Accueil > ... > Forum 169387

RSP ou gendarmerie : Il faut remettre chacun dans son rôle

15 juin 2011, 00:54, par un citoyen burkinabè

En lisant l’article et les différents commentaires, je suis tenté de classer ces réactions en deux camps :
- ceux qui raisonnent en problème structurel pour notre armée l’existence du RSP et sa mise en avant pour mater la rébellion de Bobo
- ceux qui raisonnent en conjoncturel : la mutinerie à Bobo devrait être matée vue tout ce que les populations ont subi.
Chacun à raison, mais les premiers ont élevé le débat d’un cran, c’est tout.Pour dire que la crise que nous vivons actuellement est en partie due au fait que bien des aspects en prendre en compte dans la mise en place d’un état de droit ont été bafoués par nos dirigeants.Nous avons voulu plagier plusieurs textes français (constitution, code pénal, etc)et non des pays anglophones, alors plagions bien !
Pour le cas de notre armée, c’est l’existence même du RSP qui pose problème dans un Etat dit de droit.Je me pose souvent la question à quel niveau de l’organigramme (s’il y en a)des forces armées nationales se situe le RSP.Même, si administrativement il est théoriquement sous les ordres du Chef d’Etat Major Général des Armées, est ce que fonctionnellement c-est le cas. Je ne pense pas car dans un passé récent, des écrits dans la presse lors des escarmouches entre les policiers et les militaires, avaient fait comprendre que c’était l’unité la mieux entraînée certes, mais plus armée du Faso et cela créait des frustrations dans les autres unités militaires.
Est-ce que vous pensez que si c’est la gendarmerie ou la police qui était chargée comme dans un Etat de droit de la sécurité des institutions, les disparitions, les "on te fait et il n y a rien" auraient atteint une telle ampleur à tel point que aujourd’hui les crimes de sang impunis et célèbres relèvent de cette unité ! Je pense que non, car à la gendarmerie (qui sont des militaires)ils ont une formation théorique plus poussée qui font des gradés souvent des officiers de police judiciaire (OPJ) aptes à comprendre le fonctionnement du droit.Même à la police où il y a aussi des OPJ le niveau de recrutement a été élevé au BEPC. Croyez vous que ces gens vont dire "on te fait et il n y a rien" ? Ce n’est pas pour rien que l’incarcération de feu David Ouédraogo au RSP a posé problème ; ils ont cru que tout leur était permis, alors qu’à la lumière du droit, ce n’est pas un commissariat et il n y a pas d’OPJ au RSP.
De grâce, c’est l’avenir du pays qui est en jeu ; ne regardons pas à nos pieds (rébellion matée à Bobo)mais devant nous (cherchons à éviter les problèmes prévisibles)pour ne pas dire demain "si je savais" car il sera trop tard !
A mon avis, c’est un problème incontournable dans les réformes à envisager si l’on veut la paix dans ce pays. Le journaliste a eu le mérite de poser le problème, et je pense qu’il ne faut pas tirer à boulets rouges sur lui.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés