Accueil > ... > Forum 1940997

Processus électoral au Burkina : Une enquête révèle la place prédominante de l’argent pendant la campagne

21 décembre 2020, 12:07, par Sidpassata Veritas

suit le classement des moyens financier engagés dans la campagne. On peut facilement dire qu’on n’y peut rien et que c’est la vie ! Mais cela ressemblera à du défaitisme et un renoncement à la réflexion pour améliorer et approfondir notre processus démocratique. Je refuse donc de dire et même de croire qu’on n’y peut rien. Ce n’est pas avec un esprit défaitiste que les burkinabè ont tenu tête au régime bien ancré de Blaise Compaoré, et mettre en échec les projet funestes des putschistes de 2015 et dissoudre le RSP. Ce n’est pas avec le défaitisme que nous tiendront tête au terroristes et à toute forme d’adversité nuisible au destin de notre nation. Refuser de réfléchir et de penser des solutions à nos problèmes est la principale cause de sous-développement et une lâcheté qui renonce à "oser inventer l’avenir". Je n’aime pas l’esprit de la défaite à l’échelle de la nation : une solution est possible.
- 3- Il faut réfléchir à ce qu’il est possible de faire : Faut-il exiger 25 millions de caution pour être candidat (ce qui écarte beaucoup de Burkinabè) et en même temps ne rien dire sur le sérieux ou pas du programme du candidat, alors que c’est ce programme plus que sa caution qui révèlera sa capacité à bien gouverner le pays. Pourquoi ne pas encadrer plus sérieusement le financement des partis politiques et contrôler les donations en les assujettissants à l’impôt et faire en sorte que l’argent d’entreprise n’aille pas remplir les caisses des parti, contrôler l’origine des fonds pour éviter le blanchiment de l’argent sale, appliquer au partis politiques la loi du délit d’apparence, conditionner la contribution financière que l’état donne aux partis politiques à un seuil maximal de financement de la campagne du parti (cette disposition existe en France qui est bien plus riche que le Burkina : si vous avez beaucoup d’argent à mettre dans la campagne, au-dessus d’un certain montant, c’est que vous êtes à l’aise et alors, vous n’aurez plus droit à l’argent qu’on donne aux partis). On peut aussi limiter l’accès à cette contribution de l’état par résultat : les partis fantôme créer artificiellement par les grands partis pour polluer les débats sans pour autant avoir un résultat minimal pourraient être ainsi écartés et cette pratique disparaitrait.

Ces genre aménagements ne peuvent être obtenus sans la pressions des citoyens clairvoyants parce que les hommes politiques eux-mêmes, surtout quand ils accèdent au pouvoir, n’aiment pas que le processus électoral soit mieux encadré dans des domaines qui les privent d’une marges de manœuvre à la limite de la légalité et de la moralité.
On peut, naïvement, espérer que les gens fassent spontanément ce qui est bien et bon, mais il faut parfois les contraindre à faire le minimum nécessaire pour le bien de tous.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés