Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les idées ont une durée de vie courte. Vous devez agir avant qu’elles n’expirent.» John C. Maxwell

Koudougou : Le ministre de la Recherche scientifique inaugure la station au sol du premier satellite burkinabè

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Recherches et innovations • LEFASO.NET • vendredi 28 août 2020 à 13h29min
Koudougou : Le ministre de la Recherche scientifique inaugure la station au sol du premier satellite burkinabè

La station au sol du premier satellite burkinabè, baptisé « Burkina-Sat1 », a été réceptionnée par le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation, Pr Alkassoum Maïga, ce jeudi 27 août 2020 dans la matinée, au sein de l’Université Norbert-Zongo de Koudougou. Il s’agit d’une première en Afrique francophone, selon le physicien de l’espace, Pr Frédéric Ouattara, par ailleurs Président de l’Université Norbert-Zongo.

La réception de la station au sol marque la fin de la première phase du projet de construction du premier satellite du Burkina Faso. Cette étape a consisté en l’installation d’appareils permettant de communiquer avec les satellites.

Disposée dans une salle, la station est composée d’un appareil pour l’acquisition de mesures, d’une unité centrale, d’un écran de contrôle et d’un module radio-transmetteur et receveur ; le tout relié à une antenne UHF/VHF fixée sur le toit de l’immeuble.

Le ministre Alkassoum Maïga félicitant l’équipe du Pr Ouattara

Les antennes serviront pour la communication entre la station au sol et les satellites qui passent au-dessus de Koudougou, a dit le doctorant en 2e année de Physique ionosphérique, Alphonse Sandwidi. « Au regard des signaux transmis par les satellites passant au-dessus de la station, seule l’antenne VHF couvrant la plage (30-300 MHz) est utilisée pour la réception. L’UHF sera utilisée pour la transmission de données de Burkina-Sat1 qui émet dans cette gamme de fréquence (300-3000 MHz) », a expliqué le doctorant.

Le Pr Frédéric Ouattara expliquant les différentes étapes pour mettre le Burkina sur orbite

Pour lui, la station au sol est en état de marche. Elle a déjà enregistré des images de satellites américains. Celles-ci ont permis de suivre en temps réel l’évolution, la probabilité et l’intensité des précipitations et de la température. Le Burkina Faso est le seul de l’Afrique francophone à disposer d’une station au sol, a soutenu le porteur du projet, Pr Frédéric Ouattara. Il a en outre souligné le caractère civil du satellite qui fournira aux paysans les prévisions pluviométriques et l’avancée du désert, entre autres. Aussi, il permettra, grâce à la télémédecine, de prévenir des maladies respiratoires.

Le ministre Alkassoum Maïga s’est également entretenu avec les étudiants sur leurs conditions de vie et d’études.

« Nous sommes à la 2e phase, c’est-à-dire la construction du satellite lui-même. Nous sommes en train d’acquérir les différents éléments constitutifs du satellite », a ajouté Pr Ouattara. Cette 2e phase coûtera 110 millions de F CFA. « La 3e phase va coûter entre 350 et 400 millions de F CFA, parce qu’il faut tenir compte du coût de transport, du sol jusqu’à la station spatiale internationale et des frais d’entretien dans l’espace pour une durée à 3 à 5 ans », a indiqué le physicien spatial. Il a précisé que cette étape ne dépendra pas du Burkina Faso seulement, car elle doit se faire dans le cadre de la coopération avec des pays lanceurs de satellites comme la Chine populaire, le Japon…

Les prouesses du physicien Fréderic Ouattara ont été saluées par de nombreuses personnalités venues être témoins de l’événement

Le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation, Pr Alkassoum Maïga, a dit que le président du Faso Roch Kaboré a eu raison de faire confiance au physicien de l’espace et à son équipe. « Quand il nous a présenté le projet, on y a cru, et le président du Faso a donné des instructions. En tant que ministre de tutelle, je n’avais autre devoir que de l’accompagner », a déclaré Alkassoum Maïga.

Il a loué les mérites du Pr Frédéric Ouattara et les résultats qui ont été donnés à voir. Il l’a rassuré de son soutien indéfectible. « Le Burkina est fier de ce qui est en train de se faire… S’il y a un seul projet qu’il faut faire avancer, c’est bien celui-là. Il est d’intérêt stratégique, ne serait-ce que pour notre sécurité alimentaire, pour prévenir les catastrophes, certaines maladies », a ajouté le ministre Alkassoum Maïga.

Une vue de la façade principale de l’amphithéâtre de 750 places inauguré ce 27 août au grand bonheur des étudiants de l’Université Norbert-Zongo

Mettant à profit son séjour à Koudougou, le Pr Alkassoum Maïga a réceptionné et visité des infrastructures universitaires. Il a officiellement inauguré un amphithéâtre de 750 places, composé aussi de bureaux, de vestiaires, d’un magasin. Le ministre a réceptionné une partie du mur de clôture, long d’un kilomètre et de 1,50 mètre de hauteur. Ces ouvrages ont coûté plus de 2 milliards 220 millions de FCFA. Au sein du campus de Koudougou, d’autres infrastructures sont en cours de réalisation. Il s’agit d’un amphithéâtre, de la 2e partie du mur de clôture…, pour un coût de plus de 496 millions de F CFA.

Raogo Yaméogo

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Thèse de doctorat : Inoussa Ky reçoit la mention "Très honorable " pour sa recette pour la production d’aliments pour volaille
Thèse de doctorat d’Inoussa Ky en Sciences biologiques appliquées, option biochimie-technologie alimentaire
Blanchiment de capitaux et financement du terrorisme au Burkina : Yassiya Sawadogo expose « l’imperfection » du cadre juridique
Paludisme : Un nouveau vaccin s’avère efficace à 77%
Promotion de l’éducation inclusive : Jacqueline Yaméogo soulève la nécessité d’une communication bien ciblée
Université Joseph KI-ZERBO : Soutenance de trois thèses de doctorat unique en Biologie Moléculaire et en Génétique Moléculaire à LABIOGENE
Yssif Bara, auteur de feux tricolores solaires : « L’Etat ne m’a jamais approché pour un partenariat »
Recherche scientifique : Le ministre délégué Maminata Traoré Coulibaly encourage le Groupe de recherche et d’action en Santé (GRAS)
Soutenance de thèse de doctorat : Marcel Zerbo analyse l’influence de la gouvernance scolaire sur la qualité de l’enseignement au sein des établissements catholiques à Ouagadougou.
Éducation : Facteurs de performance des établissements d’enseignement et acquisitions scolaires
Enquête en ligne dans le cadre de la préparation d’une thèse de doctorat en Sciences de l’Information et de la Communication
Soutenance de thèse de doctorat : Tahirou Sanou, secrétaire permanent de l’ARCOP, scrute les procédures de la commande publique
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés