Accueil > ... > Forum 900177

Conseil des ministres du 23 mars : Réduction du train de vie de l’Etat, adoption des textes d’application au niveau de la Justice

24 mars 2016, 01:55, par ka

Une bonne chose pour la réduction des trains de vie, mais pensez à ceux qui en souffrent depuis plus de 20 ans. Son excellence Monsieur Roch Kaboré, si un ex-premier ministre qui s’appelle Zida a pu obliger un ministre a goudronné un petit chemin pour aller dans son église, et faire la même chose pour un président de transition pour aller dans son champ, on peut faire un geste pour cette rue au milieu de Ouaga qui devienne un marigot pendant la saison des pluies. S’il faut une pétition de tout le quartier avec des manifestations quotidien devant un riverain qui a fait goudronné jusqu’à chez lui avec l’argent volé et qui nargue ses voisins, ils le feront pour dire que rien ne sera plus comme avant avec le président Roch Kaboré. Luttons ensembles, après cette rue piteuse, ça sera une autre, et une autre, pour un développement généralisé. Dans la bible c’est écrit, ‘’’Cherchez et vous trouverez, demandez et on vous donnera.’’’ Je préfère ça que la corruption à ciel ouvert. Je remercie a toute l’équipe du B24 a la trempe du journaliste le feu Norbert Zongo pour leur compréhension.
’’’A rappeler à son excellence Monsieur Le ministre de l’infrastructure à chaque conseil des ministres : Une rue pleine d’Histoire et de pitié. Ses résidents ne peuvent pas transporter leurs maison a ailleurs, alors aidez les a rester.’’’’’
Quand on invoque le nom du Burkina durant les 27 ans de règne du président Blaise Compaoré, la première chose qu’on évoque c’est l’injustice et l’impunité, et moi j’ajoute l’inégalité et de l’égoïsme. Avant la réalisation de Ouaga 2000, ou un président à œuvrer pour son fantasme personnelle, il y eu un quartier appeler Pissy dans le Boulmiougou. Dès les années 1972, ce quartier était réputé comme un quartier des gradés et des supers Bourgeois de la capitale après la Zone du bois. Mais voilà, à partir de 1987 tous les quartiers de Ouagadougou qui s’y trouvent sur l’axe Ouagadougou-Koudougou ont été sanctionné à cause de la petite guéguerre Kaboré Boukary- Compaoré Blaise vu que Boukary s’est retranché avec ses partisans a Koudougou , et Blaise sanctionnant le développement du Sud de la capitale, en se tournant vers la direction de son village natale dont le développement de ce côté de la capitale est passé de 15% à 80%. Le dernier quartier du sud de Ouagadougou qui était Pissy et qui était un havre de paix, est oublié, pourtant un quartier de noblesse dont on trouve le vendeur du dolo, au premier ministre, des petits marché à la portée de toutes les bourses, mais un quartier délaissé par le régime Compaoré par jalousie. Je donne un exemple de cette rue dont je ne donnerai pas de nom que du restaurant Yampoutaim jusqu’à un petit marché appelé Bonguenam, a peu près moins d’un km, là habitent des généraux, des médecins, des anciens responsables de groupes parlementaires. De Yampoutin, j’ai pris cette rue sans lumière que des lamperons des commerçants, surtout avec un parcours de combattant pour arriver au marché de Bonguenam avec un investisseur Européen dont un responsable de service nous a invité à un diner de rencontre. Le chauffeur nous fait connaitre cette rue pleine d’histoire, mais qui fait pitié, puisque nous avons fait de Yampoutin au marché de Bonguenam plus de 20 minutes à cause d’une rue pleine des trous sans lumière, le chauffeur nous montre des maisons des anciens ministres, même un frère d’un haut responsable de notre nation excet. Pourtant à 50 mètre de cette rue, d’autres construisent avec l’argent volé dans la caisse de l’état, avec des supers-marché à leurs noms, une rue éclairés à cause de leur influence d’argent volé, et l’investisseurs me dit, faites quelque chose, et demander à nos dirigeants de voir cette rue pleine d’histoire et de pitié, ce n’est pas la seule rue a Ouaga, mais des personnalité peuvent sortir de cette rue pour faire développer tout le Burkina. Monsieur le ministre de tutelle, allez suivre cette rue de Yampoutin jusqu’au marché BONGUENAM, et prenez votre fierté en main. Dire que cette rue est habité par des responsables qui peut accueillir des investisseurs qui veulent donner du travail à notre jeunesse, c’est inadmissible. Laissez l’égoïsme a part, et regardez l’ensemble du Burkina. Pas seulement Ouaga 2000 le mouroir des égoïstes. Cette rue habitent des médecins urgentistes, des personnalités qui peuvent dire non ou oui pour notre nation, et ils ne peuvent pas en 10 minutes accéder à leur lieux de décisions, c’est honteux et dire que nous sommes au 21e siècle, ces personnes voudraient transférer leur maison ailleurs depuis longtemps, mais impossible, ils attendent que vous fassiez l’impossible. Oui ce n’est qu’un cas parmi des milliers, mais il faut commencer quelque part pour avancer. Même en vivant en dehors de la ville, je plain ces décideurs contraints de la fermer et de suivre : Monsieur le ministre sortez, et aller sur le terrain pour le bien-être de ceux qui sont capables de relever le défi pour que le pays que nous aimons avance avec sa jeunesse.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés