Accueil > ... > Forum 1222991

Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

21 décembre 2017, 13:10, par Maix

Kôrô Yamyélé,
La pyromanie n’a pas commencé au Burkina "après l’insurrection en la transition" comme vous le dites. C’était déjà le cas à Ouaga dès 2013 au moins en ce qu’il concerne les incendies de véhicules en cas d’accident de la circulation.
Petit rappel :
- Le 13 décembre 1998 : Norbert Zongo est tué et brûlé en compagnie de 3 autres personnes.

Rappelons nous 2011, où nous avons assisté à 100 jours de tueries, de terreur et de destruction. Car on l’oublie mais en 2011, le Burkina Faso a connu la pire période d’instabilité de son histoire.
Tout a commencé par la mort le 20 février 2011 du lycéen Justin Zongo suite à son passage dans les locaux de la police.
Rapidement les rues de la ville de Koudougou sont en flammes, barrées à l’aide de troncs d’arbres, de barres de fer, de grosses pierres le gouvernorat, le commissariat de police, les locaux de la CRS, les pourtours du marché central et le centre ville sont aux mains des manifestants.

- Le 11 mars 2011 l’ANEB organise une marche-meeting en direction de la Direction nationale de la Police nationale à Ouagadougou. Cette manifestation s’est rapidement transformée en course-poursuite dans les artères de la capitale.

- Dans la nuit du 22 au 23 mars 2011, des tirs de sommation ont débuté d’abord au camp Sangoulé Lamizana de Gounghin puis au camp Guillaume Ouédraogo pour ensuite s’étendre à d’autres quartiers de Ouagadougou. Ce mouvement est parti du verdict d’un jugement rendu contre 5 militaires reconnus coupables de coups et blessures volontaires sur un civil.

- Le 29 mars 2011 une roquette est tirée sur le palais de justice de la ville de Fada N’Gourma. Les responsables sont des militaires en colère qui tentaient de libérer de la prison civile l’un des leurs accusé du viol d’une jeune fille. Ils ont ensuite bloqué les accès à la ville avec des chars.

- Le 15 avril 2011, une mutinerie éclate au sein du RSP à Ouagadougou. Blaise Compaoré s’enfuit de son palais pendant quelques heures.

- Le 16 avril 2011, des centaines de commerçants mécontents des pillages ont incendié le siège du CDP et d’autres bâtiments publics.

- Le 17 avril 2011, le mouvement de mutinerie gagne le camp de Kaya et la garnison de Pô où des pillages ont lieu dans la ville, faisant deux blessés.

- Le 18 avril 2011, violente manifestation d’étudiants et de lycéens à Koudougou ; le siège du CDP a été incendié ainsi qu’une résidence de l’ex-premier ministre Tertius Zongo.

- Le 27 avril 2011, nombreuses manifestations dans tout le pays faisant au moins 6 morts, des blessés et de nombreux pillages et dégâts matériels. À Koudougou, une manifestation des commerçants et des jeunes dégénère et plusieurs bâtiments ont été incendiés et pillés.

- Le 28 avril 2011, des policiers ont commencé à se mutiner à Ouagadougou et dans plusieurs autres villes.

- Le 29 avril 2011, le ministre de la Santé Adama Traoré indique que 6 personnes ont été tuées accidentellement et 10 autres blessées à Ouagadougou depuis le début des mutineries de soldats et de policiers.

- Du 29 au 30 mai, les militaires de Kaya, Tenkodogo et Dori, rejoints par ceux de Dédougou et Koupéla et les gendarmes de Tenkodogo, Bagré et Garango entrent dans la danse occasionnant quatre nouveaux blessés.

- Du 31 mai au 3 juin, à Bobo Dioulasso, révolte des militaires du camp Ouezzin Coulibaly qui tirent au canon, pillent des commerces et blessent plusieurs personnes ce qui provoque une manifestation des commerçants qui saccagent la mairie. Le 2 juin. Le RSP, le RPC de Dédougou et des éléments de la Gendarmerie nationale interviennent pour mater la mutinerie.

Jérôme Bougouma, ministre de la Sécurité et de l’Administration territoriale, précisera par la suite que six soldats avaient été tués à l’intérieur du camp. Une jeune fille a également succombé, atteinte par une balle à l’extérieur du complexe militaire. Les combats ont aussi fait 25 blessés dans la population civile et huit parmi les militaires.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés