Accueil > ... > Forum 856925

Situation à l’Université de Koudougou

26 novembre 2015, 09:08, par bpm

La situation est bien dépeinte . Quelques observations pour sortir l’UK de la « merde » :
-  Nous devons arrêter de croire qu’il y a une équivalence entre le grade universitaire et la capacité de gestion administrative des Universités pour éviter de nommer des présidents, vice présidents, directeurs ou directeurs adjoints, des financiers sans expérience spécifique en la matière . A défaut, il faut les former adéquatement. La gestion financière des Universités est complexe et assez spécifique pour que tout Inspecteur sorti de l’ENAREF en soit capable. Le fameux décret à l’application difficile a été l’œuvre de DAF, de l’aveu de l’ex ministre Moussa Ouattara, à son application il apparait que ces DAF ignorent les réalités académiques des universités. Il faut des agents spécialisés pour éviter des choix purement économiques et des blocages pour des procédures financières. Ainsi réduire le nombre de suivi des élèves stagiaires est une proposition de personnes qui veulent minimiser le coût d’une activité sans se poser la question de son impact sur la qualité de la formation. Il faut assurément avoir très peu de culture pédagogique et ignorer les réalités de la formation à l’ENS pour adhérer à ce choix purement économique. A moins que ce ne soit pour réduire les gains des encadreurs pédagogiques qui donnent l’air d’aller en villégiature pendant ces sorties de suivi. Il y a encore plus économique, c’est supprimer les suivis et la certification et encore mieux c’est recruter les enseignants et les intégrer sans formation. Notons qu’il y a des activités qui ne se mènent plus depuis quelques années pour des raisons financières comme le suivi et la certification des encadreurs du MENA. Mais évitons la formation au rabais. Il faut clarifier les problèmes de l’UK en donnant son autonomie financière et administrative à l’ENS. En terme d’envergure, elle dépasse de loin l’IDS à laquelle certain la compare malencontreusement. L’ENS compte jusqu’à 6 sections ou départements et L’IDS n’ai qu’une sous section (les CAP-CEG et CAPES filières scientifiques) de la section de l’enseignement secondaire général. La complexité de la gestion académique, administrative et financière de cette école équivaut ou dépasse celle d’une Université.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés