Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «A chaque fois que tu tombes, ramasse quelque chose » Oswald Avery

Education : La comparution de Bassolma Bazié devant le Conseil de discipline renvoyée au 21 septembre 2020

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • jeudi 17 septembre 2020 à 23h25min
Education : La comparution de Bassolma Bazié devant le Conseil de discipline renvoyée au 21 septembre 2020

Prévue pour ce jeudi 17 septembre 2020, la comparution de Bassolma Bazié, professeur certifié des Sciences de la vie et de la terre (SVT) au Lycée Philippe-Zinda-Kaboré de Ouagadougou, devant le Conseil de discipline du ministère de l’Education nationale a été renvoyée au lundi 21 septembre 2020, à la demande de son avocat, Me Prosper Farama.

Les échanges ont duré moins de cinq minutes, loin de la presse et des autres secrétaires généraux des syndicats. Seulement Bassolma Bazié et son avocat Me Prosper Farama ont eu le bref tête-à-tête avec le Conseil de discipline.

« Nous avons demandé un report, en tant qu’avocat, parce que nous estimons que le délai auquel nous avons été saisi par notre client ne nous permettait pas de préparer sa défense convenablement ». Ce sont les premiers mots de Me Prosper Farama, au sortir de la salle, pour justifier le renvoi du dossier.

C’est dans ce centre que le bref échange a eu lieu.

Selon l’avocat, la défense a voulu que le dossier soit renvoyé en octobre, mais le Conseil de discipline a décidé que la comparution se tienne le lundi 21 septembre 2020 à 9h. « Mais vu la nature du dossier, même si on nous demandait de revenir dans l’après-midi pour le plaider, nous serions revenus », s’est voulu rassurant Me Farama.

Concernant le fond du dossier, l’avocat de M.Bazié n’a pas voulu s’étaler. Pour lui, ce sont les mêmes faits qui sont rendus publics et relayés par la presse. « Il est reproché à notre client d’avoir commis une faute grave, en ayant refusé, dit-on, d’exécuter un taux de volume horaire qui lui aurait été imparti par l’administration », a-t-il cité. Le proviseur du Lycée Philippe-Zinda-Kaboré reproche à Bassolma Bazié le refus de remplir les 10 heures de volume horaire de cours qui lui sont attribuées.


Lire aussi : Education nationale : Bassolma Bazié doit comparaitre devant le Conseil de discipline


Vu le début de ce dossier, doit-on s’attendre à un marathon ? A cette question, l’avocat a été franc : « J’en sais rien. C’est la première fois que je viens plaider devant ce Conseil ». Mais si cela ne dépendait que de Me Farama, les choses se passeraient rapidement. « Nos arguments sont très brefs, très courts et très précis », a-t-il précisé.

L’audience du lundi 21 septembre 2020 sera publique comme l’avait souhaité Bassolma Bazié ? Affaire à suivre…

Lire aussi : Education nationale : Bassolma Bazié exige que sa comparution soit vraiment publique

Cryspin Masneang Laoundiki
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 17 septembre à 12:47, par Indjaba En réponse à : Education : La comparution de Bassolma Bazié devant le Conseil de discipline renvoyée au lundi 21 septembre 2020

    On crie à la gabegie, au train de vie de l’état, au pillage des ressources publiques, etc. Et on travaille (3h/semaines×4semained) 12 heures par MOIS pour toucher un salaire complet d’au moins 300000fcfa /mois abaaah, toi tu es Messi ou bien CR7 ?. Le syndicat de nos jours est comme le RSP sous Blaise. Tout leur est permis parce qu’il a une capacité de chantage. Retenez que le Burkina n’appartient ni à Roch encore moins à Basolma. Quand les Burkinabè se lèveront, les syndicalistes et le pouvoir comprendront que le Burkina n’appartient pas qu’aux fonctionnaires.

    Répondre à ce message

  • Le 17 septembre à 13:04, par K-LIFA En réponse à : Education : La comparution de Bassolma Bazié devant le Conseil de discipline renvoyée au lundi 21 septembre 2020

    Indjaba l’exemple doit venir d’en haut dit moi combien font les 8 heures de travail comme le dit la règlementation dans la fonction Publique. Ta déjà entendu qu’on a traîné quelqu’un pour cela ???

    Répondre à ce message

    • Le 17 septembre à 13:20, par L’animiste En réponse à : Education : La comparution de Bassolma Bazié devant le Conseil de discipline renvoyée au lundi 21 septembre 2020

      Ce que je lis de mon frère @K-LIFA me glace le dos ! Est-ce parce qu’il y a des brebis galeuses de la Fonction Publique qui ne veulent pas travailler que l’Etat doit fermer les yeux et les laisser faire ? C’est très grave pour notre pays si nos enfants venaient à lire votre réaction Mr K-LIFA car nous ne pourront plus jamais leur demander de travailler à la maison ! Mon frère, ressaississons-nous pendant qu’il est temps car nous savons que c’est seul le travail qui crée la richesse et qui permet de payer des salaire ! Sinon, on pourrait le regretter dans peu d temps !

      Répondre à ce message

    • Le 17 septembre à 16:06, par Etalon 1er En réponse à : Education : La comparution de Bassolma Bazié devant le Conseil de discipline renvoyée au lundi 21 septembre 2020

      Cher K-LIFA,
      Quand vous dites "l’exemple doit venir d’en haut" de qui s’agit-il ? Je pense que dans le fonction publique, un professeur de SVT tel que Monsieur BAZIE fait déjà partie de ce "en haut" dont vous parlez, vu son niveau de formation et de rémunération. Bien-sûr vous me direz qu’il y a plus haut que lui mais vous conviendrez avec moi qu’il est plus proche du sommet que de la base de la FP.
      Aussi pourriez-vous vous mettre à la place des parents d’élevés qui ont leur enfants dans ses classes ? au vu des 10 heures de cours qui lui sont assignées, il a au moins 2 classes auxquelles il a le devoir d’enseigner la SVT. Lui, n’en fait que 2 heures et le reconnaît cela veut dire que pendant les heures où il doit donner cours mais ne le fais fais, les enfants sont laissés à eux-même avec de probables lacunes dans leur formation.
      Je suis d’accord qu’on défende certaines positions, mais là franchement avec tout le respect et l’admiration que je porte à Monsieur BAZIE, ayons le courage de lui dire qu’il se trompe.
      Par extrapolation, je pense que c’est souvent ce qui nous manque en Afrique. Nous encourager les uns les autres à respecter les textes et se dire la vérité quand il faut. C’est ainsi que quand c’est un proche ou quelqu’un que nous apprécions, nous estimons que la loi ne lui est pas applicable. Cette pratique se constate de la base au sommet des Etats. Je ne vais pas rentrer dans les exemple mais je veux juste nous encourager tous à sortir des débats passionnés pour regarder les choses objectivement.
      Dans la situation actuelle, ma conviction est que cette fois-ci M. BAZIE se trompe.

      Répondre à ce message

    • Le 18 septembre à 07:54, par TENGA En réponse à : Education : La comparution de Bassolma Bazié devant le Conseil de discipline renvoyée au lundi 21 septembre 2020

      Quel drôle de raisonnement K-LIFA !
      parce que des gens déconnent, moi aussi je déconne ; parce que des gens volent, moi aussi je vole !
      Mon frère, vous faites fausse route ! avec votre champion de Bassolma.
      Lui est un éducateur, qui se comporte en gangster ; personne ne lui force de donner cours ; je pense qu’il a choisi librement de continuer à donner cours ! Et après, tu pars quand tu veux ; imaginez un peu si tous les enseignants se comportaient de la sorte, quelle résultats on aura à la fin ?
      Et vous ne voulez pas qu’on le sanctionne ?
      Mes amis, ouvrez vite les yeux et les bons !
      sinon, lui là va vous conduire en brousse et vous n’aurez que vos yeux pour pleurer !
      En tout cas, je vous ai averti !!

      Répondre à ce message

  • Le 17 septembre à 13:07, par L’animiste En réponse à : Education : La comparution de Bassolma Bazié devant le Conseil de discipline renvoyée au lundi 21 septembre 2020

    Ce dossier est-il aussi complexe que ça pour un avocat ou est-ce parce qu’il concerne un délégué syndical ? Pourquoi attendre le jour J pour demander le report ? Pourquoi le renvoyer jusqu’en octobre ? Si l’avocat Me Farama n’a pas le temps de préparer sa défense, qu’il ait la gentillesse de passer le dossier à quelqu’un qui est disponible car le renvoyer jusqu’en Octobre veut dire que ce conseil de discipline se tiendra au cours de l’année scolaire et donc pourrait empêcher l’enseignant de dispenser sereinement ses cours ! Dernière hypothèse, cet avocat est frileux et ne sait pas comment traiter un tel dossier ! Dans ce cas d’espèce, avec tout le respect que j’ai pour lui, il doit avoir l’humilité de reconnaître ses limites objectives et demander secours à des avocats plus outillés que lui ! Ce n’est pas une faiblesse que de reconnaître ses limites au contraire cela grandit l’être humain qui cultive cette qualité ! Sinon, on serait encore tenté de dire que l’on veut utiliser les élèves pour faire plus de bruit et perturber les cours ! Je comprends pourquoi l’Afrique et notamment les pays francophones auront toujours de la peine à avancer ! Arrêtons ce jeu minable qui consiste à nous distraire et distraire nos enfants pendant que le retard est constaté partout dans les différents cycles de l’enseignement depuis au moins 3 décennies ! Pitié pour les enfants des pauvres car c’est l’avenir de nos bambins qui est en jeu !

    Répondre à ce message

  • Le 17 septembre à 13:29, par DOUNDOOZI N’ZIKA En réponse à : Education : La comparution de Bassolma Bazié devant le Conseil de discipline renvoyée au lundi 21 septembre 2020

    Basolma BAZIE devant un conseil de discipline ! Deux poids deux mesures, comme on en voit toujours dans ce pays !

    En effet, il y aurait dans ce pays un autre SG d’une autre centrale syndicale qui ne se présente plus à son poste de travail (il est enseignant lui aussi) depuis son élection comme SG, il y a environ 5 ans, mais il touche bien son salaire et avance comme tous les agents de la société qui travaillent normalement.

    Le système l’a même promu vice président du haut conseil pour le dialogue social pour le récompenser pour ses actions anti-UAS.
    C’est pour quand son conseil de discipline, lui ?

    Journalistes d’investigation, à vos marques, prêts ? Partez pour nous faire la lumière sur cette affaire, dans l’indépendance, sans passion ni délestage.

    DIEU BÉNISSE ET PROTÈGE LE BURKINA FASO !

    Répondre à ce message

  • Le 17 septembre à 13:32, par Pauvre Burkina En réponse à : Education : La comparution de Bassolma Bazié devant le Conseil de discipline renvoyée au lundi 21 septembre 2020

    Encore une scène de théâtre pour enfoncer davantage le mouvement syndical au Burkina ! A-t-on besoin de faire autant pour un conseil de discipline ? Pauvres Burkinabè ! Quand saurons-nous que c’est la base de notre existence c’est-à-dire , le travail créateur de richesse, qui est en elle-même menacé ? Continuons ainsi et on fera la promotion des sociétés de placement qui exploitent honteusement la force de travail de nos jeunes dans le privé tout en retenant souvent 25 à 30% de leurs salaires ! Je donne raison au secteur privé qui aurait recours à ces sociétés de placements par crainte d’avoir à faire à des employés directement recrutés qui vont passer le temps à faire la grève et trainer l’employeur devant le tribunal du Travail à cause d’une sanction amplement justifié : le refus de travailler ! !

    Répondre à ce message

  • Le 17 septembre à 13:48, par HUG En réponse à : Education : La comparution de Bassolma Bazié devant le Conseil de discipline renvoyée au lundi 21 septembre 2020

    Cela prouve que les dires du proviseur semble se rapprocher de la vérité. Sinon on à pas besoin de demander un report. La consultation du cahier de texte est une preuve palpable. Ah les professeurs sont bien des 10 et 18 heures de cours par semaine tandis que les autres font40heures de services par semaine.

    Répondre à ce message

    • Le 17 septembre à 16:08, par Sidpawalemde Sebgo En réponse à : Education : La comparution de Bassolma Bazié devant le Conseil de discipline renvoyée au lundi 21 septembre 2020

      Hum... C’est mieux de se renseigner avant de vouloir faire des comparaisons douteuses.

      Un enseignant du post-primaire (6ième à la 3ième) peut faire au maximum 22 heures de cours par semaine et un enseignant du second cycle (jusqu’en Tle) au maximum 18 heures par semaine. Qui dit cours (donc présence en classe) ne veut pas dire "travail". Car l’enseignant doit travailler AVANT de venir faire cours et APRÈS sinon le cours ne serais pas préparé, les évaluations conçues et les copies corrigés. Le volume maximum correspond donc au volume horaire total de 40 heures par semaine sinon plus car il a plus de congés.

      Mais avec les classes pléthoriques dans tous les établissements secondaires, il y a distorsion dans ce principe et en pratique, les enseignants qui ont le volume horaire maximal font beaucoup plus que les 40 heures par semaine en raison du temps consacré à la correction des centaines de copies.

      Au lieu de vouloir faire refaire tous les textes, les enseignants demandent donc la limitation des effectifs par classe, ce que le gouvernement a accepté mais a du mal à mettre en œuvre.
      En attendant, les chefs d’établissements se débrouillent comme ils peuvent, en réduisant le volume horaire en dessous du maximum autorisé, et plus particulièrement pour les cas précis comme les personnes âgées, les délégués syndicaux, les femmes allaitantes, etc... Cela bien sûr quand c’est possible, c’est à dire quand il y a suffisamment d’enseignants disponibles.

      Pour le cas de Bassolma Bazié, la question n’est donc pas de savoir si son volume horaire était en dessous du maximum mais de le comparer à ceux des autres enseignants de l’établissement.

      * Si par manque d’enseignant, on lui a assigné "beaucoup" mais quand même moins d’heures que les autres, il n’a absolument pas raison.
      * Si par contre on a voulu donner à un délégué syndical un volume horaire supérieur à celui des autres de la même discipline dans le même établissement, il y a manifestement problème, surtout que l’on sait que ses nombreuses absences prévisibles vont surtout punir les enfants en tronquant leur formation.

      Le conflit entre les enseignants et leur administration sur le volume horaire assigné est très fréquent à chaque rentrée. D’une part les chefs d’établissements essaient d’user de cette prérogative pour "sanctionner" certains et "avantager" d’autres. D’autre part certains enseignants se plaignent systématiquement en utilisant tous les arguments afin d’avoir le minimum d’heures, soit pour se "reposer", soit pour... courir prendre d’autres heures au privé pour arrondir la fin de mois !
      Il est en tout cas surprenant que ni les délégués du personnel du Lycée, ni la direction régionale n’aient pas pu trouver un terrain d’entente entre le proviseur et son agent sur cette affaire relativement simple et que ça arrive en conseil de discipline ministériel.
      Attendons de voir ce qui explique cette situation ?

      Répondre à ce message

    • Le 17 septembre à 17:34, par DARAMOUNI En réponse à : Education : La comparution de Bassolma Bazié devant le Conseil de discipline renvoyée au lundi 21 septembre 2020

      véritablement vous ne savez pas en quoi consiste le travail d’un enseignant. Pendant qu’on y est, dites moi le fonctionnaire qui utilise ses ressources propres pour effectuer son travail ? son salaire pour l’achat de livres, de cahiers, de Bics, utilisé son courant pour ses préparations et les corrections des devoirs et j’en passe. Un ministre l’avait dit ’’ le domicile de l’enseignant est son bureau’’. De plus êtes vous à même de quantifier le volume de travail hebdomadaire d’un enseignant si l’on admet que pour dispenser une heure de cours il faut au minimum 2heures de préparation ? En plus de cet état de fait, les enseignants peuvent choisir de se conformer à la loi d’orientation scolaire en ce qui concerne les effectifs dans les. Alors bonjour le remplissage des classes avec plus de 100 élèves souvent. A défaut, les syndicats peuvent après assigner l’ETAT en justice pour violation flagrante de loi d’orientation scolaire. Alors attention. La répression en cours contre les responsables syndicaux de tout temps on bénéficié d’allègement de volume horaire selon leur poste peut être contre productif si d’aventure l’exigence des syndicats au respect de la loi par tous venait à être actée.

      Répondre à ce message

      • Le 17 septembre à 19:33, par Mitibkiéta En réponse à : Education : La comparution de Bassolma Bazié devant le Conseil de discipline renvoyée au lundi 21 septembre 2020

        A mon ami DARAMOUNI et Cies :
        1°)- Quand on signe un contrat de travail en connaissance de cause (les horaires de W y compris), on s’assume en faisant correctement son boulot ;
        2°)- Vous parlez des salles de classes pléthoriques ? Eh bien, faites un tour dans les établissements publics (du primaire au secondaire) en ces moments et vous nous direz qui renfloue ces classes : c’est loin d’être le gouvernement ;
        3°)- Tollé Sagnon (fonctionnaire) a dirigé la CGTB de 1987 à 2013 : ses "adversaires" n’ont jamais pu le prendre sur le terrain de "l’indiscipline"...
        Bassolma est en train d’écorcher sérieusement la belle image du syndicalisme burkinabè.
        Dieu bénisse le Burkina !

        Répondre à ce message

    • Le 18 septembre à 13:42, par madi En réponse à : Education : La comparution de Bassolma Bazié devant le Conseil de discipline renvoyée au lundi 21 septembre 2020

      HUG ! tu reviens encore avec tes attaques contre le monde enseignant ! Tu sais pourquoi la législation prévoit 10 et 18 heures de cours par semaine : sache que quand l’enseignant fait ses 18 heures, une fois à la maison il peut passer 4heures par jour à corriger des devoirs ou à préparer ses cours ; il serait bon que tu ravales ta haine des enseignants car c’est eux qui t’ont permis de te retrouver à l’action sociale !

      Répondre à ce message

  • Le 17 septembre à 14:41, par K-LIFA En réponse à : Education : La comparution de Bassolma Bazié devant le Conseil de discipline renvoyée au lundi 21 septembre 2020

    Indjaba et l’Amitiste c’est pour dire qu’il évité le deux poids deux mesures.si d’autre font 40heures par semaine pourquoi d’autre ne font pas et de surcroît rien n’est fait.Qui enpeche l’administration a contrôler la présence de tous au travail. Que tous les ministres emboîtent les pas de celui de la fonction Publique et fassent ressortir les cas de faux faux partout parcelles et dans les secteurs en cela on saura qu’on est parti pour du bon.

    Répondre à ce message

  • Le 17 septembre à 15:58, par KingBaabu En réponse à : Education : La comparution de Bassolma Bazié devant le Conseil de discipline renvoyée au lundi 21 septembre 2020

    Je ne savais pas que Bassolma Bazie continuait d’enseigner ? Je le croyais en disponibilite.

    Répondre à ce message

  • Le 17 septembre à 16:06, par sidsomde En réponse à : Education : La comparution de Bassolma Bazié devant le Conseil de discipline renvoyée au lundi 21 septembre 2020

    « Quand je voit l’avocat Me Prosper Farama défendre des situations comme celle-ci je suis gêné car il est pour moi un exemple à suivre ,
    mais c’est vrai qu’il est privé et doit vivre de ses clients.
    Je vais lui demander de refuser certains clients même s’il va lui manquer des richesses »

    Répondre à ce message

  • Le 17 septembre à 18:20, par Sacksida En réponse à : Education : La comparution de Bassolma Bazié devant le Conseil de discipline renvoyée au 21 septembre 2020

    Dans ce cas precis, Bassolma Bazie etant un agent de la fonction publique, les textes lui sont applicable bien sur comme les autres agents. Certes, il est bien sur un syndicaliste, mais sa fonction d’enseignant prime sur ses activites syndicales. C’etait a lui de prendre des dispositions pour assurer correctement bien sur son travail avec efficacite ; et en donnant l’exemple de discipline, d’abnegation et de services a ses eleves. J’estime que lui meme fait trop de bruits inutiles et cherche a politiser ou syndicaliser outre mesure cette audition du Conseil de Discipline ; or il n’y’a pas bien sur matiere a fouetter un Chat. Apres l’audition l’on saura s’il a tort ou c’est le Conseil de Discipline qui fait erreur. Tous autant que nous sommes, l’erreur ou l’indiscipline peut se produire parce que nous somme des etres humains simplement. Seul Dieu ne commet pas des erreurs. Alors posons la balle a terre. Salut.

    Répondre à ce message

  • Le 17 septembre à 18:27, par Le Patriote "Le vrai" En réponse à : Education : La comparution de Bassolma Bazié devant le Conseil de discipline renvoyée au 21 septembre 2020

    Ces syndicalistes sont vraiment des anarchistes. Les s’en foutent la mort quoi. Masques, on connait pas. Covid 19, on connait pas. 10 heures de cours, on s’en fout, on fait 2 heures. Celui qui n’est pas content va se faire voir ailleurs.

    Répondre à ce message

  • Le 17 septembre à 22:13, par Vérité indiscutable En réponse à : Education : La comparution de Bassolma Bazié devant le Conseil de discipline renvoyée au 21 septembre 2020

    Vous vous enflammez sur du vide. Attendez et vous verrez clair dans cette affaire sans tête ni queue !
    Vives les syndicalistes. Un pays sans sans syndicat fort est une merde. Excusez-moi, j’étais de passage.

    Répondre à ce message

    • Le 18 septembre à 05:04, par Nabayouga En réponse à : Education : La comparution de Bassolma Bazié devant le Conseil de discipline renvoyée au 21 septembre 2020

      Vérité indiscutable, tu aurais dû passer sans rien fire car tu dis des conneries. Cette affaire est grave car un syndicaliste qui ne fait pas son travail est un tueur de syndicat. M. Bazié est un anarcho-syndicaliste et cela se voit bien. Comment peut on etre un educateur et donner cet exemple déplorable ? Que deviennent les enfants qu’il a sacrifié en ne donnant pas les cours pour lesquels il est payé. ? Honte à lui. C’est pourquoi je souhaite l’arrivée d’un despote éclairé pour faire marcher droit mais dans la justice. Ou était Bazié quand kouassi blaise compaoré etait au pouvoir.? A vaincre sans périls on triomphe sans gloire.

      Répondre à ce message

  • Le 18 septembre à 07:24, par songdo En réponse à : Education : La comparution de Bassolma Bazié devant le Conseil de discipline renvoyée au 21 septembre 2020

    Quand on parle les défenseurs de Bassolma se mettent à hurler.Dans quel pays au monde des fonctionnaires laissent le travail pour aller soutenir un agent pour un acte d’indiscipline,si c’est pas le Pays de ROCH. BASSOLMA LE CONNAISSEUR des lois internationales,le patriote,le donneur de leçons,se fait assister par un avocat . Le refus de faire son travail est plus que la mal gouvernannce.Mr le President on ne pas construire le pays avec des gens pareil dans l’administration.Si le syndicalisme donne droit à ne pas travailler et être payé on sera tous syndiqué.

    Répondre à ce message

  • Le 18 septembre à 07:35, par Adakalan En réponse à : Education : La comparution de Bassolma Bazié devant le Conseil de discipline renvoyée au 21 septembre 2020

    Moi je pense que certains commentaires sont très hâtifs. Vous avez vu l’affaire guiro et bien d’autres affaires. Laissez le conseil ou la justice faire son travail. Pour certains intervenants, les commentaires prennent l’allure de réglement de compte direct avec Bassolma.

    Répondre à ce message

  • Le 18 septembre à 07:53, par songdo En réponse à : Education : La comparution de Bassolma Bazié devant le Conseil de discipline renvoyée au 21 septembre 2020

    Le Burkina ne se limite pas aux seuls fonctionnaires ,que dire les commerçants,les paysans.Mr le Pésident, il est temps de sonner la fin de la récréation.De mes 60 ans je n’ai jamais vu de tel comportement au Burkina.Quel héritage allons nous laisser à nos enfants.Vous serez réélu certe par votre bilan ,par votre sagesse, mais METTEZ DE l’ ordre dans l’administration ,nous qui sommes en province voit vos réalisations .

    Répondre à ce message

  • Le 18 septembre à 08:00, par Et si En réponse à : Education : La comparution de Bassolma Bazié devant le Conseil de discipline renvoyée au 21 septembre 2020

    Imaginons que par extraordinaire on donne raison a Basolma pour avoir sacrifié les enfants. Que devront penser les parents ?
    Que diront les enfants officiellement sacrifiés ?quel exemple tireront les enfants des villes et des campagnes du Burkina ? quelle attitudedopteront les autres .enseignants qui s’échinent au développement des ressources humaines de qualité pour ce pays je pense que nous aimons. Et si par contagions les autres fonctionnaires de la santé, des finances,de la fonction publique etc limitaient leur temps de présence au travail. Attention, attention et attention sur les enseignements qui seront tires des résultats de ce conseil de discipline

    Répondre à ce message

    • Le 18 septembre à 12:41, par Sidpawalemde Sebgo En réponse à : Education : La comparution de Bassolma Bazié devant le Conseil de discipline renvoyée au 21 septembre 2020

      Hum... Mon cher ami, on appelle cela un parti pris.
      En résumé, vous dites que même si le conseil de discipline donne raison à ce monsieur, il sera quand même coupable (d’après vous) d’avoir "sacrifié les enfants". Vous ne pouvez même pas attendre les éclaircissements dans quelques jours pour condamner quand même l’intéressé même si cette instance l’acquitte ?

      1°) Si on lui donne raison, ce sera pour avoir refusé une brimade qui consistait à le charger sachant qu’il a d’autres activités et sachant que d’autres enseignants de la même discipline dans le même établissement étaient moins chargés que lui. Dans tous les autres cas on lui donnera tort.

      2°)Si quelqu’un a voulu "sacrifier les enfants" (dans le cas où on lui donne raison bien sûr), ce serait bien le chef d’établissement. Il aura voulu forcer pour confier des classes à quelqu’un dont on sait qu’il sera souvent absent et alors que d’autres sont disponibles. Et pourquoi ? Peut être afin, soit de l’empêcher de bien exercer son mandat syndical, soit de constater ses absences et de pouvoir l’accuser de mal faire son travail, et accessoirement de lui faire une mauvaise réputation auprès de ces élèves. Une manœuvre politicienne dont la "chair à canon" serait les élèves, ce qui est très grave.

      3°) Mais rassurez-vous, les élèves en question n’ont pas été "sacrifiés". Dans ce genre de situation, le chef d’établissement confie tout simplement la ou les classe(s) litigieuses à un autre enseignant.
      Mais demandez-vous où était cet autre enseignant quand on a dans un premier temps voulu donner la classe au syndicaliste, et quel volume horaire il avait, lui, pour accepter prendre une classe supplémentaire sans se plaindre ?
      On peut supposer au contraire que c’est ainsi que les enfants n’ont pas été sacrifiés grâce à ce refus en lieu et place de nombreuses absences justifiées ou pas.

      Répondre à ce message

  • Le 18 septembre à 08:05, par sidbénéré En réponse à : Education : La comparution de Bassolma Bazié devant le Conseil de discipline renvoyée au 21 septembre 2020

    Heureusement qu’il ya encore des hommes intègres au Burkina Faso.Merci à Maître Farama et Bassolma Bazié.Monsieur K-lifa ne jeter pas des perles aux pourceaux.

    Répondre à ce message

  • Le 18 septembre à 08:39, par arsène bamogo En réponse à : Education : La comparution de Bassolma Bazié devant le Conseil de discipline renvoyée au 21 septembre 2020

    C’est simplement dommageable ! En tant que syndicaliste notre grand accusé doit savoir quelles sont les limites de ses droits. Pourquoi lui et pas ses devanciers comme Tolé Sagnon par exemple qui a dirigé le mouvement des années durant sans être convoqué même une seule fois en conseil. Sachons raison garder car syndicalisme ne veut pas dire impunité...

    Répondre à ce message

  • Le 18 septembre à 09:36, par BF En réponse à : Education : La comparution de Bassolma Bazié devant le Conseil de discipline renvoyée au 21 septembre 2020

    Merci au lefaso.net pour l’image de l’enseigne du centre.
    Je vais juste réagir sur ce point ! Comment ce centre peut avoir encore cette enseigne ? Le numéro de Tél et celui du Fax sont à 6 chiffres. Tel : 36 14 24 Fax : 36 07 97  ? Les numéros de téléphone au Burkina sont passés depuis plus de 15 ans à 8 chiffres avec au départ pour Ouaga 50 et maintenant 25 au début. Le Fax n’est plus utilisé... pas d’adresse E-mail ?
    Au risque de me tromper, à quoi correspond votre slogan : " S’informer, se former, se concerter pour mieux agir"
    Où est l’information ? la formation ? la concertation ? et l’action ?
    Je ne connais pas ce centre ni ce qui est fait à l’intérieur. Peut-être qu’un boulot excellent y est fait ? Peut-être rien ?
    Si vous faites le travail ,alors exprimez le dès l’entrée en changeant ce qui est accroché là. Si vous ne fait rien décroché la tout de même.
    A ailleurs, pour moins que cela, les gens changent de logo, de slogan, .. à chaque fois que ...

    Répondre à ce message

  • Le 18 septembre à 09:58, par sentinelle En réponse à : Education : La comparution de Bassolma Bazié devant le Conseil de discipline renvoyée au 21 septembre 2020

    Vous serez tout simplement édifiés, wait and see !

    Répondre à ce message

  • Le 18 septembre à 10:40, par Tambadi En réponse à : Education : La comparution de Bassolma Bazié devant le Conseil de discipline renvoyée au 21 septembre 2020

    Mes amis, on ne vend pas la peau de l’ours avant de l’avoir tuer. Soyons sage et attendons la suite. Que le droit soit dit dans cette affaire.

    Répondre à ce message

  • Le 18 septembre à 11:33, par le juste En réponse à : Education : La comparution de Bassolma Bazié devant le Conseil de discipline renvoyée au 21 septembre 2020

    Je trouve que certains enseignants exagères. J’ai des colleges qui passent leur temps à établir leur calendrier par rapport au privé bien qu’ils sont payés par l’état. Ils n’ont pas pitié des enfants et de leur parent du publique. Cela est de meme pour les médecins du publique qui te disent de venir dans une clinique privé pour recevoir les soins là bas. 27 ans de Blaise Compoaré nous ont appris à etre verreux. Notre pays a besoin de deux à trois générations pour éradier cela. La patrie ou la mort de Thomas Sankara est devenu l’inconscience ou la malhonneté.

    Répondre à ce message

  • Le 18 septembre à 12:06, par cogito En réponse à : Education : La comparution de Bassolma Bazié devant le Conseil de discipline renvoyée au 21 septembre 2020

    Je me pose beaucoup de questions sur cette affaire de nombre d’heures ? 1-Pourquoi le proviseur propose 10 heures/semaine à M.BAZIE en lieu et place des 18/semaines ? 2- Quel est le volume horaire/semaine de chaque enseignant de SVT au Lycée Zinda KABORE ? Les autres enseignants de SVT ont-ils les 18h/semaines pendant que le proviseur propose à M.BAZIE 10h ? si tel est le cas il y a anguille sous roche. 3-Les autres enseignants de SVT ont-ils moins de 18h/semaines et le proviseur propose à M.BAZIE 10h alors que ce dernier a une responsabilité syndicale d’envergure nationale ? Le proviseur qui lui mëme a un poste de responsabilité fait-il 10h/semaine ?
    A mon humble avis, je pense que le Proviseur gagnerais à éteinde ce feu sinon lui même sera condamné car selon les informations la majorité des enseignatnts à Ouagadougou a moins de 10h/semaines même sans poste de responsabilité. A qui la faute ?

    Répondre à ce message

  • Le 18 septembre à 12:43, par Samuel En réponse à : Education : La comparution de Bassolma Bazié devant le Conseil de discipline renvoyée au 21 septembre 2020

    On a le droit de critiquer M. Bassolma, mais de la à qualifier ce monsieur de paresseux, on va très loin. J’imagine que M. BASSOLMA aurait voulu une vie paisible, mais il a choisi de se battre, de défendre les intérêts des travailleurs. Pour cela, on cherche sa peau, toutes les occasions sont favorables pour casser ce monsieur. Il faut noter que le bras de fer entre les syndicats et le pouvoir en place tient à la gabegie et au pillage des ressources du pays sous Blaise Compaore dont le régime actuel est comptable. Le pouvoir en place s’est battu corps et âme pour qu’on taise ce pan sombre de l’histoire de notre pays, cause d’une dizaine d’année de retard pour le pays de Thomas SANKARA. La réaction de certains m’amène à dire avec Dr RASABGA OUEDRAOGO, l’Afrique ne sait pas protéger ses minorités. Ne réduisons pas l’élan de ceux des plus courageux, mais soutenons les contre un système qui cherche à les terasse.

    Répondre à ce message

  • Le 18 septembre à 21:04, par Instituteur En réponse à : Education : La comparution de Bassolma Bazié devant le Conseil de discipline renvoyée au 21 septembre 2020

    Le proviseur a donné sa version et du coup certains prennent cela comme une parole d’évangile sans attendre le verdict final. Dommage.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
PMU-B : Trois parieurs se partagent plus de 105 millions
Solidarité : AMPO offre des tricycles à des personnes vivant avec un handicap moteur
CANAL+ BURKINA résolument engagé dans la promotion de la richesse culturelle burkinabè.
Dori : FDS et communautés locales échangent pour harmoniser leur collaboration
Assassinats du 27 octobre 1987 : Une lueur d’espoir pour les familles des militaires du BIA tombés à Koudougou et à Bobo
Hôpital Yalgado Ouédraogo : La ministre de la Santé visite le centre d’hémodialyse
Thèse de doctorat : Souleymane Coulibaly s’intéresse au développement professionnel des professeurs sans formation professionnelle initiale
Mouloud 2020 : « Le problème aujourd’hui, c’est que chacun poursuit son droit et oublie son devoir », observe Mahmood Nasir Saqib
Burkina : « Nous sommes véritablement pessimistes quant à l’issue du dossier Yirgou », confesse Me Ambroise Farama
Santé : 115 autres ambulances pour les communes du Burkina Faso
Boucle du Mouhoun : Le projet PATRIP prône la cohésion sociale dans les zones transfrontalières du Mali et du Burkina
Action humanitaire : L’ONG HELP joue sa partition dans l’amélioration des moyens d’existence des populations du Nord
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés