Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «A chaque fois que tu tombes, ramasse quelque chose » Oswald Avery

Réduction des inégalités au Burkina : Une coalition d’OSC saisit l’opportunité des élections pour faire bouger les lignes

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • mercredi 23 septembre 2020 à 23h27min
Réduction des inégalités au Burkina : Une coalition d’OSC saisit l’opportunité des élections pour faire bouger les lignes

« Je vote pour la réduction des inégalités » est le slogan de la campagne qui veut pousser les hommes et femmes politiques à agir contre la pauvreté et les inégalités. Cette campagne, lancée le 23 septembre 2020 à Ouagadougou, est la trouvaille d’une coalition de quatre organisations de la société civile qui œuvrent dans les domaines de la vie sociale, économique et politique burkinabè. Il s’agit du Secrétariat permanent des organisations non-gouvernementales (SPONG), de l’Association des femmes juristes du Burkina (AFJ-BF), du mouvement Balai Citoyen et de la Confédération paysanne du Faso (CPF).

Cette coalition prône la distribution équitable des richesses et veut contribuer à la réduction des inégalités par la prise de décisions fortes. Pour ce faire, ces Organisations de la société civile (OSC) veulent amener les partis politiques à axer leurs projets de société sur la réduction des inégalités. Il s’agit aussi de pousser les électeurs à prendre en considération les propositions des candidats en lien avec la réduction de la pauvreté.

Les OSC à l’origine de la campagne « Je vote pour la réduction des inégalités » ont expliqué que depuis 2015, le niveau des inégalités économiques dans le monde est criard. A ce sujet, il est ressorti qu’en 2019, vingt-six personnes seulement possédaient à elles seules autant de richesses que la moitié la plus pauvre de l’humanité, soit 3,8 milliards de personnes, contre 43 personnes en 2018.

Ces inégalités se traduisent au Burkina Faso dans les secteurs sociaux tels que l’éducation, la santé, l’accès à l’eau potable, l’alimentation, le logement. Sur le plan économique au Burkina, 20% des plus aisé-e-s concentrent 44% des revenus, tandis que 80% de la population se dispute les 56 % restants. Dans les zones rurales, 47,5% de la population vit encore en dessous du seuil de pauvreté, contre seulement 13,7% en milieu urbain.

Aussi, relèvent les OSC, les disparités géographiques en matière de pauvreté persistent. Ainsi, une personne sur deux, soit 50% de la population, vit en dessous du seuil de pauvreté dans les régions de l’Est, du Centre-Nord et du Centre-Ouest. Dans les régions de la Boucle du Mouhoun et du Nord, les niveaux de pauvreté sont encore plus frappants, avec respectivement 60% à 70% de la population vivant en dessous du seuil de pauvreté.

Les mêmes analyses ont été faites dans les secteurs de la santé, de l’éducation, de la politique et du genre. Pour les OSC, les disparités sont réelles dans tous les secteurs socio-économiques au Burkina. Pour y remédier, elles veulent pousser les partis politiques à prendre des engagements en matière de réduction de la pauvreté, tout en impliquant la population à la base.

Edouard Samboe
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
CANAL+ BURKINA résolument engagé dans la promotion de la richesse culturelle Burkinabè.
Dori : FDS et communautés locales échangent pour harmoniser leur collaboration
Assassinats du 27 octobre 1987 : Une lueur d’espoir pour les familles des militaires du BIA tombés à Koudougou et à Bobo
Hôpital Yalgado Ouédraogo : La ministre de la Santé visite le centre d’hémodialyse
Thèse de doctorat : Souleymane Coulibaly s’intéresse au développement professionnel des professeurs sans formation professionnelle initiale
Mouloud 2020 : « Le problème aujourd’hui, c’est que chacun poursuit son droit et oublie son devoir », observe Mahmood Nasir Saqib
Burkina : « Nous sommes véritablement pessimistes quant à l’issue du dossier Yirgou », confesse Me Ambroise Farama
Santé : 115 autres ambulances pour les communes du Burkina Faso
Boucle du Mouhoun : Le projet PATRIP prône la cohésion sociale dans les zones transfrontalières du Mali et du Burkina
Action humanitaire : L’ONG HELP joue sa partition dans l’amélioration des moyens d’existence des populations du Nord
Kaya : SOS Villages d’enfants présente ses réalisations en faveur du bien-être des enfants déplacés internes
Deuxième édition du concours « journalisme amateur » : L’heure de la moisson a sonné
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés