de vouloir torpiller les initiatives des autres... Évitons de se disputer un os jusqu’au tombeau...

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés