Accueil > ... > Forum 1222431

Affaire Norbert Zongo : Pour Yves Kinda, François Compaoré pourrait bel et bien être extradé vers le Burkina Faso

20 décembre 2017, 11:57, par Maria de Ziniaré

Double Félicitations Monsieur KINDA pour le ton et la courtoisie de votre contribution qui tranche avec l’agressivité et la malcause de la plupart des internautes sur lefaso, et pour le fond parce que vous nous gratifiez d’une réflexion argumentée qui donne du plaisir à lire ce qui n’a rien à voir avec les insultes et les attaques personnelles qui polluent le forum.

Votre raisonnement sauf mauvaise compréhension de ma part se résume comme suit : in fine l’extradition ne se traite pas uniquement avec des instruments juridiques mais également politique et diplomatique et dans ce cas tout est possible.

A mon humble avis si on s’écarte du volet juridique pour traiter un dossier à caractère judiciaire on glisse forcément vers de la spéculation car ce n’est plus le droit qui sera dit mais les intérêts d’état à Etat qui seront marchandés

Je remarque que sur l’argumentaire de la peine de mort vous n’êtes pas en contradiction avec Maître KÉRÉ quand vous évoquez le traitement des extraditions de la France vers les USA vous affirmez bien que la France par précaution,s’assure que la peine de mort ne sera pas appliquée par les autorités judiciaires américaines avant d’ extrader le cas échéant .

S’agissant de l’ouverture du dossier par le pouvoir de la transition et non du MPP il est de notoriété publique que KAFANDO était un pion du MPP ( il a eu l’inélégalance de se mettre dans la posture d’un avocat du MPP en défendant dans les médias la validité de la candidature de RMCK avant que ce dernier ne dépose sa candidature ur) et le CNT n’était qu’un faire valoir de Salif DIALLO qui donnait des instructions à Chérif SY son protégé et frère du Yatenga . La Transition était belle et bien de fait un pouvoir MPP avant l’élection le corollaire a été le code électoral cinique taillé sur mesure pour éviter un second tour périlleux pour RMCK.
Sur la dimension politique et diplomatique que revêtirait l’extradition de PFC, le caractère Ivoiro-Burkinabè de l’intéressé pourrait faire peser le poids des deux pays sur la balance et sur ce registre la Côte d ivoire c’est trois fois le Burkina et vu du prisme français le Faso n’est qu’un appendice de la Côte d’Ivoire n’en déplaise à notre amour propre. En d’autres termes la France préférerait ne pas extrader l’ivoirien PFC vers le Burkina au nom de ses bonnes relations avec la locomotive Côte d’Ivoire que d’extrader le Burkinabé PFC vers le Burkina au nom de ses relations avec le Burkina qui n’est qu’un wagon de la locomotive

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés