Accueil > ... > Forum 888627

Affaire de koglwéogo : « Demander la suppression des koglwéogo, c’est comme si on disait de supprimer toute la communauté » dixit Gansonré Sanoussa

19 février 2016, 15:24, par Erosamidedieu

Dissoudre les Koglwéogos ?
C’est facile de rester tranquille à Ouagadougou, Bobo-Dioulasso ou Banfora, pour critiquer ainsi cette initiative locale des populations opprimées, sequestrées qui, par finir, ont dit NON au vol, au viol, au pillage et assassinats des braqueurs, coupeurs de route et les individus de cet acabit.
1) A 25 km de Sapouy, en Aout 2015, de 8h a 12h, des braqueurs ont bloqués les véhicules venant de Ouagadougou et de Léo pendant 4h, ils ont dévalisé tous l...es passagers. A la fin du braquage, ils ont remis des balles à des passagers, pour la Police de Sapouy, afin que les policiers sachent qu’ils disposaient d’armes automatiques. Ce braquage a eu lieu a moins de 15 km d’une grigade mobile de la Police nationale, mais personne n’est intervenu.
2) En septembre 2015, pendant 3 jours successifs, les braqueurs ont dévalisé les populations sur la route menant à Léo, A 5 km de la brigade mobile de Sapouy, précisément sur le site commémoratif de feu Norbert ZONGO. PERSONNE n’a intervenu. Les exemples de ce genre sont légions.
Depuis l’avènement de Koglwéogo en Novembre, il n’y a plus de vols de Sapouy, ni de braquages. Plusieurs réseaux de braqueurs ont été démantelé et la quiétude règne.
Cependant, sachons raison gardé.
NON !, pour que les Koglwéogo battent à sang des voleurs, ce serait un assassinat.
OUI !, qu’ils restent et qu’ils apportent leur aide précieuse pour la sécurité des populations rurales, en renfort aux forces de l’Ordre, en travaillant concomitamment avec la Police et la Gendarmerie.
Il convient d’encadrer et d’accompagner cette initiative locale, afin d’éviter les débordements irréversibles qui élèveront la substance de l’effet recherché à la base. Formation sur le civisme, à la tempérance, au droit à la présomption d’innocence et donc, à la prudence, à la collaboration avec les Forces de l’Ordre, etc, sont autant de thèmes pouvant être débattus avec eux, dans une bonne communication.
Battre les voleurs en présence de la population est un facteur de dissuasion. Cependant, les battre à sang, en infligeant des sévices corporels irréversibles, ce n’est pas normal. En chaque chose, il faut de la mesure. Pourquoi ne pas limiter, par exemple, le nombre de coups de fouets à donner, afin que cela soit supportable ? 20 coups ? 30 ? Bref !, communiquons, analysons efficacement, au lieu de condamner à tour de bras, sans maîtrise parfaite du sujet. Sachons raison garder, en toute chose car légions sont ceux qui sont morts et continuent de mourir dans vos Commissariats de Police Nationale.
Rappelons que la Justice Burkinabè pendant 27ans donnait raison au Clan de la famille Compaoré en réprimant le reste de la Société. Sachons s’exprimer en responsable car voici un braqueur qui brandit son arme, c’est Koglweogo qui l’a arrêté ; où sont vos défenseurs !?

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés