Accueil > ... > Forum 802979

Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

9 août 2015, 21:01, par YABSORE

Le Bureau politique national de l’Alliance pour la démocratie et la fédération/ Rassemblement démocratique africain (ADF-RDA) a eu, le samedi 25 octobre 2014 à Ouagadougou, une réunion axée sur la situation politique nationale du moment. A l’occasion, le président du parti, Gilbert Noël Ouédraogo a réaffirmé et justifié la décision de ‘’l’éléphant’’ de soutenir le parti au pouvoir dans sa marche pour la modification de l’article 37 de la Constitution. Avec cette réunion, l’ADF-RDA a officialisé à l’attention de tous ses militants, sa détermination à soutenir – en dépit des « menaces » - jusqu’au bout, le processus de modification de l’article 37 de la Constitution. Ces menaces, précise Gilbert Ouédraogo, « nous confortent qu’il faut qu’on aille vite et que ceux qui nous menacent ne sont pas des démocrates »( faso .net du samedi 25 octobre 2014) . Honorable Avocat, alors ceux que vous accusez d’avoir introduit le venin et avec eux tous démocrates étaient déjà instruits par la charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance et s’étaient reconvertis ou avaient changer le fusil d’épaule , vous vouliez jouer à la récupération. En effet, depuis 2007, les enseignements de l’Union Africaine sur la portée de la notion de changements anticonstitutionnels de gouvernement notamment à son point 30 qui stipulent ainsi qu’il suit : « La Charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance du 30 janvier 2007 confirme les acquis de la Déclaration de Lomé sur les situations considérées comme changements anticonstitutionnels de gouvernement, mais adjoint à cette nomenclature une cinquième situation, à savoir « tout amendement ou toute révision des Constitutions ou des instruments juridiques qui porte atteinte aux principes de l’alternance démocratique sauf trahison des mémoires, le venin que brandissez était véhiculer avant 2010 année de ratification de la charte par le Burkina Faso ; c’est certainement que les conseillers juristes de vos adversaires ont su jouer leur rôle. et par opportunisme, vous avez mordu l’hameçon certainement pas par naïveté.
Ainsi donc, la Direction de l’ADF/RDA est en retard de 4 à7 ans pour la mise à jour de ses connaissances juridiques internationales ou elle est porte à faut avec la notion de démocratie. L’un dans l’autre le constat est amer : refus de soumission à la hiérarchie des normes juridiques en encourageant l’Etat Burkinabè au manquement de ses engagements en tant qu’Etat partie de la charte africaine ratifiée depuis 2010 et rentrée en vigueur.
Non mon Avocat, vous n’étiez pas naïfs, partisan du rapport de force aveugle, vous avez choisi volontairement de faire de la politique politicienne en transgressant cette disposition de la charte transcrite à son article 52 au motif d’un nouveau rapport de force favorable suscité par votre appui. En conséquence, en tant qu’avocat dont la mission est de promouvoir le droit, acceptez subir les sanctions prévues à l’article 25.4 de la charte pour la faute commise. Le faut n’est l’enfant d’autrui, c’est celui qui transgresse la loi.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés