Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Tu ne changeras jamais ta vie sans changer quelque chose quotidiennement ; Le secret du succès se trouve dans la routine de chaque jour» John C. Maxwell

Circulation des véhicules à Ouagadougou : Les contrôles des documents suspendus jusqu’au 15 décembre 2020

Accueil > Actualités > Société • • mardi 13 octobre 2020 à 11h12min
Circulation des véhicules à Ouagadougou : Les contrôles des documents suspendus jusqu’au 15 décembre 2020

Dans une note de service du Directeur régional de la Police nationale du Centre, en date du lundi 12 octobre 2020, parvenue à notre Rédaction, l’autorité policière régionale a procédé à la suspension des contrôles des documents afférant à la circulation des véhicules dans la ville de Ouagadougou. Le Commissaire Divisionnaire de Police Désiré Ouédraogo qui explique que cette décision est motivée par les plaintes de certains usagers selon lesquelles certains policiers s’adonnent à des actes de racket lors de ces opérations de contrôle. La note en intégralité.

Vos commentaires

  • Le 13 octobre 2020 à 12:29, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Circulation des véhicules à Ouagadougou : Les contrôles des documents suspendus jusqu’au 15 décembre 2020

    - Cher Monsieur le Directeur régional de la Police nationale du Centre, vos éléments n’ont rien fait et ne font rien ! Ils font correctement leur boulot. Ce sont nous les usagers qui commençons à pleurnicher devant eux quand ils nous arrêtent, a évoquer des visites à un malade au CHU YO ou même à ’’tuer’’ un parent et nous rendons à ses funérailles ! C’est quand tous ces subterfuges ne marchent pas que nous commençons à négocier et à insister fortement d’ailleurs ! Même si le policier prend l’argent, dans ce cas qui est plus fautif ? Mr le Directeur pour moi votre bien cher Kôrô Yamyélé j’insiste, je persiste et je signe que c’est l’usager en tête de liste qui est fautif ! Et encore ces inciviques contournent pour aller se plaindre chez vous mon Commissaire  !

    Proposition : Mon Cher Commissaire moi Kôrô Yamyélé je vous propose un remède en 3 points et qui sera très efficace :
    1/- Créer une brigade légère et désignez dans le commissariat un coin derrière un bâtiment où ils vont opérer et loin de la porte et des endroits où vous recevez les usagers,
    2/- Après celà, l’incivique qui va se pointer au Commissariat pour dire et se plaindre qu’un policier l’a arnaqué, faites-le conduire par cette brigade dans le coin choisi et loin de tout regard ou oreille indiscrète. Qu’ils le fouttent copieusement Lá-bas avec de longues chicottes jusqu’à ce qu’il jure qu’il ne recommencera plus jamais.
    3/- S’ils finissent de le chicotter copieusement, ils lui donnent un papier où il s’engage de ne jamais en parler au grand jamais ! Enfin ils le lâchent après lui avoir balancé un bon coup de pied dans les fesses.

    Conclusion : Tout est la faute de l’incivisme ! Ce sont les InsurESCROCS qui nous ont trimbalé dans cette impolitesse généralisée dans le pays à cause de leur insurESCROQUERIE qu’ils ont appellé pompeusement Insurrection ! Sinon depuis quand des drogueurs et des gnoleurs de ’’Tchrr-Tchrr’’ ou ’’Kiro-Kiro’’ peuvent faire une bonne insurrection si ce n’est insurESCROQUER les autres en pillant, volant et trimballant les biens privés d’autrui par brouettées et charrettées pour emporter comme si c’était pour eux ?!

    PS : D’ailleurs je profite pour féliciter la police qui a traqué ces voleurs jusque dans leurs derniers retranchements pour récupérer ces biens volés pendant l’insurESCOQUERIE. Mon Commissaire je dis ’’retranchement’’ parce que la plupart de ces voleurs et pillards habitent dans des non-lotis délabrés à la périphérie de Ouaga. Certains qui ne mangent du riz qu’une fois tous les 6 mois à l’occasion d’une fête en ont eu à manger suite aux pillages des magasins d’autrui !

    Merci Monsieur le Commissaire Divisionnaire de Police Désiré Ouédraogo.

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

    • Le 13 octobre 2020 à 13:29, par Indjaba En réponse à : Circulation des véhicules à Ouagadougou : Les contrôles des documents suspendus jusqu’au 15 décembre 2020

      Le kôrô, là je ne suis pas totalement d’accord avec vous d’autant plus que les autorités policières ont toujours nié l’existence de la corruption au sein de la police et rétorquent tout le temps à leurs détracteurs de montrer la preuve de cette corruption. Voilà que le RENLAC et radio Omega ont produit des preuves et le directeur régional au lieu de passer aux sanctions veut tourner en rond pour esquiver ses responsabilités. Le problème des institutions intraprofessionnelles charger de réprimer la corruption à l’intérieur de leur corps réside souvent dans la probité même des acteurs de ces unités anticorruption. Exemple : la police des polices est gérés par des policiers classiques dont certains ont peut être fait des deals dans le temps avec d’anciens collègues sur la route et maintenant ils sont chargés de contrôler leurs anciens copains dealers resté dans l’autre branche de la police. C’est idem pour la douane où certains ont tapé les deals ensemble à dakola, bitou, niangologo etc . Et aujourd’hui d’autres ont rejoint le service d’inspection chargée de réprimer les douaniers corrompus. C’est rigolot car humainement c’est pas possible d’être rigoureux dans ce cas. Proposition : 1) il faut créer une division de police à part qu’on va appeler ’’la police des polices’’. Ces policiers seront recrutés par concours directs uniquemen. Les recrus seront formés à part et ne feront que contrôler les autres policiers. Pareil à la douane où on pourra créer le corps de ’’police des douanes’’. On n’y rentrera uniquement que par concours directs et on sera formé à part. 2) ,Trouver un mécanisme pour contrôler ces polices des polices ou ces polices des douanes. 3) Faire payer les contreventions directement sur la route en délivrant un reçu. Certains usagers donnent (contre leur principe) les 1000 aux policiers parce qu’ils veulent leurs documents urgemment et n’ont pas le temps de se rendre au commissariat pour faire un rang.

      Répondre à ce message

  • Le 13 octobre 2020 à 12:55, par Ouiya En réponse à : Circulation des véhicules à Ouagadougou : Les contrôles des documents suspendus jusqu’au 15 décembre 2020

    Que Dieu bénisse le signataire de cette note. Rien qu’hier, lundi 12 octobre 2020 dans la soirée aux feux tricolores du ministère des finances (avenue du conseil de l’entente), deux véhicules se sont rentrés dedans et vous savez pourquoi ? Trois véhicules se suivaient et un policier, à moins de 10 mètres du véhicule de tête, lui a fait signe de serrer à droite. Le conducteur (peur ou effet de surprise ?) a freiné brusquement. Le véhicule qui le suivait a pu freiner à temps mais le troisième a cogné ce dernier et son phare avant droit s’est brisé.
    Tous les témoins de la scène ont accusé le manque de professionnalisme de l’agent. Comment dire à un véhicule qui est à moins de 10 mètres de toi, de s’arrêter alors des véhicules le suivent immédiatement ? A l’allure où vont les abus de certains agents chargés de faire respecter le code de la route, les citoyens finiront par avoir du mépris pour tout un corps. Vivement que la hiérarchie policière se penche sur ces nombreux cas d’abus. L’honneur du policier est en jeu.

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre 2020 à 13:00, par Peuple Insurgé En réponse à : Circulation des véhicules à Ouagadougou : Les contrôles des documents suspendus jusqu’au 15 décembre 2020

    Je ne comprends rien. Donc tant que vous n’aurai pas éradiqué le racket vous n’allez pas contrôler ?

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre 2020 à 13:08, par Dr Belko En réponse à : Circulation des véhicules à Ouagadougou : Les contrôles des documents suspendus jusqu’au 15 décembre 2020

    Cette decsion est hautement bienvenue. Mais au-dela de la simple suspension, il faudra trouver un mecanisme de controle fiable et durable pour pousser les usagers a etre en regle de leurs papiers tout en evitant les rackets de la part de la police, mais aussi les tentatives de corruption venant des usagers eux-memes. Je propose que l’on reintegre la morale a l’ecole et que l’on sanctionne les superieurs et autres relations qui interviennent pour faire relacher des engins et autres papiers confisques.

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre 2020 à 13:38, par Dr Belko En réponse à : Circulation des véhicules à Ouagadougou : Les contrôles des documents suspendus jusqu’au 15 décembre 2020

    Et surtout, l’on doit interdire aux policiers sur les voies de percevoir les penalites routieres, que cela soit avec ou sans recu. Le paiement d’une quelconque infraction ne devrait se faire que devant une caisse/comptabilite mandatee a collecter de l’argent.

    C’est justement parce que l’on demande aux policiers de sortie de constater l’infraction et de collecter les frais y afferents qu’il y a toute cette sorte de corruption organisee qui gangrene les activites de la police.

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre 2020 à 13:45, par BOUKARY En réponse à : Circulation des véhicules à Ouagadougou : Les contrôles des documents suspendus jusqu’au 15 décembre 2020

    Finalement que est le rôle des policiers ? sécuriser la population ou maximiser leurs fonds commun ?
    honte a la police qui d’année en année est cité parmi les corps les plus corrompus de l ’administration.

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre 2020 à 13:53, par KingBaabu En réponse à : Circulation des véhicules à Ouagadougou : Les contrôles des documents suspendus jusqu’au 15 décembre 2020

    Merci M. le DR. Franchement il etait temps. Trop tard pour bien faire. Quand je vois 4,5,6,7 policiers dont au moins un avec un fusil d’assaut Kalash se pointer tous les jours a des carrefours pour en rajouter a la cohue deja infernale de la circulation...franchement ca me fait penser que le pays est sans avenir. Racket, racket et racket. La Police que j’ai connue il y a 20 ans etait une police vertueuse. Mais maintenant c’est autre chose. Et pourtant on peut utiliser la police utilement.

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre 2020 à 14:46, par Juste En réponse à : Circulation des véhicules à Ouagadougou : Les contrôles des documents suspendus jusqu’au 15 décembre 2020

    Donc il a fallu une enquête d’une radio privée de la place pour que les autorités de la Police se rendent compte que la corruption existe dans les rangs de nos forces de l’ordre ? Alors que la Police a ses services d’inspection et mieux, certaines structures de veille reviennent chaque fois sur le niveau de corruption dans certaines institutions. Tant mieux si la voix d’une radio peut porter aussi haut ; malheureusement, je crains que sous cette note il y ait des visées électoralistes. La corruption dans la Police est plus vieille que le CORONA, même plus vieille que le VIH et on a jamais pu trouver de remède ; si subitement on peut traiter aussi facilement ce mal, pourquoi laisser les populations entre les mains de racketteurs depuis aussi longtemps ? L’enquête de la radio révèle tout un système mis en place pour que cela fonctionne, ailleurs c’est même le boss du ministère qui devait sauter après ces révélations mais comme nous sommes au Burkina. La face dangereuse de ces pratiques est que si pour 5000F on peut libérer un conducteur sans permis, pour 25000, 50000 ou 500000 on peut donner des informations fiables à un terroristes pour déstabiliser le pays (chaque chose a son prix) ; c’est toute chose égale par ailleurs. Tant que l’argent demeurera la boussole, soignons sûrs que nous serons toujours en danger. C’est hélas ce que le défunt régime avec ceux qui nous gouvernent aujourd’hui ont inculpé comme valeurs. Tout ce qu’on sème germe, pousse et grandit. Ce que nous avons comme Policier aujourd’hui est ce que nous avons voulu.

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre 2020 à 15:10, par j’aime mon pays En réponse à : Circulation des véhicules à Ouagadougou : Les contrôles des documents suspendus jusqu’au 15 décembre 2020

    Monsieur le Directeur régional de la Police nationale du Centre,
    C’est effectivement une triste réalité que les usagés vivent et quand il ya un probleme, il faut la solution.

    Nombreux sont les policiers qui collent des fausses infractions dans le but de vous mettre en position de négociation afin d’en tirer profit. Rares sont ces policiers qui font la sensibilisation aux usagés suite d’infraction mineure.
    Personnement si ce n’est que de raquetter, comment comprendre des policiers groupes devant des feux tricoleur quand il ya des voies ou la circulation est difficile et necessite la presence de la police pour reglementer la circulation ? Ma solution est la suivantes :
    1- Ne plus poster des policiers sur les axes ayants des feux tricolores et si ya un accident du par un usagé ayant bruler le feu, qu’il paie une amande de 60000CFA puis une convention de 25000 et 2 mois de fourriere de son engin et la prise en charge des frais de reparations. Vous verez qu’il y ;aura moins d’accident du au non respect des feux.
    2- La police désormais reglementera le trafic des axes ou la circution est tres difficile sans feux tricolore.
    3- La police fera des patrouille de controle ( vehicules mal garé, occupation anarchique des voies, comportement déplacé de certaine personnes, individus suspects, verification des pieces d’identités dans certains lieux publiques interdits aux enfants de moins de 18 ans, patrouille et presence dans la ville, presence policiere a coté des grande ecoles privees et public, poursuite des usagés qui font l’exces de vitesse, arreter les enfants de moins de 16 ans sur les motos grosse cylindre..). Pour exemple : A Loudogho, coté Nord de la mairie de l’arrondissement 10, des eleves de moins de 16-18 ans se donnent librement le droit de se retrouver et de boire et fumer ce qu’ils veulent au vue et au su de tout le monde. Si la police faisait correctement sont travail ce reseau de petit voyou devait etre deja maté.
    On peut se permettre de traverser Ouagadougou sans inquietude d’etre arreter par la police pour verification de formalité et ceci encourage le grand banditisme. Notre ville a une police mais n’est pas garder par elle et c’est pourquoi le koglewegho a eu sa popularité. Le travail de la police le jour n’est pas seulement d’etre devant les feux tricolores et il faut arreter ca et exploiter cette force policiere a bon escient. Ouagadougou est assez vaste pour qu’on permette des policier se planter devant des feu tricolores sans grand but securitaire. Si la police est presente, il devient facile de denomcer ce qu’on voi maintenant. On doit sentir l’autorité d’un etat a traver sa police. Notre police a besoins d’etre reorganiser. Si on pu abattre quelqu’un en pleine ville devant les usagers et disparaitre sans etre poursuivie par la police s’est que la police a faillie a sa mission de surveillance et de securisation de la population. Surveillance et securisation est la mission qu’elle doit se donner et non se poster et attendre qu’on brule un feu. C’est honteux et degradant. On voit meme des policier se poster a des axes ou il n’ya jamais eu d’accident et c’est domage.
    Merci de considerer mes suggestions.

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre 2020 à 15:48, par Sahanou En réponse à : Circulation des véhicules à Ouagadougou : Les contrôles des documents suspendus jusqu’au 15 décembre 2020

    C’est déjà un grand pas pour réfléchir et trouver un moyen pour diminuer ce phénomène qu’est la corruption. j’ai souvent félicité la police de Ouagadougou parce que eux au moins ils sont visibles aux différents carrefours et limitent les infractions. A Bobo c’est carrément le contraire. Ils se cachent et prient Dieu qu’il y ait infraction. Et si tu es prêt à payer contre un reçu , ils te disent que si tu veux un reçu il faut partir payer au commissariat et revenir prendre ton engin. on ne te laisse plus le choix. Chers policiers de Bobo soyez visibles au niveau des feux ou panneaux pour limiter les dégâts Car je pense que le premier objectif c’est prévenir les accidents, et la présence d’un policier (visible) est dissuasif. Mr le DR de la police des hauts Bassins, vérifier mes propos et recadrez les choses si nécessaire. Il y va de votre crédibilité. C’est juste une interpellation.

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre 2020 à 16:57, par RAK En réponse à : Circulation des véhicules à Ouagadougou : Les contrôles des documents suspendus jusqu’au 15 décembre 2020

    Pour moi la solution est toute simple. Je pense qu’il faut revoir les montants des contraventions à la baisse. C’est parce que les montants sont élevés que les policiers proposent des sommes au rabais ou que les gens veulent négocier.Par exemple pour quelqu’un qui a brulé le feu sa contravention c’est 5000Fau Commissariat ou sur place avec quittance. Il va négocier à combien encore avec le policier ? le flic ne pourra pas non plus marchander.

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre 2020 à 17:19, par terra En réponse à : Circulation des véhicules à Ouagadougou : Les contrôles des documents suspendus jusqu’au 15 décembre 2020

    RISQUE SÉCURITÉ INTERIEURE
    Pourquoi dans un pays exposé au terrorisme il y a autant de véhicules qui circulent sans plaque d’immatriculation ?
    J’ai été surpris de voir une série de 5 véhicules non immatriculées à des heures indues sans aucune plaque d’immatriculation. Quid, si après un accident, un véhicule non matriculé prend la fuite, quel moyen disposons nous pour l’identifier ? Je trouve, à mon avis que beaucoup de voitures non immatriculées circulent à Ouagadougou et cela n’est pas rassurant

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2020 à 06:54, par Tagrou En réponse à : Circulation des véhicules à Ouagadougou : Les contrôles des documents suspendus jusqu’au 15 décembre 2020

    Une capitale où l’on se permet de suspendre les contrôles des documents afférents aux véhicules ainsi qu’à leurs occupants. Et cela, dans un contexte d’insécurité que personne n’ignore. Surtout que parmi les otages libérés tout récemment par les nouvelles autorités maliennes, figurent ceux qui ont planifié les attentats de Ouagadougou.
    Et si le pire survient (touchons du bois), beaucoup de ceux qui applaudissent cette décision n’hésiteront pas à indexer la police pour son "laxisme".
    Il faut vraiment que le Directeur général de la Police s’explique. Car c’est à n’y rien comprendre.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Danger du foncier au Burkina : Comment désamorcer la bombe, si les plus « grands propriétaires terriens sont des autorités politiques et administratives » ?
Communauté musulmane du Burkina : Des fidèles s’opposent à l’investiture du nouveau président
Préoccupation foncière au Burkina : Le flacon d’antidotes de la commission épiscopale justice et paix
L’économie politique de la décentralisation en Afrique : Les défis actuels du Burkina Faso
Deuxième dimanche de Pâques : "Evangile Pour Tous Burkina Faso" implore la miséricorde de Dieu pour les prisonniers de la MACO
Cantine scolaire : Alice Gisèle Sidibé Anago pour assurer « à chaque enfant au moins un repas équilibré par jour »
Nutrition : Un nouveau projet pour prévenir le retard de croissance chez les enfants au Burkina
Projet Weoog-Paani : Le comité technique de suivi passe en revue les deux premières années de mise en œuvre
CEGECI : Boureima Thiombiano, le nouveau métronome
Fada N’Gourma : La police judiciaire appréhende cinq délinquants spécialisés dans le vol des produits pharmaceutiques destinés à la gratuité des soins
Relevé bimestriel de l’ONEA : Vers l’adoption d’un nouveau scénario
Ministère de la Femme : Les syndicats manifestent leur opposition à la nomination de la secrétaire générale
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés