Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Nul n’a le droit d’effacer une page de l’histoire d’un peuple, car un peuple sans histoire est un monde sans âme.» Alain Foka dans son émission " Archives d’Afrique"

Burkina : Maître Ambroise Farama investi candidat de l’organisation des peuples africains

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET • dimanche 30 août 2020 à 21h55min
Burkina : Maître Ambroise Farama investi candidat de l’organisation des peuples africains

L’Organisation des peuples africains section Burkina Faso (OPA-BF) a investi son candidat pour l’élection présidentielle de 2020, ce samedi 29 août 2020 à Bobo-Dioulasso. Ainsi, les militants et sympathisants de l’OPA-BF ont décidé de porter leur choix sur maitre Ségui Ambroise Farama, pour faire triompher les idéaux du manifeste, du projet de société et du programme de gouvernement du parti.

« En vertu de nos convictions et de nos attentes, nous, cadres et militants de l’Organisation des peuples africains section Burkina Faso, investissons Maître Farama Ségui Ambroise, président de l’Organisation des peuples africains section Burkina Faso, comme candidat de notre parti, pour porter le fanion du parti à la prochaine élection présidentielle, prévue pour se tenir le 22 novembre 2020 au Burkina Faso ».

C’est par ces mots que Ségui Ambroise Farama a été investi candidat de l’OPA-BF par le secrétaire général du parti, Ernest Compaoré. Selon ce dernier, à travers ce cérémonial, le candidat cesse d’être maître Ségui Ambroise Farama pour lui-même, et devient le candidat investi de l’Organisation des peuples africains section Burkina Faso.

Les militants de l’OPA-BF sortis nombreux pour l’investiture de leur candidat

Il est désormais chargé de faire triompher les idéaux du parti à l’occasion de la prochaine élection présidentielle. Ainsi, il a reçu des mains du SG Ernest Compaoré, les armoiries du parti. Ces armoiries lui serviront, selon les militants, d’armes politiques pour aller à la conquête de Kosyam. Pour Ernest Compaoré, le choix porté sur maitre Farama pour la présidentielle n’est pas un fait du hasard.

« Nous l’avons choisi parce qu’il est un jeune au visage agréable et au cœur vaillant. Un avocat qui ne recule devant rien pour les causes justes, un militant précoce, un leader attentif, un chef de parti qui sait écouter, un révolutionnaire avéré, un panafricaniste lucide, un anti-impérialiste affiché, un intrépide travailleur, un infatigable voyageur, un homme de conviction qui croit, planifie, exécute et atteint des résultats », a-t-il énuméré les « qualités du candidat ».

En effet, selon les militants de l’OPA-BF, le Burkina Faso va mal. « Son territoire est violé et des portions occupées. Les populations sont massacrées et spoliées, la cohésion nationale est mise à mal, la vie est chère, le dialogue social est une ruse. La vielle classe politique a montré ses limites. Elle est aujourd’hui dépassée. Elle doit cesser de tromper le peuple par des faux divorces, des faux repentirs, des plans de développement téléguidés », a déploré le SG du parti.

Ségui Ambroise Farama, candidat de l’OPA-BF

C’est pourquoi il affirme qu’il faut une nouvelle génération de gouvernants pour redonner au Burkina Faso, sa souveraineté. Pour également redonner espoir aux Burkinabè et mettre le pays sur la voie d’un développement durable et équitable. Et c’est pour cette raison que l’OPA-BF prendra part à la future compétition électorale, prévue pour se tenir le 22 novembre prochain, « afin de proposer aux Burkinabè, un président qu’ils méritent ». D’où le choix porté sur Ambroise Farama.

Les militants de l’OPA-BF disent attendre de leur candidat, qu’il restaure l’autorité de l’Etat, l’intégrité du territoire. Qu’il réhabilite l’éducation et l’enseignement et qu’il fasse la promotion de nos cultures. Aussi, ils attendent qu’il engage une lutte acharnée contre la corruption, vider les dossiers de justice emblématiques et rendre justice au riche comme au pauvre et qu’il mette le Burkina Faso sur la voie de la réconciliation nationale.

Le choix porté sur la ville de Sya pour abriter cette cérémonie d’investiture n’est pas fortuit. « Bobo-Dioulasso, parce que c’est la capitale historique de l’Afrique occidentale, capitale économique et culturelle de notre pays. Nous voulons magnifier la femme bobolaise que nous imaginons à l’image et à la ressemblance de Guimbi Ouattara, cette princesse dont le nom est désormais inscrit au panthéon des héros de notre Faso. Nous voulons que les femmes militantes et sympathisantes de l’OPA-BF, à l’image de Guimbi Ouattara, soient les conseillères, les stratèges, les amazones de notre parti », a expliqué Ernest Compaoré.[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Romuald Dofini
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Rencontre Gouvernement-Troïka des PTF : Les crises sécuritaire et sanitaire au cœur des échanges
Elections couplées 2020 au Burkina : La CODEL dresse le bilan de sa participation
Situation nationale : En fin de mission, le président du HCRUN remet son rapport au Chef de file de l’opposition politique
Rencontre entre Zéphirin Diabré et Blaise Compaoré : Premier acte de l’opération « bayiri » pour un super "pawego" 
Elections municipales de 2022 : Les acteurs réfléchissent déjà à la participation politique des femmes
Affaire "Mosquée de Pazani" : Eddie Komboigo craint qu’on ne replonge dans une autre crise
Côte d’Ivoire : Zéphirin Diabré rencontre Blaise Compaoré en catimini
Affaire « Mosquée de Pazzani » : Les syndicats de magistrats « déplorent et condamnent » l’attitude du gouvernement
Assises nationales sur l’éducation : Le ministre Stanislas Ouaro sollicite le CFOP
Médiateur du Faso : Obtention d’une grâce présidentielle au profit d’une détenue et réintégration d’une assistante de police stagiaire radiée ( rapport 2018)
Burkina : « On se demande si on a un État. S’il y en a un, c’est qu’il y a plusieurs États », s’inquiète Eddie Komboïgo
Crise sécuritaire : Le gouvernement est-il en train de perdre l’Est ? interroge Eddie Komboïgo, chef de file de l’opposition
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés