Accueil > ... > Forum 1912953

Yacouba Isaac Zida, dossier Sankara, pouvoir Kaboré : Les confessions de l’ambassadeur Mousbila Sankara

4 novembre 2020, 14:00, par ka

Mon jeune Lionceau, ne t’approche pas de près à un vieux lion qui dort. Comme tu vois, je ne commente pas sur cette sortie de son honorable Mousbila Sankara malgré que je cautionne les actes forts d’I. Zida.

Jeune lionceau, tu commences à devenir un vrai lion, mais sache qu’après la fuite de Blaise Compaoré, beaucoup de langues se déchainent pour parler de Thomas Sankara comme ma part de vérité, dont je dirai que tous ceux-ci, qui ne regarde que moi, ne sont que des nuages qui passeront, et laisseront apparaître un jour le ciel avec sa lumière.

Personne, je dis personne ne peux parler de Thomas que par Trois personnes et un journaliste bien connu : malheureusement la troisième personne que Thomas a choisi comme son ange gardien n’est plus de ce monde. Mais les deux personnes vivantes qui sont Mariam Sankara et Blaise Compaoré rigoleront de certaines sorties des personnes qui se disent proches de Thomas Sankara, mais loin de l’homme.

Mon jeune Lionceau, ce que tu viens de reprendre les dires de son honorable Mousbila Sankara est ton droit, comme l’auteur lui-même d’ailleurs. C’est pourquoi je ne te contrarierai pas, car nos différences dans ce forum font la richesse des débats.

Oui la chute de Blaise Compaoré à redonner des ailes a plusieurs personnes dites connaître Thomas Sankara pour parler de lui. J’aurai bien voulu que Blaise Compaoré réponds a ces personnes, ou Mariam. Surtout j’aurai bien voulu, que l’homme que Thomas Sankara considérait comme son ange, celui qui avait son agenda, ses pensées soit là pour répondre à son honorable Mousbila Sankara, ou celui qui a écrit sa part de vérité. Cet homme à l’évidence hanté à jamais par la mort le 15 octobre 1987 de son mentor et ami, Thomas Sankara, était petit à petit sorti du silence qu’il s’imposait depuis des années. Il avait accepté de parler, en off d’abord, puis publiquement, et avait commencé à livrer des détails sur la fin tragique de celui qu’il était censé protéger.
Il s’était même pris à rêver d’un retour définitif au pays et écrire sa part de vérité. Il n’en aura pas eu le temps : Je veux parler d’Etienne Zongo le fidèle aide de camp de Thomas Sankara, qui est mort dans son pays d’exil, le Ghana.

Mon jeune Lionceau : Thomas SAnkara est toujours là : Car, son image est encore plus grande aujourd’hui dans le monde. Comme lui-même le disait : « On n’assassine pas les idées, on combat les idées ». Ainsi, ceux qui ont cru qu’ils pouvaient le classer dans les oubliettes en l’assassinant l’ont même grandi parce que ses idées sont devenues encore plus populaires. C’est le seul chef d’état du continent depuis nos indépendances qui a eu le courage politique de rompre franchement avec ce qui a fait son temps pour autoriser l’exploration d’autres voies susceptibles d’ouvrir un véritable dialogue entre les peuples qui était son grand objectif. C’est pourquoi mon jeune Lionceau devenu un vrai Lion, le monde a compris que Thomas Sankara se rangeait résolument aux cotés des peuples qui luttent pour la conquête de leurs droits naturels. Voilà pourquoi l’idéologue et visionnaire Thomas Sankara est porté dans l’histoire par les voies réservées aux chevaliers de la liberté et aux hommes de progrès. Merci d’avoir pensé a ton vieux Ka.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés