Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le meilleur temps pour réparer sa toiture, c’est lorsque le soleil brille.» John Fitzgerald Kennedy

Présidentielle 2020 au Burkina : « La Constitution me permet de déposer ma candidature sans la caution et le parrainage », déclare Issa Sawadogo

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Élections 2020 • LEFASO.NET • mardi 29 septembre 2020 à 00h26min
Présidentielle 2020 au Burkina : « La Constitution me permet de déposer ma candidature sans la caution et le parrainage », déclare Issa Sawadogo

L’histoire retiendra que c’est Issa Sawadogo qui a ouvert le bal du dépôt des dossiers à l’élection du président du Faso, le lundi 28 septembre 2020 à la Commission électorale nationale indépendante (CENI). Le candidat indépendant, par ailleurs conseiller d’intendance scolaire et universitaire s’est entretenu avec les hommes de médias à sa sortie.

Il est le premier à se présenter devant la Commission de réception de dépôt de dossiers à l’élection du président du Faso, lundi 28 septembre 2020, au siège de la Commission électorale nationale indépendante (CENI). On lui a signifié que son dossier est incomplet, malgré qu’il ait reçu son récépissé de dépôt.

A sa sortie, face à la presse, Issa Sawadogo s’est justifié. « Selon moi, il n’est pas incomplet parce que la Constitution dans son chapitre 1, article 1, me permet de déposer ma candidature sans la caution et sans le parrainage. Le dossier est complet. La loi de la CENI n’est pas supérieure à la Constitution. Je me demande comment le Conseil constitutionnel va procéder pour écarter ma candidature », a-t-il fait savoir.


Lire aussi :Politique : « Actuellement, je ne vois pas un candidat qui peut sortir le Burkina de l’ornière », constate Issa Sawadogo


Pour le candidat indépendant, « la discrimination liée à la fortune est prohibée » par la Constitution.

Aux journalistes, il leur a demandé d’aider la population à comprendre les choses : « Un candidat qui dépose 25 millions. Il bat campagne avec un milliard et vous voulez que s’il vient au pouvoir qu’il soit comme Thomas Sankara ? C’est difficile ! Ce sont des investissements… ». Et d’ajouter : « Je ne suis pas content, c’est la raison pour laquelle je suis venu pour changer les choses ».

Cryspin Masneang Laoundiki
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 28 septembre à 11:13, par Lom-Lom En réponse à : Présidentielle 2020 au Burkina : Issa Sawadogo, le premier candidat à déposer ses dossiers

    Bravo à lui pour ses bonnes intentions pour son pays mais il doit savoir qu’il n’est pas le premier juriste ou plus juriste que ceux qui ont fixé de manière consensuelle les règles pour sélectionner les candidats. Ce n’est pas un concours de recrutement d’un gerant de maquis ! Que les Burkinabe quittent dans ça au lieu de distraire le peuple !

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre à 11:19, par Nekre En réponse à : Présidentielle 2020 au Burkina : Issa Sawadogo, le premier candidat à déposer ses dossiers

    Oui, c’est vrai que candidat à l’election presidential sur un CV, ce n’est pas mal. C’est donc bien joué. Bonne chance tout de meme

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre à 11:42, par Passakziri En réponse à : Présidentielle 2020 au Burkina : Issa Sawadogo, le premier candidat à déposer ses dossiers

    Bravo pour cette Demarche. Même si cette candidature vise à comprendre l’argumentaire du Conseil constitutionel, je trouve le geste Citoyen. Nous devons mieux comprendre les lois et un moyen de l’atteindre à mon avis c’est aussi de les pousser à prendre des décisions sur des questions qui nous interessent. Donc Bravo Monsieur Sawadogo.

    Passakziri

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre à 11:53, par Pathe Diallo En réponse à : Présidentielle 2020 au Burkina : Issa Sawadogo, le premier candidat à déposer ses dossiers

    Félicitations et bravo à lui. On lui souhaite malgré tout, Bonne chance ! Une telle candidature, même si elle n’a aucune chance de passer, montre au moins que chaque burkinabe est en droit de se porter candidat pour la plus haute fonction de son pays, personne n’est à priori exclut il suffit de remplir les conditions !

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre à 11:54, par citoyen Lambda En réponse à : Présidentielle 2020 au Burkina : Issa Sawadogo, le premier candidat à déposer ses dossiers

    Quand on amène l’élection présidentielle à un jeu de clouwnerie ou à la comédie infantile ,c’est normal que tous les paltoquets plaisantent avec
    cette haute fonction en déposant leur dossier de candidature tout en sachant que leur dossier est incomplet . Est ce qu’on peut enfin arrêter avec les gamineries dans ce pays pour se mettre sérieusement au travail

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre à 13:02, par Sidpassata Veritas En réponse à : Présidentielle 2020 au Burkina : Issa Sawadogo, le premier candidat à déposer ses dossiers

    @citoyen Lambda, je n’ai pas bien saisi quelque chose dans le sens de vos propos. Voulez-vous dire que la démarche de Monsieur Issa SAWADOGO serait une plaisanterie ?
    Si c’est vraiment cela que vous voulez insinuer, c’est que vous n’avez pas compris les sens de sa démarche. Il y a un vrai problème démocratique de discrimination, à invalider la candidature parce qu’il n’est pas assez riche ou bien parce que des élus n’ont pas voulu le parrainer, alors que ces obstacles, quoique légaux parce que inscrits dans le code électoral, sont contraires à la constitution qui garantit les droits civiques de chaque citoyen. Lesdites dispositions du code électoral ne sont-elles pas anti-constitutionnelles ?
    Ceci est une vraie question de grande importance démocratique et il est très utile de pousser le conseil constitutionnel à se prononcer, en procédant comme Monsieur Issa SAWADOGO le fait, au lieu laisser la question à un débat des politiciens de la politique politicienne.
    Félicitation à Monsieur SAWADOGO

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre à 13:41, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Présidentielle 2020 au Burkina : Issa Sawadogo, le premier candidat à déposer ses dossiers

    - Très futé et très intelligent ce monsieur ! Je vois en lui un autre Dicko avait mis Blaise Compaoré en difficulté à plusieurs repises sur les lois votées pour les élections.

    Conclusion : Cette candidature de Issa Sawadogo a vraiment du sens si c’est pour débusquer les arnaques et les entourloupes dans nos lois.

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre à 14:00, par Yacoub En réponse à : Présidentielle 2020 au Burkina : Issa Sawadogo, le premier candidat à déposer ses dossiers

    Nous attendons la candidature de Yamyélé.Il sera un président idéal pour le Burkina.Je connais tout !

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre à 14:35, par Biata En réponse à : Présidentielle 2020 au Burkina : Issa Sawadogo, le premier candidat à déposer ses dossiers

    Excusez-moi mais la fonction présidentielle dans un pays ne relève pas du tout de la plaisanterie. Ce n’est pas non plus un concours de recrutement d’agents de bureau.
    Enfin, ce n’est pas le lieu indiqué pour faire du sensationnel.
    C’est une très haute et lourde charge à porter à la tête d’un un pays. Ce n’est pas que du prestige et le lieu rêvé pour s’enrichir contrairement à ce que beaucoup pensent.
    Dans ce Burkina d’aujourd’hui là, nous aimons vraiment jouer avec le devenir de notre pays et ce n’est pas amusant du tout en dépit du ridicule que ça peut friser parfois.
    Je reconnais que tout citoyen burkinabè, homme ou femme, possédant ses droits civiques et en réunissant les conditions d’éligibilité et de capacité d’action, est présidentiable.
    En effet, il ne devrait pas y avoir de plus présidentiables que d’autres du seul fait de "passe-droits" et/ou parce que "fils de" et/ou parce qu’appartenant à telle tendance politique plus que telle autre ou encore à telle région ou telle ethnie plus que telle autre...... Mr Sawadogo est sûrement plein de bonne volonté et son intention de se faire élire par le peuple burkinabè pour gouverner notre pays est louable.
    Cependant, sans le juger, je trouve que le fait qu’il se présente en fanfare devant la CENI pour déposer un dossier incomplet au titre des présidentielles relève du buzz et ne fait pas du tout sérieux de sa part. Ce n’est que mon avis et c’est vraiment sans rancune.

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre à 14:41, par TERMINATOR En réponse à : Présidentielle 2020 au Burkina : Issa Sawadogo, le premier candidat à déposer ses dossiers

    Un dossier incomplet ne devrait même pas être réceptionné, c’est ça aussi le respect des textes, il est pressé pour allez oû ? comme disait l’autre ce n’est pas à ce niveau de fonction qu’on doit laisser des plaisantins nous distraire.

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre à 15:59, par ZAMOUMDA En réponse à : Présidentielle 2020 au Burkina : Issa Sawadogo, le premier candidat à déposer ses dossiers

    Dossier complet ou pas complet, il faut noter que monsieur SAWADOGO a une démarche républicaine qu’il faut reconnaitre. Et étant du milieu de l’éducation, il n’a pas oublié les premières habitudes élémentaires de l’éducation qui consiste d’être toujours à l’heure. En déposant sa candidature à la première heure, monsieur SAWADOGO vient de nous montrer de part ce geste l’attachement qu’il a et qu’il exerce tout les jours dans son boulot et dont la première règle est d’être toujours à l’heure dans tout ce que l’on fait.
    PEUPLE DU BURKINA FASO, même si nous ne connaissons pas Mr OUEDRAOGO, ni son programme politique, je suis convaincu que s’il est président de la république il n’y aura retard dans aucun service de l’ETAT .

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre à 16:35, par Minnayi En réponse à : Présidentielle 2020 au Burkina : Issa Sawadogo, le premier candidat à déposer ses dossiers

    Bravo à ce Monsieur. Moi j’ai eu tout de suite le flair qu’il va bousculer quelque chose parce qu’il ne me semble pas riche comme les autres à venir, et il est très proche du pays réel.

    Et si ce candidat créait la surprise en remportant la présidentielle au soir du 22 novembre 2020 ? En tout cas, il a tout mon soutien et je crois fermement à sa victoire.

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre à 16:52, par Manuel En réponse à : Présidentielle 2020 au Burkina : Issa Sawadogo, le premier candidat à déposer ses dossiers

    Bonjour
    Je suis vraiment déçu par certains internautes, dans quel pays au monde il n’y a pas de règles qui encadrent une élection ?
    On peut ne pas être d’accord avec les dispositions d’une loi, mais je souhaite que l’on me cite un seul Etat dans le monde où les élections ne sont pas encadrées !
    Soyons sérieux, parrainage ou pas, cinquante francs comme caution, il y aura toujours des exclus !
    Il faut arrêter de penser que l’on ne pas être utile à son pays si on n’est pas président.
    Il n’y a aucun mérite à jouer au clouw, on peut rejetter une loi en s’organisant autrement, pas en jouant comme dans un théâtre.

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre à 16:57, par Jamaal Ahmed En réponse à : Présidentielle 2020 au Burkina : Issa Sawadogo, le premier candidat à déposer ses dossiers

    Tout le monde a les yeux rivés vers les dits BAOBABS. Certainement que ceux qui ont comme programme Rock et le MPP attendent que celui ci aille pour sa candidature avant qu’ils ne fassent leur pas. Issa n’a pas attendu les salamalecs avant d’y aller. Que Dieu lui soit assistant.

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre à 17:41, par KABORE En réponse à : Présidentielle 2020 au Burkina : « La Constitution me permet de déposer ma candidature sans la caution et le parrainage », déclare Issa Sawadogo

    Votre geste est très louable. Le nouveau président malien viens de promettre aux maliens de mettre fin à toutes les perversions observées durant les processus électoraux. C’est ce qu’il nous faut aussi au Burkina.

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre à 18:00, par Ka En réponse à : Présidentielle 2020 au Burkina : « La Constitution me permet de déposer ma candidature sans la caution et le parrainage », déclare Issa Sawadogo

    Comme l’honorable Koffi Anann ne cesse de le répéter, (C’est l’ignorance, et non la connaissance, qui dresse les hommes les uns contre les autres.) Tant pis pour les jaloux : Cet homme a le courage d’avoir fait confiance à son destin, et lancer un défi inhabituel. Même si sa candidature serait parmi les recalées, il l’a fait.

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre à 18:06, par y En réponse à : Présidentielle 2020 au Burkina : « La Constitution me permet de déposer ma candidature sans la caution et le parrainage », déclare Issa Sawadogo

    Comme on réceptionne aussi les dossiers incomplets, attendez moi demain matin, j’ai un acte de naissance seulement.

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre à 19:05, par Nabiiga En réponse à : Présidentielle 2020 au Burkina : « La Constitution me permet de déposer ma candidature sans la caution et le parrainage », déclare Issa Sawadogo

    N’gawwwwww !!!!!!! Vas-y. Dépose tout ce que tu veux comme tu le veux et quand tu le veux même

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre à 20:32, par Dja En réponse à : Présidentielle 2020 au Burkina : « La Constitution me permet de déposer ma candidature sans la caution et le parrainage », déclare Issa Sawadogo

    Bravo à ce monsieur ! cette demarche aura au moins le mérite d’amener des gens bien avertis à relire la constitution en ses dispositions sur l’élection présidentielle. Dans tous les cas, aucune loi (électorale soit-elle) ne doit contrevenir à la constitution s’il n’y a pas d’ouverture dans la constitution qui autorise des précisions ou des encadrements.

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre à 00:23, par ToiAussi En réponse à : Présidentielle 2020 au Burkina : « La Constitution me permet de déposer ma candidature sans la caution et le parrainage », déclare Issa Sawadogo

    A : citoyen Lambda, Biata, Manuel
    Je pense que vous analyses mal la situation et ne percevez pas la portée ni les conséquences juridiques de ce Mr Sawadogo sous-tend.
    Tout Burkinabe qui jouit de ses droits civiques peut se présenter à l’élection présidentielle. FCFA 25 000 000 représente une fortune au BF et la Constitution interdit tout critère base sur la fortune pour pouvoir être éligible (Art 1er, Chp I, Titre I de la Constitution).
    Que se passerait-il si :
    1. la CENI rejette sa candidature base sur le critère de la fortune de FCFA 25 000 000 (pour ne citer que cela pour l’instant) ?
    2. Que la Cour Constitutionnelle est saisie et qu’elle valide la décision de rejet de la candidature par la CENI ?
    3. Que le candidat saisisse la Cour Africaine (voir même laissée a l’appréciation de l’ONU ou de l’UE) qui prononce l’anti constitutionalité de la décision de la Cour Constitutionnelle ?
    4. Est-ce que la Constitution prévoit le dépôt d’une caution de FCFA 25 000 000 afin de pouvoir candidater ?
    C’est à ce niveau qu’il faut situer le débat et si vous pouvez répondre à ses questions pour enrichir le débat surtout que vous qualifier l’acte posé par Mr Sawadogo de « clouwnerie, de sensationnel ».

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre à 07:33, par Adcde En réponse à : Présidentielle 2020 au Burkina : « La Constitution me permet de déposer ma candidature sans la caution et le parrainage », déclare Issa Sawadogo

    La stratégie est que tu devais prêter 25millions avec un particulier pour déposer ta candidature et quand tu auras ta subvention de 100 millions tu rembourse les 25 millions et il te reste 75 millions dans lesquels tu fais un semblant de campagne de 5 millions et après les élections tu te retrouve avec 70 millions, n’est ce pas un bon projet ?

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre à 08:08, par Adakalan En réponse à : Présidentielle 2020 au Burkina : « La Constitution me permet de déposer ma candidature sans la caution et le parrainage », déclare Issa Sawadogo

    CE qui est interessentiel dans cette histoire, c’est que on aura plus les même difficulté de choix entre rock et zeph en 2015.
    Cette année ,il ya tellement des burkinabé valeureux y compris bien sûr rock et zeph et donc, il s’agit d’avoir sa carte d’électeur et hop ,le choix est vite fait.
    Pour moi ya pas de candidats plaisantin , il n’ya que des programmes plaisantin et contre développement et sans vision. Il ne s’agit ni de personne ,ni de fortune à exhibé mais de montrer un bon projet de développement à meme d’etablir la dignité et la qualité de vie du burkinabè.

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre à 08:59, par Sage En réponse à : Présidentielle 2020 au Burkina : « La Constitution me permet de déposer ma candidature sans la caution et le parrainage », déclare Issa Sawadogo

    L’acte est à saluer par ce que ça peut déboucher sur quelque de plus juste. Bravo à M. Sawadogo. On écoutera le Conseil Constitutionnel.

    Je suis d’accord que si l’élection n’est pas encadrée, on peut avoir 20 000 candidats, voire plus et là, même l’ensemble du budget de l’Etat risque de ne pas suffire pour l’organisation des élections ; encore faut-il que les critères retenus ne soient pas trop discriminants (par ce que dans tous les cas, ils seront discriminants ; même si on dit de payer 1 000 F, des gens ne pourront pas payer d’eux mêmes ; ils auront besoin de soutiens).

    Sur les 2 points, mes avis sont les suivants :
    - Pour le montant, il faut fixer un chiffre différent de zéro pour éliminer ceux qui veulent juste "s’amuser" (dans tous les pays il y a des gens qui le font) ; la question c’est combien ? selon moi, la discussion devra être à se niveau. Il ne s’agit pas de sortir la totalité du montant de sa propre poche si on a pas le montant fixé ; mais, on peut se dire que si parmi les 20 millions de burkinabé, tu n’arrives pas à convaincre des gens qui te font confiance et te donnent des 100f, 500 f, des 1 000f pour déposer ta caution, il y a un problème ; on comprendra que c’est juste pour ton CV ;
    - pour ce qui est du parrainage, cela est tout simplement de l’arnaque selon moi, par ce que les partis politiques qui ont des élus, pourront tout faire pour éliminer tout candidat indépendant.

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre à 09:26, par Pasexceptionel En réponse à : Présidentielle 2020 au Burkina : « La Constitution me permet de déposer ma candidature sans la caution et le parrainage », déclare Issa Sawadogo

    Oui bien sure, la constitution permet de deposer un dossier de candidature pour la presidentielle mais ce que tu ne dis pas c’est que meme s’il est vide ce dossier peut etre deposé. Le probleme c’est la suite avoir un dossier complet et tout le reste. car n’est pas le depot du dossier c’est sa vaildité mon type. Meme un fou peu aller deposer un dossier.

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre à 10:11, par Nidale En réponse à : Présidentielle 2020 au Burkina : « La Constitution me permet de déposer ma candidature sans la caution et le parrainage », déclare Issa Sawadogo

    Toutes les règles de la vie en société, à commencer par les lois sont par définition discriminatoires. L’essentiel étant qu’elles soient de portée générale et impersonnelles. Aussi, les conditions d’âge tout comme les conditions financières sont discriminatoires.

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre à 10:33, par Levieux En réponse à : Présidentielle 2020 au Burkina : « La Constitution me permet de déposer ma candidature sans la caution et le parrainage », déclare Issa Sawadogo

    Bonjour à tous et merci pour vos débats contradictoires, conformément à l’article 1 du Chapitre 1 de la constitution Monsieur SAWADOGO a déposé son dossier de candidature mais M. SAWADOGO sait qu’il existe des règles dans nos sociétés pour le vivre ensemble raison pour laquelle il existe en plus des lois, des règlements, des arrêtés, des décisions et autres, M. SAWADOGO est fonctionnaire dans un service de notre administration où il existe certainement un règlement intérieur et peut-être un conseil de discipline comme il en existe dans d’autres secteurs de notre société, oui M. SAWADOGO et ses partisans l’Art. 1 du Chap. 1 du Titre I de notre constitution dit que tous les Burkinabè naissent libres et égaux en droits,Tous ont une égale vocation à jouir de tous les droits mais c’est pas pour autant que la porte doit être ouverte sans fixer de règles pour la fonction de Président du Faso, à mon avis non M. SAWADOGO c’est juste pour bien encadrer les choses et pour terminer je rappel aux et aux autres que conformément au Titre XV de la même constitution en son article 161 Blaise Compaore qui avait le droit de révision constitutionnel a été chasser du pouvoir.

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre à 12:00, par Ka En réponse à : Présidentielle 2020 au Burkina : « La Constitution me permet de déposer ma candidature sans la caution et le parrainage », déclare Issa Sawadogo

    Mon ami et promo Kôrô Yamyélé : As-tu un temps avec un moment précieux ou tes champs ont besoins de toi, et répondre a un internaute aux multiples pseudos ? Hier il vouait à toi avec un autre pseudo, et dès que tu te mets à donner raison à Roch Kaboré à cause d’une opposition dispersée et divisée qui ne sait pas opposé, et qui va mettre Zeph et Eddie au fond du mur, voilà que cet internaute aux multiples pseudos Yacoub, Kaka pour se dire Ka, Amoless black power, (un passant, un pseudo que j’utilise dans un site Ivoirien) et tant d’autres, se retourne contre toi.

    Ce sicaire perd son temps. Si toi Kôrô Yamyélé ou Ka avait voulu le pouvoir, on n’allait pas faire quelques-unes et quelques-uns des membres de notre parti, ou nous avons milité uniquement que pour les actions et les bonnes qui vont au peuple et l’émergence du pays.
    Oui ! éclabousser par une grenade un dévoué a la cause qui était Clément Oumarou O. représentant de notre Joyau ODP/MT nous a dégouté. Un parti politique qui a pu réunir tous les cadres des 12 partis politique (devenu un parti politique de défi CDP,) si on voulait devenir président ou ministre comme d’autres membres de ce parti a la première heure a ne citer que KDO premier ministre, Salif Diallo, A. Yé. Ablassé Ouédraogo, le capitaine L. Tou, Yero Boli, Joseph Kaboré J. Bonkoungou, Emil Kaboré et j’en passe, on était bien placé pour l’être. Mais pour le développement du pays, il faut être sur le terrain et faire son métier, c’est ce que nous avons choisi pour transmettre à la génération nos connaissances avec une retraite mérité sans tache d’ombre, et parlons sans craindre quoi que ça soit.

    Après notre révolution inachevée, nous avons compris qu’au pays des hommes intègres, personne ne milite dans un parti politique pour une quelconque idéologie. D’ailleurs, ils sont très peu qui savent ce que cela veut dire. Leur seule raison de militer, c’est leurs intérêts. Issa Sawadogo a pris une décision difficile, car une candidature présidentiel se prépare, et sans doute qui n’est pas le cas pour ce brave candidat, et je pense qu’agir ainsi est le plus mauvais qu’on aurait pu imaginer : Et je m’interroge si le CC va jouer la timidité, l’irresponsabilité, envoûtement, suivisme, ou moutonnerie pour accepter un tel dossier. C’est toujours la même chose au Burkina depuis Blaise Compaoré : On annonce des mesures qui ne sont pas applicables et/ou mal appliquées, et qui, en tout état de cause, n’ont qu’un seul effet et un seul motif véritable, (la corruption.) Nous avons vu ici au Burkina un Blaise Compaoré sans un candidat en face à une élection présidentiel, car le CC, spontanément et de sa propre initiative éliminait les candidatures manifestement anticonstitutionnelles et validait celles qui ne sont contestées qu’avec des arguments fallacieux qui ne résistent pas à l’analyse, sans qu’il soit nécessaire de lui demander quoi que ce soit. Bonne chance Issa Sawadogo.

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre à 12:52, par welore En réponse à : Présidentielle 2020 au Burkina : « La Constitution me permet de déposer ma candidature sans la caution et le parrainage », déclare Issa Sawadogo

    Mr Sawadogo soutien total. J’avais dit que même les cailcedra de Simon je ne vais pas voter cette année. J’ai changé d’avis et je vais voter pour vous.
    plein succès.
    Je ferai campagne pour vous

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre à 13:11, par Trahison En réponse à : Présidentielle 2020 au Burkina : « La Constitution me permet de déposer ma candidature sans la caution et le parrainage », déclare Issa Sawadogo

    L’acte est tres pedagogique. Certains diront que c’ est provocateur. Mais s’ il faut avoir de l’ argent pour etre elu, alors nous avons re3cule et nous sommes retombes dans la democratie censitaire. C’est trois siecles derriere, quand meme, hein ! Bravo, M. Sawadogo !

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre à 13:40, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Présidentielle 2020 au Burkina : « La Constitution me permet de déposer ma candidature sans la caution et le parrainage », déclare Issa Sawadogo

    - Mon ami KA, tu réveilles en moi de vieux et agréables souvenirs ! Mais mon ami, j’ai fais deux constats :

    1/- Le MPP est déjà en campagne ou quoi ? Meetings de soutien par-ci, rencontres de militants du MPP par-là. et le CSC ne dit absolument rien ! C’est injuste !

    2/- L’UPC et Zeph sont toujours aphones et amorphes. On dirait qu’on a attaché Zeph pour qu’il la ferme ! Ou bien il y a des querelles internes intenses à l’UPC qu’on étouffe ? Ou alors sa stratégie est d’attendre d’abord et observer le MPP. Ce qui risque de le conduire encore au décor puisque les gens commencent À l’oublier tandis que le MPP est visible partout, sachant que la nature a horreur du vide. Il ne devrait pas dans ce cas s’étonner de courrir et d’aller féliciter RMCK une deuxième fois au soir des élections.

    Mon ami KA, je suis de temps en temps dans mes champs car ce sont les récoltes que j’attend maintenant. J’ai des ouvriers agricoles et des techniciens d’agriculture (des ATAS) très compétents qui travaillent pour moi en tant que salariés. Je profite les former encore plus si bien que si on fait un recrutement mesures nouvelles, ils partent tous et je suis en perpétuel recommencement.

    Merci mon ami KA.

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre à 14:56, par Sidpawalemde Sebgo En réponse à : Présidentielle 2020 au Burkina : « La Constitution me permet de déposer ma candidature sans la caution et le parrainage », déclare Issa Sawadogo

    Je dis et redis que l’actuel code électoral est une abomination !!!

    1°) Il permet d’organiser des élections "sur une partie du territoire" sans préciser laquelle. Dans l’absolu donc, et avec une interprétation diabolique, la seule province du Kadiogo peut élire le président du Faso. De même, un département sur 10 dans une province peut élire les députés de cette province. Ce flou intentionnellement laissé est inique et dangereux.

    2°) Le code électoral fixe une caution qui ne correspond à rien d’autre qu’à affirmer qu’on doit être riche, ou supporté par des gens fortunés, pour être candidat. La ploutocratie officialisée au pays de Thomas Sankara ! Si c’est pour éviter que des malins viennent prendre la subvention d’état "cadeau", on peut trouver d’autres conditions au financement que cette caution discutable.

    3°) Notre code électoral permet aux partis en place de barrer la route à toute nouvelle figure présidentiable avec cette histoire de parrainage par cinquante élus. Peu importe que tu sois l’espoir du pays, que tu sois populaire, désintéressé, intègre, compétent. Si les partis qui ont déjà des députés et des conseillers ne veulent pas de toi tu ne peux même pas être candidat à plus forte raison élu !
    Ou alors tu crée d’abord un parti qui va chercher des conseillers et des députés avant que le leader cherche la présidence. En pratique, c’est au moins cinq (5) ans d’attente à supporter ceux dont le peuple ne veut plus mais qu’on lui impose comme seules options !

    En fait, les forces en présence sur l’échiquier politique ont fait un "deal" pour fermer la porte à tout nouvel arrivant avec ce code électoral "consensuel", tout en se taillant la part du Lion pour cette année, sachant que ce code ne peut pas gérer les municipales et qu’il faudra encore le modifier avant.

    Faudra-t-il qu’à chaque élection on change de code électoral ? Après les constitutions changeantes, voilà l’ère des codes électoraux à géométrie variable ?!? Pauvre Burkina...

    Répondre à ce message

  • Le 30 septembre à 08:48, par Ka En réponse à : Présidentielle 2020 au Burkina : « La Constitution me permet de déposer ma candidature sans la caution et le parrainage », déclare Issa Sawadogo

    Que les internautes qui ne pensent pas qu’au bout de leur nez sachent qu’exister véritablement comme être humain, c’est vivre pour son idéal et se dévouer à cet idéal. Blaise Compaoré avait un idéal qui était d’être un introverti et présidente à vie que je respecte son choix. Mais Ka son métier est d’être sur le terrain et le pratiquer sans être dans un bureau climatisé toute la journée, qui était son idéal. Et je pense que du côté de mon ami Kôrô Yamyélé en tant que technicien, était de même. Sinon pourquoi faire tant d’années d’études avec amour et endurance pour ne pas le pratiquer ? Il y a ceux qui aiment les bureaux climatisés, il y a ceux qui sont amoureux de leur métier et veulent le partager avec les autres. N’importe qui peut être ministre ou président, il suffit de le vouloir

    Répondre à ce message

    • Le 30 septembre à 10:02, par Passakziri En réponse à : Présidentielle 2020 au Burkina : « La Constitution me permet de déposer ma candidature sans la caution et le parrainage », déclare Issa Sawadogo

      Ka
      Au moins vous avez été bref cette fois-ci.C’est déjà un progrès. Mais laissez l’idéal de Blaise Compaoré et ce que Kôrô Yamyélé fait à côté.
      Moi je vous demande : C’est quoi votre idéal , vous qui avez beaucoup étudié et cotoyé toutes les somités de ce pays ? N’avez-vous pas passé votre temps dans les couloirs climatisés de Ouaga sans avoir le courage de vous dresser contre les inégalités de l’ère Compaoré ? Aujourd’hui vous semblez être l’un des défenseurs hardis du pouvoir MPP, pas par excès de courage je suppose. Libre à chacun de croire à vos histoires ou pas.
      Mais vous avez raison ; tout le monde peut être président ou ministre. Seulement tout le monde ne le sera pas. En tous cas pas ceux qui n’ont pas le courage d’assumer .

      Passakziri

      Répondre à ce message

    • Le 30 septembre à 12:32, par Présidence Ka-Yamyélé En réponse à : Présidentielle 2020 au Burkina : « La Constitution me permet de déposer ma candidature sans la caution et le parrainage », déclare Issa Sawadogo

      Mais justement Ka et avec tout le respect que j’ai pour vous et Kôrô Yamyélé.
      Vieux Ka, vous et votre ami Kôrô Yamyélé qui êtes pétris de vos expériences et de vos métiers, qui êtes hommes de terrain, qui avez presque tout vu et tout fait depuis les indépendances, d’après vos posts sur Faso.net... Et bien, présentez-vous et faites-vous élire présidents du Faso en novembre prochain pour remettre le Burkina sur le droit chemin.
      Une présidence bicéphale Ka-Yamyélé, pourquoi pas ? A vous deux, vous connaissez tant de personnalités partout dans le monde de par vos fonctions d’avant, en Europe en Asie, en Afrique, en Russie, à Cuba, aux USA, à l’ONU, à l’OUA, à la CEDEAO, sans compter au Burkina. C’est un atout pour nous faire rayonner à l’international. Vous ne croyez pas les kôrô ?
      Cependant, pardon, veillez désormais à faire moins de fautes en français et à nous pondre des phrase plus intelligibles et des textes moins kilométriques dans vos écrits car nos partenaires y accorderont le plus grand prix. nous aussi d’ailleurs. Merci.
      A vous deux, vous êtes une bibliothèque des situations sociopolitiques de notre pays depuis les années 60 sinon bien avant. Vous saurez faire revivre la révolution version Thom Sank sans remettre votre cher l’ODP-MT en place du moins je l’espère. Vous nous dites qu’il faut aller de l’avant. Ou bien ?
      A vous deux, vous connaissez toute la galaxie politique du pays depuis les indépendances. Un autre atout pour dire à chacun vos quatre vérités droit dans les yeux. Pas mal non ?
      Nous présenter un programme bétonné et une vision révolutionnaire pour notre Faso sera pour vous un jeu d’enfant je pense. A vos marques donc. qu’attendez-vous les kôrôs Ka et Yamyélé ?
      Au moins, les jeunes galopins qui actuellement osent se présenter à l’élection présidentielle sans nous détailler leur programme et leur vision, prendront exemple sur les anciens très au fait des choses que vous êtes. Vos électeurs seront je n’en doute pas très nombreux. Foncez donc, vous en avez encore le temps. Et puis, Kôrô Yamyélé, il n’y a pas que Roch pour être président, toi qui a retourné ta veste tout-à-coup.
      N’écoutez pas les jeunes écervelés sans programme qui veulent aller s’assoir à Kosyam pour s’amuser. Allez les anciens et pour les 25 millions de votre candidature, on lancera une cagnotte sur le net. Ça vous va ? Vive le tandem Ka-Yamyélé à kosyam le 22/11/2020, après tout !

      Répondre à ce message

  • Le 30 septembre à 17:30, par Ka En réponse à : Présidentielle 2020 au Burkina : « La Constitution me permet de déposer ma candidature sans la caution et le parrainage », déclare Issa Sawadogo

    Présidence Ka-yamyélé : Qui que tu sois, merci de nous lire : Kôrô Yamyélé et Ka ont leurs différences qui enrichissent nos écris. S’agissant de mon côté, je suis sur le forum pour apporter ma modeste contribution a une jeunesse assoiffé du passé pour construire le présent avec un plus. Et si tu lis très souvent le vieux Ka, tu remarqueras que je suis un farouche partisan de l’alternance politique de notre pays avec sa jeunesse : Alors ne comptez pas sur Ka pour prendre la place des jeunes. J’ai fait mon temps en tant qu’un conseiller technique au développement avec une retraite méritée.

    Avant tout, je voudrai que les internautes sachent, ’’depuis 2003 sur les réseaux sociaux avec le régime Blaise Compaoré, j’ai toujours écris comme je le fais de nos jours.

    Je ne me cache pas, et mes écris ne sont pas d’une plume journalistique, mais des vécus et des éléments vulgarisateurs d’un ancien étudiant d’une autre époque baigner du marxisme. Et tous ceux de ma génération qui ont baigné dans le marxisme, diffuse au maximum autour d’eux toutes les idées reçus.

    Oui personnellement j’estime être béni, car, j’ai d’abord passé par la notion de classe en étant parmi des jeunes cadres après notre indépendance, avant de connaitre celle du peuple, dont on apprend que peuple veut dire ceux qui sont opprimés : Ceux qui sont opprimés forment la moitié des états. Et ceux qui me connaissent savent que je me suis toujours classé parmi cette catégorie de peuple.

    La preuve, si on revoit quelques films de notre révolution inachevée, on nous voit avec des titres d’ingénieurs et cadres aux côtés du PF dans les chantiers à travers le pays, a ne citer Kaya, Pô, a confectionner des briques pour des bâtiments administratifs ou habitations sociales. Oui, quand on est ingénieur de telle branche, on doit être sur le terrain. Quand on est économiste comme Roch Kaboré, on doit être à la Banque : Et je suis sûr qu’après la présidence, ce dernier créera un Bureau d’expertise.

    Oui j’aimerai que cette révolution revienne et chacun mette la main dans la patte comme la bataille des rails. Mon cher internaute inconnu, pour connaitre les personnes ou les systèmes que tu cites, j’ai commencé à connaitre la notion d’état et son fonctionnement, le reste est venu tout seul. Encore une fois, merci de nous lire.

    Répondre à ce message

  • Le 1er octobre à 11:32, par Bragues En réponse à : Présidentielle 2020 au Burkina : « La Constitution me permet de déposer ma candidature sans la caution et le parrainage », déclare Issa Sawadogo

    En quoi ouvrir "le bal du dépôt des dossiers à l’élection du président du Faso" est historique ???

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Présidentielle 2020 au Burkina : 13 candidats confirmés, Harouna Kindo retoqué
Elections législatives : L’avenir nous réserve-t-il du nouveau ?
Élections législatives 2020 au Burkina : « Notre objectif, c’est que les femmes puissent gagner », Martine Yabré, société civile
Elections couplées au Burkina : Une table ronde des acteurs autour de l’apaisement électoral
Restitution de l’audit international du fichier électoral : Des forces et des faiblesses décelées
UPC : Adama Sosso prend les rênes de la direction de la campagne du parti
Législatives de 2020 au Burkina : Les candidates du Grand Ouest outillées pour relever les défis de la campagne
Elections de 2020 au Burkina : La campagne va se dérouler du 31 octobre au 20 novembre 2020
Élections 2020 au Burkina : Adama Sosso dirigera la campagne de l’Union pour le progrès et le changement (UPC)
Scrutins couplés de 2020 au Burkina : L’audit du fichier électoral lancé
Législatives 2020 : Qu’est-ce qui cloche au niveau du MPP ?
Législatives 2020 au Burkina : La liste provisoire des candidats
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés