Accueil > ... > Forum 2131916

La santé malade ou la fonction publique en crise ....?!

16 juillet, 13:35, par Zambo zambo

Bonjour à tous

Merci Professeur Nanema pour ton analyse limpide qui sonne comme un conseil bien avisé à ceux qui ont des oreilles pour entendre.

Le proverbe Moaga ne dit il pas que quand le bodet veut te terrasser tu ne vois point ses oreilles.

Professsur de philosophie Mr NANEMA a puisé dans son fort intérieur pour faire une intervention équilibrée qui donne son point de vue.

A lire certains internautes on se demande bien s’ils sont au Burkina Faso ou sur la lune.

Si les médecins ne travaillaient pas comme chacun le chante, quelle serait la situation ? On l’ a vu pendant la grève du SYNTSHA dont les revendications réclamaient entre autres du matériel médical et des conditions de travail meilleures pour mieux soigner les patients.

Tenez un exemple : le Ministre Charlemagne a inauguré en grande pompe le centre de radiologie/Cancérologie de Bogodogo.
Au jour où j’écris ces lignes, la radio offerte par les arabes est là mais ce centre n’est pas fonctionnel par manque d’organisation, de filles et garçons de salle, de matériels complémentaires etc..., bref du minimum pour commencer à fonctionner.
On y a affecté des spécialistes qui faute de pouvoir exercer ont donné l’ordre aux vigiles de ne pas laisser entrer les patients.
Que n’avions nous pas entendu à l’inauguration de ce joyau qui risque de rouiller avant sa mise en service ?

Ceci est un exemple parmi tant d’autres des qualités et compétences inégalées du Pr Charlemagne Ouédraogo dans la gestion du Département de la santé qu’il veut révolutionner.

Le Professeur NANEMA touche ici du doigt un problème national profond, celui du rapport des princes du moment avec le monde du travail.

Ni le Burkina, ni sa santé ne sont les choses d’un quelconque gouvernement ou d’un de ses membres pour justifier une tentative d’infantilisation du corps médical. Il faut que le Pr Charlemagnes se ressaisisse car on a vu beaucoup de gens bander des muscles dans ce Burkina là mai ça les a plutôt conduit à leur perte politique voire sociale.

Les arguments des thuriféraires du genre " De toute façon aucun médecin n’a été envoyé de force à la fonction publique et la démission de la fonction publique reste un droit pour tout fonctionnaire (Sic) " ou " Le ministre est de ce corps médical et il sait bien les comportements de beaucoup de ces collègues. Actuellement, il fait son devoir ministériel par ces contrôles. Sans sanctions, personne ne le prendra au sérieux " sont des avis de pyromanes visant à entretenir le feu que le ministre est en train d’allumer.

Comme le dit cet autre proverbe Moaga, un seul bodet à mangé la farine et comme la gueule de tous les bodets sont blanches on les accuse tous d’avoir manger la farine et donc être coupables.

A-t-on besoin du rappel de INJABA pour savoir qu’on peut démissionner ou de l’argumentaire de Mei Mei qui tend à montrer que le ministre est venu pour sanctionner ?

Amoless Black Power déclare " voilà ce que j’appelle des considérations aériennes, mélangeant un taylorisme post new age et des théories sur le bien être que le capitaliste le plus fieffe ne renierait pas ".

Cela signifie qu’il est incapable d’élever son esprit vers la réflexion profonde, il préfère le "Terre à Terre" et je voudrais humblement demander au Professeur Nanema de ne pas descendre dans ce labyrinthe boueux. Un professeur de philosophie à l’UJKZ de Ouagadougou n’est pas un Raag-Biga versé dans la vulgarité.

Le Pr Nanema explique simplement comment en responsable la tutelle peut susciter la performance avec bien sur une capacité de sanctions et j’ajouterai de reconnaissance/récompense et comment le fonctionnaire peut avec responsabilité s’acquitter de ses obligations avec bien sûr un droit de revendication.
En quoi cette démarche peut elle être mauvaise pour le Burkina Faso et ses habitants déjà traumatisés par l’insécurité et tous les autres maux que l’ont connait ?

Le Docteur Abdoulaye Ouédraogo du CHR de Koudougou qu’on a déchargé de sa fonction de Chef de Service n’avait-il pas auparavant écrit par 2 fois pour demander à quitter ce poste sans réponse et n’avait-il pas rédigé la 3 eme lettre ? Avait-il eu besoin de quelqu’un pour prendre sa décision en toute responsabilité ?

Aujourd’hui on présente ostentatoirement son limogeage comme un trophée de guerre remportée par le combattant Pr Charlemagne Ouédraogo. La Gaulle (Ancien non de la France) a eu son Charlemagne avec Roland comme combattant, le Burkina en aussi le sien avec une armée d’internautes (Injaba, Mei Mi et autres) comme tambourineurs et palefreniers !!!

Je ne souhaite nullement que les médecins démissionnent de la fonction publique car ce sera catastrophique pour nos malades. Je leur dis plutôt courage chers collègues, tenons le bon bout et continuons malgré les difficultés, de soigner nos populations tout en restant déterminés pour la défense de nos droits et de celui des mêmes populations à avoir une santé meilleure.

Tout le reste n’ai que élucubrations de gens qui moussent leur bière comme le dirait le Shérif National et qui par leur propos ne rendent d’ailleurs pas service au gouvernement lui-même.

Les hommes y compris nous mêmes, passent et passeront, mais le Burkina reste et chacun sera jugé par le tribunal de l’Histoire.

Encore une fois Merci au professeur Nanema pour son bon sens, à Beoneré pour sa contribution et encouragement au Duc du Yatenga pour sa future intervention.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés