Accueil > ... > Forum 1246867

« Il faut absolument sauver le soldat Roch Kaboré face à la nouvelle constitution », selon le citoyen Souaibou Laura

7 février 2018, 16:59, par Ka

Souaibou Laura : Je partage à ta bonne contribution ainsi que tes conseils. Ce qui est certain, Roch Kaboré n’a pas besoin d’une armée pour comprendre que le seul garant de la Constitution, c’est le Peuple uni dans les valeurs que représente la Constitution. Et pour une parfaite transparence de la révision de notre constitution, elle doit passer obligatoirement par le peuple, qui sera le referendum. Avec le referendum, ça sera la démocratie pure et parfaite, sans tricherie, ni manipulation, surtout sans une vision narcissique d’une majorité soumise a l’assemblée nationelle.

Parmi les "valeurs qui fondent tout État démocratique", la première est une constituion accepté et voulu par son peuple.

Le peuple Africain est soumis depuis son indépendance à des bricolages constitutionnels et des scrutins biaisés (tant pour faire adopter lesdits "bricolages constitutionnels" que pour fausser le résultat des scrutins qui en découlent). Ce sont ces bricolages de nos constitutions a la mesure des individus qui veulent s’éternisé au pouvoir, que l’Afrique est à feu et à sang à cause de ces motifs

Cette révision constitutionnelle dans les mains de Roch Kaboré, si elle ne passe pas par un referendum, peut représenter un danger pour le processus et la consolidation de notre jeune démocratie fragilisé par les tripatouillages de nos articles de loi, l’injustice et l’impunité. Personnes au Burkina ne s’étonne aujourd’hui, qu’une révision de la constitution adopté par une assemblée nationale dominé par un parti au pouvoir, reste un des enjeux pour la lutte pour le pouvoir dont chacun veut modifier la constitution pour s’assurer un avantage décisif dans l’accession ou le maintien aux commandes de l’Etat. Ce qui est pour Ka, peut affecter inéluctablement le principe de l’alternance politique voulu par la jeunesse.

On n’a pas besoin d’être un homme de droit, ou politologue pour comprendre que tous les bouleversements politiques dans beaucoup de pays africains y compris le Burkina en 2014, sont déjà des signes révélateurs des difficultés que les dirigeants africains, éprouvent à trouver une solution satisfaisante à la problématique de la gouvernance, c’est pourquoi la révision constitutionnelle est perçue d’abord comme « une technique d’établissement de la monopolisation du pouvoir par le chef de l’Etat » : Et ensuite comme un instrument de pérennisation du système politique. Monsieur le président du Faso, pour que le peuple accorde un crédit valable à cette révision constitutionnelle, le referendum sera la clé en or.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés