Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Insistons sur le développement de l’amour, la gentillesse, la compréhension, la paix. Le reste nous sera offert.» Mère Teresa, Religieuse (1910 - 1997)

Présidentielle 2020 au Burkina : Yeli Monique Kam, stoïquement tournée vers Kosyam !

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET • mardi 8 septembre 2020 à 23h10min
Présidentielle 2020 au Burkina : Yeli Monique Kam, stoïquement tournée vers Kosyam !

Elle est la seule femme déclarée à ce jour, sur la quinzaine de candidats annoncés pour la présidentielle du 22 novembre 2020 au Burkina Faso. Yéli Monique Kam, c’est d’elle qu’il s’agit, s’est révélée au public en cette journée de mardi, 18 août 2020 à Ouagadougou, lorsqu’elle est apparue au Conseil burkinabè des chargeurs à cheval parée du drapeau national, livre en main et vêtue d’une tenue traditionnelle. Là, se tenait la cérémonie de son investiture comme candidate à la présidentielle, organisée par le Mouvement pour la renaissance du Burkina (MRB) dont elle est la génitrice et présidente.

Ferme dans sa conviction, bien que souvent moins poussée sur certaines questions, Yéli Monique Kam a placé l’Education au centre de son programme de société. D’ailleurs surnommée « la Yennega de l’Education », Yéli Monique Kam, 47 ans, chef d’entreprise, mariée et mère de cinq enfants, a donc sa stratégie de développement du Burkina Faso par l’Education. Par cet entretien qu’elle nous a accordé le jeudi, 3 septembre 2020 dans le studio de la rédaction, l’amazone se dévoile davantage et présente ses ambitions pour son pays.


Lire aussi Modification du code électoral : Les implications débattues sur Lefaso.TV


Entretien Edouard Kamboissoa Samboé
Vidéo et montage : Adjaratou Tall (stagiaire)
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 9 septembre à 07:35, par Le Patriote "Le vrai" En réponse à : Présidentielle 2020 au Burkina : Yeli Monique Kam, stoïquement tournée vers Kosyam !

    Après avoir sorti cinq enfants de ses entrailles et avoir toujours de la force pour conduire une entreprise et de surcroît entrer en politique, il faut reconnaitre la bravoure et la force de caractère de cette femme. Pour moi elle mérite qu’en même d’être député en attendant d’être présidente du Faso un jour.

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre à 09:37, par Manel En réponse à : Présidentielle 2020 au Burkina : Yeli Monique Kam, stoïquement tournée vers Kosyam !

    Bonjour
    De nombreuses femmes burkinabè ont mis au monde plus de cinq enfants, elles ont travaillé dans des champs pour élever leurs enfants, elles n’ont pas voulu être Président ou député !
    C’est triste de constater que de nombreux Burkinabè refusent d’accepter que l’on peut servir son pays en étant simple citoyen !
    Maintenant on verra en novembre ce que valent toutes ces candidatures qui ne font que renforcer l’idée que l’homme politique reste quelqu’un qui " veut se servir et non servir" comme le pensait Thomas Sankara !

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre à 11:37, par Atrap Le Moize En réponse à : Présidentielle 2020 au Burkina : Yeli Monique Kam, stoïquement tournée vers Kosyam !

    Moi je voterais sans problème pour cette dame si son programme politique me séduit ; être femme seulement ne suffit pas mais sincèrement je serais content si un jour une femme préside aux destinées de ce pays. J’encourage mes frères hommes et surtout mes sœurs à avoir le courage de franchir la ligne et aller au-delà des préjugés pour voter une femme. Je suis convaincu qu’elle fera beaucoup mieux pour le pays que les hommes qui l’ont dirigé jusque-là.

    Répondre à ce message

  • Le 10 septembre à 07:33, par La cour ! En réponse à : Présidentielle 2020 au Burkina : Yeli Monique Kam, stoïquement tournée vers Kosyam !

    IL Y A TROP DE RIGOLOS EN POLITIQUE .... Mais c’est ça aussi la réalité du moment. Moi-même je vais le lancer comme candidat indépendant, c’est sûr que j’aurai des partisans, ne ce serait ce que parmi les clients de Prof. HAROUNA OUEDRAOGO. 🤣🤣🤣

    Répondre à ce message

  • Le 11 septembre à 11:08, par Le réaliste En réponse à : Présidentielle 2020 au Burkina : Yeli Monique Kam, stoïquement tournée vers Kosyam !

    En réalité, il faut que les africains évitent de choisir le raccourci, la recherche effrénée de l’argent, le gain facile par la politique. C’est cela notre malheur, surtout au Burkina, si fait que la fonction de PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE est tellement dénaturée que les candidats pullulent de toute part, à travers un pléthore de partis politiques d’amis, de famille et autres associations et mouvements divers.
    Regarder par exemple notre opposition, plus de 25 partis et autres organisations qui, au lieu de s’entendre pour un candidat unique afin d’unir leurs forces et stratégies en vue d’espérer remporter les élections dès le 1er tour, présente individuellement beaucoup de candidats, chose qui favorise aisément le "Tuk Guili" de l’enfant terrible de Gounghin et sa longue suite. A voir ce choix, on retient que chacun cherche ses propres gains et non l’intérêt général cependant tant crié à longueur de journée pour berner "le bétail électoral".
    Prenons l’exemple que l’opposition remporte les élections et chaque parti doit avoir un poste ministériel ; il nous faudra un gouvernement de plus de 50 membres, que qui massacrera en un rien de temps, nos maigres ressources qui peinent déjà pour supporter la masse salariale des agents publics suite aux revendications anarchiques.
    Entre un ancien chien aux défauts et qualités déjà connus d’une famille et un nouveau chien (qui peut s’avérer enragé), faisons le choix en tenant compte de celui que nous pouvons mieux adouber et canaliser en notre faveur. S’il s’avère que c’est Madame Yéri Monique KAM ou un autre des candidats qui seront retenus au finish, nous mériteront notre choix que nos devons nous assurer du réalisme.
    Que Dieu bénisse la sainte terre du Faso et ses habitants encore intègres et réalistes.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Présidentielle 2020 au Burkina : Le regard critique des Burkinabè de l’extérieur sur les programmes présidentiels
Initiative Suisse pour des multinationales responsables : Les propos du ministre Harouna Kaboré indignent
Burkina : « La réconciliation nationale reste d’une grande urgence », persiste et prouve Me Hermann Yaméogo (2e partie)
Roch Kaboré : « Nous ne négocierons pas avec ceux qui ont pour projet de démanteler le Burkina »
Laurent Bado : « Quand l’Africain se tournera vers une volonté de dompter la nature, les autres peuples ne verront pas sa poussière »
Attaque de Tin-Akoff : Pour le parti APP/Burkindi, « Cela augure de lendemains incertains pour le peuple »
Burkina : « La réconciliation nationale reste d’une grande urgence », persiste et prouve Me Hermann Yaméogo (1re partie )
John Jerry Rawlings : L’Afrique perd un panafricaniste, le Burkina perd un frère, regrette Roch Kaboré
Sondage en ligne sur le bilan du MPP et les candidats à la présidentielle : A vos claviers !
Burkina : « On a les gouvernants qu’on mérite. C’est la population qui a voté ces gens-là », dixit Smockey
Yacouba Isaac Zida, dossier Sankara, pouvoir Kaboré : Les confessions de l’ambassadeur Mousbila Sankara
Commémoration du 11-décembre à Banfora : Des fils et filles de la région demandent un report en 2021
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés