Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «A chaque fois que tu tombes, ramasse quelque chose » Oswald Avery

Comparution de Bassolma Bazié : « Il reste au Conseil de discipline d’aviser », déclare Me Prosper Farama

Accueil > Actualités > Société • • lundi 21 septembre 2020 à 22h40min
Comparution de Bassolma Bazié : « Il reste au Conseil de discipline d’aviser », déclare Me Prosper Farama

Débutée à 10h, l’audition de Bassolma Bazié a pris fin ce lundi 21 septembre 2020 aux environs de 12h 50. Le Conseil de discipline a entendu pendant plus de deux heures le professeur certifié en sciences et vie de la terre sur l’accomplissement de ses devoirs professionnels.

Selon son avocat Me Prosper Farama, Bassolma Bazié a ressorti tous ses horaires de cours de ces sept dernières années. En tant que fonctionnaire, il a constamment fait « 9/10 ». Au lieu d’être décoré, son client est traduit devant un conseil de discipline, regrette Me Prosper Farama.

Bassolma Bazié a rempli son devoir de comparaître devant ce conseil. « Il reste au Conseil de discipline d’aviser », a déclaré son avocat.

Pendant tout ce temps, les syndicalistes sont restés sur la grande voie, loin de la salle d’audition pour attendre leur camarade Bassolma Bazié, qui a été accueilli comme un héros à sa sortie.

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 21 septembre à 14:21, par Bigbalè En réponse à : Comparution de Bassolma Bazié : « Il reste au Conseil de discipline d’aviser », déclare Me Prosper Farama

    C’est sa version ! Attendons d’entendre toutes les parties et on se fera une idée ! Personne n’a le monopole de la malhonnêteté ou de l’honnêteté ! Quand on est civilisé, ça ne ment pas !

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 14:27, par Indjaba En réponse à : Comparution de Bassolma Bazié : « Il reste au Conseil de discipline d’aviser », déclare Me Prosper Farama

    Un ministre travaille 8 h par jour et à un salaire de 1 million par mois. Cela donne environ 34000f par jour. Nos ministres sont alors payés à 4250f de l’heure. Basolma est payé à plus de 300000/mois ce qui donne au moins 10000/jour. Comme il travaille 3 h par semaine c’est à dire 25 mn par jour, on en déduit qu’il est payé à 25000 de l’heure. Basolma touche comme MESSI ou christiano et nos ministres touchent comme des joueurs du FC Bouroumbouroum. Entre celui qui est payé 25000/h et celui qui est payé à 4250/heure , qui coûte plus cher à l’état. On crie réduction du train de vie de l’État djaaaaa que soit même on coûte plus chers que ces ministres qu’on insulte.

    Répondre à ce message

    • Le 21 septembre à 17:09, par Zakaria SAWADOGO En réponse à : Comparution de Bassolma Bazié : « Il reste au Conseil de discipline d’aviser », déclare Me Prosper Farama

      Monsieur indjaba je pense que tes envoyeurs ne t’exploitent pas. Qu’il te paye bien pour ta forfaiture. Bon vent à toi.

      Répondre à ce message

    • Le 21 septembre à 17:43, par NZ En réponse à : Comparution de Bassolma Bazié : « Il reste au Conseil de discipline d’aviser », déclare Me Prosper Farama

      ça c’est le raisonnement de quelqu’un qui ne connaît rien à l’enseignement. Savez-vous combien d’heures de préparation faut-il pour dispenser un cours d’une heure ? Combien d’heure vous allouez pour la correction des copies de devoirs ? Et encore combien d’heures pour les autres activités pédagogiques ?

      Vous avez la critique facile sans sens d’analyse et sans fournir d’effort pour chercher l’information avant d’écrire sur le net.

      Répondre à ce message

      • Le 22 septembre à 06:14, par Indjaba En réponse à : Comparution de Bassolma Bazié : « Il reste au Conseil de discipline d’aviser », déclare Me Prosper Farama

        Les autres fonctionnaires travaillent 40h par semaine soit 640h par jour. Comme Les enseignants doivent préparer les cours et corriger les devoirs, on leur permet de rester 18h/ semaine en classe c’est-à-dire de de faire 180 mn/j de travail au lieu de 640mn/j. Basolma , comme il est responsable syndical , on lui permet de faire 10h par semaine c’est-à-dire dire environ 80mn/j et là il refuse et n’en fait que 25 mn. C’est trop peu. En plus de la réduction du temps de travail de l’enseignant en classe , il bénéficie de 4 mois de vacances pendant que les autres fonctionnaires n’en ont qu’un. C’est pour toujours tenir du temps de correction et de préparation des cours. Arrêter donc de me faire diversion.

        Répondre à ce message

        • Le 22 septembre à 09:33, par madi En réponse à : Comparution de Bassolma Bazié : « Il reste au Conseil de discipline d’aviser », déclare Me Prosper Farama

          On voit que depuis que Blaise COMPAORE est tombé et que Rock Marc Christian KABORE a pris le pouvoir, Indjaba mange bien au point qu’il est prêt à faire feu de tout bois pour défendre ce régime, qui, si l’y prend garde risque de se comporter comme comme le pouvoir de BC. Arrête d’avancer tes arguties ! Tu sais combien d’enseignants à Ouaga, sans être responsable syndical, ont 10 heures/semaines ? Mais cela s’explique : quand on bourre les classes avec plus de 100 élèves au lieu de 60 ou 70, il ne peut en être autrement : solution ? Que l’Etat construise les infrastructures scolaires en nombre suffisant pour décongestionner les classes, qu’il recrute suffisamment le personnel et beaucoup de problèmes se résoudront. Pour les vacances scolaires cite-moi un seul pays où l’enseignant n’en bénéficie pas, les autres fonctionnaires ont droit également à un mois de congé

          Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 14:42, par citoyen Lambda En réponse à : Comparution de Bassolma Bazié : « Il reste au Conseil de discipline d’aviser », déclare Me Prosper Farama

    Quel que soit le verdict ,la tenue de ce conseil de discipline à l’endroit d’un syndicaliste qui se croit intouchable ,est en soit une victoire de l’Etat de droit et de l’Etat . Chacun doit comprendre, que quel soit son statut de syndicaliste ,on peut être traduit en conseil de discipline comme tous les autres fonctionnaires si on fait mal son boulot . Cela doit donner à réfléchir à certains syndicalistes, qui dans les ministères et autres services de l’Etat ,ont transformé l’arrogance ,l’irrespect ,l’insubordination pour se croire tout permis dans l’administration publique . En tous cas, BALSOLMA BAZIE ne peut plus mystifier qui que ce soit pour son intouchabilité . Je souhaite toutes fois ,qu’il ne soit pas trop sanctionné ,sinon pas sanctionné cette fois et qu’on s’en tienne au caractère pédagogique de ce conseil de discipline qui fera réfléchir ses camarades syndicalistes .

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 14:52, par ayarus En réponse à : Comparution de Bassolma Bazié : « Il reste au Conseil de discipline d’aviser », déclare Me Prosper Farama

    Toutes mes Félicitations ! Le Burkina a besoin d’exemples concrets ! s’en est un ! Bravo Bassolma.
    Honte à vos ennemis. Malheur à ceux qui trompent le peuple. Honneur à toi Bassolma. Vive Bassolma ! Que dieu te donne la clairvoyance dans tes actions et que tu vives le plus longtemps possible ! Courage mon frère.

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 15:05, par Administration Coince Elle- Meme ! En réponse à : Comparution de Bassolma Bazié : « Il reste au Conseil de discipline d’aviser », déclare Me Prosper Farama

    L’ administration s’ est coincee. Quelqu’ un qui ne remplit pas son volume horaire ne pas avoir 9/10.

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 16:28, par Omar Dao En réponse à : Comparution de Bassolma Bazié : « Il reste au Conseil de discipline d’aviser », déclare Me Prosper Farama

    Ah le droit ou l’art d’avoir raison ou tort selon les arguments, surtout quand ils sont avancés par un ténor du barreau !!!
    On pose la question si le Général a effectué ses heures prévues ? La réponse donnée est "Il a constamment fait 9/10"...
    Je retiens qu’il y a anguille sous roche si la réponse n’est pas directe.
    Bref, je pense que les autorités ont voulu simplement démontré que nul n’est parfait et elles y sont arrivées avec brio et de manière très malicieuse.
    Par ailleurs, pendant que nous faisons tout ça, qui parle encore de l’IUTS ?
    En réalité, contrairement à ce que nous pensons dans le mouvent syndical, il y a de la ressource stratégique en face, nous devons agir avec plus de malice aussi, pas en inventant à chaque sortie de nouvelles formules qui insultent nos autorités.

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 16:30, par Vérité indiscutable En réponse à : Comparution de Bassolma Bazié : « Il reste au Conseil de discipline d’aviser », déclare Me Prosper Farama

    Une fois de plus ce système du Vampire va ressortir la tête basse ! Il ne faut pas qu’ils oublient que le pays tient debout grâce aux efforts des travailleurs que défend Bassolma. S’il luttait pour l’augmentation de son salaire, il y aurait motif à rechercher sa peau. Mais quelqu’un qui lutte pour des syndicalistes, vous voulez coûte que coûte lui créer des problèmes. Vraiment quoi : un peu de quand-même hein...
    Félicitations à toi BASSOLMA et vive les syndicalistes du Burkina Faso !

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 16:44, par championnat de quartiers En réponse à : Comparution de Bassolma Bazié : « Il reste au Conseil de discipline d’aviser », déclare Me Prosper Farama

    Mr l’Avocat, personne ne vous a demandé quelles sont les notes que Mr Bassolma a obtenues durant sa carrière ! La question est simple : Mr Bassolma a-t-il rempli le volume horaire convenu avec son administration au profit des élèves ou pas ? Ne prenz pas les Burkinabè comme des analphabètes car on connaît la valeur des notes de cette Fonction Publique Burkinabè dans laquelle, mêmes certains médiocres obtiennent 9 ?75/10, sont décorés pratiquement tous les deux pour bénéficier des avancements, etc. Donc faut pas nous distraire avec des histoires de notes annuelles car c’est malhonnête ! Avec ça vous voulez que les enfants nous respectent ! Honte à vous !

    Répondre à ce message

    • Le 21 septembre à 17:24, par Zakaria SAWADOGO En réponse à : Comparution de Bassolma Bazié : « Il reste au Conseil de discipline d’aviser », déclare Me Prosper Farama

      Je vous répond à visage découvert, analyser bien avant de publier vos bêtises. 1, il s’agit de Me et non Mr. Si c’est par mépris que vous avez agit ainsi bon vent à toi. Aussi, je vous invite à réviser le code pénal.

      Répondre à ce message

      • Le 22 septembre à 10:53, par Bigbalè En réponse à : Comparution de Bassolma Bazié : « Il reste au Conseil de discipline d’aviser », déclare Me Prosper Farama

        Mr Zakaria Sawadogo, je ne vous traiterai pas de "bête" comme vous l’avez fait pour moi puisqu’il y a pas de qualificatif plus bas que ça qui pourrait vous être appliqué ! Mr l’Avocat ou Me, ça se dit dans la langue française ! Quant à votre invite à "réviser" le Code ¨Pénal (c’est bien le mot "réviser" que vous avez employé ! ), je vous apprends qu’il n’appartient pas à un seul citoyen de se donner la liberté de réviser tout un Code Pénal sinon, on aura des millions de versions du "Code Pénal". Cela traduit votre indigence intellectuelle et votre platitude en terme de capacité d’analyse d’une situation ! C’est ce genre de citoyens comme vous qui pensez tout connaître (omniscient), vous prenant comme le Carnet de la vérité alors qu’en réalité vous débitez des âneries et des analyses borgnes, myopes et uni-jambistes qui ne font avancer personne dans ce pays ! Je n’ai aucune haine contre Mr Farama ou contre Basolma mais je dis et je répète, tant que la vérité ne sera pas dite dans ce pays en matière de gestion du travail nous sommes surs que nous condamnons nos enfants dans un monde de concurrence féroce ! Avec tout le respect !

        Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 16:55, par HUG En réponse à : Comparution de Bassolma Bazié : « Il reste au Conseil de discipline d’aviser », déclare Me Prosper Farama

    Que signifie les 9/10 : est la notation ou le volume d’heure ? Si cest le volume d’heure il y à problème car il doit effectuer 10 heures de cour par semaine

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 17:24, par Lool En réponse à : Comparution de Bassolma Bazié : « Il reste au Conseil de discipline d’aviser », déclare Me Prosper Farama

    Maitre Farama, la notation des fonctionnaires 9/10 ne peut pas être un argument pour défendre quelqu’un. On voit là que c’est parce que vous n’êtes pas fonctionnaire que vous considérez cela. Les notations à la fonction publique c’est du blabla. Les fonctionnaires médiocres et paresseux sont mieux considérés que les vrais travailleurs. Et chaque année vous entendez les plaintes concernant les décorations des fonctionnaires qui ne correspondent jamais à la réalité des choses. Il vaut mieux chercher d’autres arguments pour défendre votre client.

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 18:25, par WALDO En réponse à : Comparution de Bassolma Bazié : « Il reste au Conseil de discipline d’aviser », déclare Me Prosper Farama

    Indjaba, pardon 1heure de cours magistrale n’est égale à une heure de travail. Renseignez vous.

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 20:29, par Groupe 2000 En réponse à : Comparution de Bassolma Bazié : « Il reste au Conseil de discipline d’aviser », déclare Me Prosper Farama

    Quand on est honnête et qu on reconnaît n’avoir pas rempli son volume horaires on doit refuser la note de 9/10 pour question de principe d’intégrité.
    Je me rend compte que Mr BASSOLMA n’est pas différent des gens qu’il taxe de corrompus .

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 22:21, par Bouba En réponse à : Comparution de Bassolma Bazié : « Il reste au Conseil de discipline d’aviser », déclare Me Prosper Farama

    Ailleurs le président d’un syndicat est déchargé légalement de toutes ses charges dans l’institution, il conserve son salaire et avance en ancienneté.C’est comme ça. Même un membre du syndicat, sil participe à une négociation, il est déchargé d’une partie de ses charges. Cela est établit dans les conventions collectives et l’employeur n’y peut rien. Cela me surprend que le SG dune confédération comme la CGTB ne soit pas déchargé légalement.
    .

    Répondre à ce message

  • Le 22 septembre à 12:25, par tcherien En réponse à : Comparution de Bassolma Bazié : « Il reste au Conseil de discipline d’aviser », déclare Me Prosper Farama

    DONC SI JE COMPRENDS. Mr BASSOLMA ET SON ADMINISTRATION SONT CONVENUS SUR UN VOLUME D’ HEURE A EFFECTUER ET CELA N’ A PAS ÉTÉ EXÉCUTÉ ET ON LE TRADUIT EN CONSEIL ET YA QUEL PROBLÈME DANS ça .BASSOLMA POUVAIT TRÈS BIEN DEMANDE A ÊTRE DÉCHARGÉ COMME IL A LE DROIT ET ON SERAIT TOUS DERRIÈRE LUI SI QUELQU’UN SI OPPOSAIT .IL A LUI MÊME ACCEPTE CES HEURE ET REFUSE DE LES EFFECTUER SOUS PRÉTEXTE QU’IL EST SG D UN SYNDICAT ,C’EST A NE RIEN COMPRENDRE.N’OUBLIONS PAS QU’IL S’AGIT DE L’ENSEIGNEMENT ET CES HEURE DE COURS QUE BASSOLMA A ACCEPTE ET N’EFFECTUE PAS SERONT GÉRÉES PAR QUI S’IL DOIT VENIR AU COURS COMME IL VEUT ET QUANT IL LE VEUT

    Répondre à ce message

  • Le 22 septembre à 13:42, par samuel En réponse à : Comparution de Bassolma Bazié : « Il reste au Conseil de discipline d’aviser », déclare Me Prosper Farama

    S’il est vraisemblable que M. BASOLMA n’a pas rempli son devoir vis-à-vis de l’administration au regard des premières réactions de son avocat, par contre, il est malhonnête de vouloir dénigrer ce monsieur vu l’énergie qu’il investi pour la défense des intérêts des travailleurs. Ceux qui ont la critique facile, qu’ils se mettent à l’idée que la lutte c’est dehors et non dans sa maison ou seulement devant l’écran pour dénigrer les autres. M. BALSOMA, même si je suis souvent réticent à certaines luttes que vous avez engagé, Je vous souhaite bcp courage face à certains des dirigeants de régime qui ne veulent jamais qu’on parle de leur richesses souvent mal acquises.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
PMU-B : Trois parieurs se partagent plus de 105 millions
Solidarité : AMPO offre des tricycles à des personnes vivant avec un handicap moteur
CANAL+ BURKINA résolument engagé dans la promotion de la richesse culturelle burkinabè.
Dori : FDS et communautés locales échangent pour harmoniser leur collaboration
Assassinats du 27 octobre 1987 : Une lueur d’espoir pour les familles des militaires du BIA tombés à Koudougou et à Bobo
Hôpital Yalgado Ouédraogo : La ministre de la Santé visite le centre d’hémodialyse
Thèse de doctorat : Souleymane Coulibaly s’intéresse au développement professionnel des professeurs sans formation professionnelle initiale
Mouloud 2020 : « Le problème aujourd’hui, c’est que chacun poursuit son droit et oublie son devoir », observe Mahmood Nasir Saqib
Burkina : « Nous sommes véritablement pessimistes quant à l’issue du dossier Yirgou », confesse Me Ambroise Farama
Santé : 115 autres ambulances pour les communes du Burkina Faso
Boucle du Mouhoun : Le projet PATRIP prône la cohésion sociale dans les zones transfrontalières du Mali et du Burkina
Action humanitaire : L’ONG HELP joue sa partition dans l’amélioration des moyens d’existence des populations du Nord
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés